Aephanemer - Know Thyself

C'est en région toulousaine, en 2013 qu'un allumé du casque se lance dans un one-man-band.

Aephanemer tire son nom d'une contraction entre les mots éphémere et fâné. Le gros risque pour ce personnage se situe sur le côté instrumental du projet qui, sans une créativité abondante, peut s'avérer lassant. Réussir à captiver l'auditeur afin qu'il ne décroche pas en cours de route pendant la demi-heure que dure cet E.P. 'Know thyself', tel était le pari osé de Nif ( c'est le pseudo du responsable de l'objet).


J'ai déjà eu pas mal de projet du genre entre les mains mais là je dois reconnaitre que j'ai mis le doigt sur un monstre du genre, ce mec est hallucinant de créativité et de savoir faire. Il nous plonge dans son univers death-melodique et le fait qu'il n'y ait pas de chant nous permet de s'imprégner directement des émotions musicales recherchées par l'artiste. De la grosse caisse au petit coup de saxo, tout est bon et a une place, je vous assure il n'y a rien à jeter. Ce disque me fera tantôt penser dans les grandes lignes à Arch Enemy pour le côté mélodique, tantôt à Dimmu Borgir dans les orchestrations mais pas que, l'opus m'orientera aussi quelques fois vers d'autres références pas forcément metallique.

Le projet est abouti dans tout les sens du terme que ce soit au niveau de la composition, au niveau de la réalisation, jusqu'à la prod, rien n'est laissé au hasard. Les morceaux sont parfaitement travaillés au cas par cas et sont réellement cohérents, ce qui offre une véritable dimension et un relief monstrueux à l'effort.

L'outro qui me fait penser un peu à une musique de saloon aura une réelle place pour clore ce chapitre de l'histoire d'Aephenemer (elle aura même réussi à me faire sourire). Les code du genre 'death-mélo' ne sont pas révolutionnés mais le simple fait qu'une seule et même personne soit capable de composer et d'interpréter tout ça de cette manière force le respect.

Les projets du monsieur pour l'avenir sont de trouver un line-up complet pour cette année et de composer un album longue durée pour l'année prochaine, mais j'ai peur qu'en ajoutant des protagonistes l'âme du groupe soit dénaturée.

Nif est ambitieux et nous le prouve en s'entourant de Niklas Sundin pour l'artwork qui colle plutôt bien a la musique, et de Maciej Dawidek (widek) pour le mixage carrément efficace de l'objet. Ce fût pour moi une agréable découverte, et une belle surprise.

En tout cas pour ma part je suis très curieux de savoir jusqu'où la création du bonhomme peu porter ce projet ! Ce qui s'annonçait comme un projet très personnel et un pari loin d'être gagné d'avance saura vous prendre à contre-pied et vous surprendre tant par sa richesse que par sa réalisation.
Chapeau bas l'artiste !!