Andreas Fall - Andreas Fall

Si l’été donne lieu à d’innombrables tubes puant la surproduction à des kilomètres ainsi polluant l’espace auditif de, nous, Rockeurs, on peut se consoler d’avoir des Français qui ne se démontent pas à l’idée de sortir des bons albums. Andreas Fall fait partie de ces formations qui sont prêtes à tout plaquer pour réaliser leur rêve et qui ont réussi non sans mal à publier leur premier album. L’éponyme Andreas Fall sorti chez M & O Music est le résultat même de tous ces sacrifices ! Maintenant, il faut voir si cela en valait la peine… Posez le disque, montez le volume à fond et appréciez !

Composer un album est souvent le fruit d’une aventure et ce serait de la mauvaise foi de dire que ce ne fut pas le cas pour Matt’ Matteo (Chant, Guitare) et Vince Salomon (Guitare) ! Il a fallu s’entourer de musiciens compétents pour combler les parties rythmiques et grossir le line-up. Et le peu que nous puissions dire, c’est qu’Andreas Fall a su sélectionner la crème de la crème des musiciens Rock des années 90’s pour pondre cet album éponyme ! Voyez par vous même: Sean H. de Smash Mouth, Stephan L. de The Bellrays, Christopher Thorn et Brad Smith de Blind Melon.

L’album est essentiellement constitué de morceaux courts qui vont à l’essentiel. C’est de l'Alternatif voire du Grunge, appelez ça comme vous le souhaitez ! Car ça sent le Nirvana à tout bout de champs. Il faut dire que Andreas Fall utilise la même recette que ses prédécesseurs: trois accords, quelques notes étouffées en pré-chorus, une voix juvénile et un refrain qui rentre bien en tête. « Rose » et « Captain Lemon » sont à mon humble avis les titres qui représentent le mieux l’univers garage des deux comparses d’Andreas Fall. Néanmoins, le duo n’oubliera pas de doser ses influences. Partout dans l’album, on retrouvera des petites touches personnelles comme dans le lacunaire « Omega -Z- » qui finit l’album en beauté !     

Pour être le plus efficace, attendre d’être prêt émotionnellement parlant pour exprimer ses sentiments est souvent de rigueur. Partout dans les quelques 37 minutes qui constituent l’album, la voix juvénile raillée de Matt’ Mateo nous fera traverser divers univers et voyager au plus profond de son être. Quand l’introductif « Free Me » réveillera l’auditeur avec un Rock dur, « Something’s Gotta Give » touchera l’auditeur avec ses mélodies innocentes.

La structure de l’album, sans relever du génie, demeure néanmoins rigoureuse ! Les morceaux s’enchainent de façon à ce que les titres les plus percutants ressortent et que les plus doux accompagnent les auditeurs vers les pistes plus énervées ! Le tout rend l’album homogène et dévoile différentes facettes du combo Franco/Americain. Prenez par exemple « All Day Long » et « Velvet Scars ». Quand le premier évoque l’attente et le désarroi avec ses riffs à faire pleurer les plus rigides d’entre nous, « Velvet Scars » revigore ces personnes larmoyantes avec des refrains catchy à souhait ! Et quoi de mieux de refermer l’album sur un mix de ces émotions ? La fausse ballade « Follow » résume bien ce premier essai. Et pour le peu que nous puissions dire, c’est que toutes les personnalités se retrouveront dans Andreas Fall

Avec cette production éponyme, Andreas Fall aura su marquer les esprits avec des compositions troublantes et efficaces qui ont su faire la part des choses en ne sélectionnant que le meilleur de plusieurs styles de musique. En innovant les recettes usées du Grunge et de l’Alternatif, le duo Californien s’illustre de manière prodigieuse et ce n’est pas pour nous déplaire.

Remerciements: M & O Music et M & O Office !