Animals As Leaders - The Madness Of Many

Line-up :

 - Tosin Abasi (Guitare)

- Javier Reyes (Guitare)

- Matt Garstka (Batterie) 

Le trio américain ne cesse de faire parler de lui ces dernières années, leur style unique alliant virtuosité technique et création d’atmosphère à su en faire un des piliers du Modern-Prog et du Djent tout en les démarquant par l’absence de vocaliste. C’est deux ans après leur album phare The Joy Of Motion qu’arrive The Madness of Many, album qui marque un tournant dans le style du groupe.

Vous remarquerez que dans ce vaste monde qu’est la musique metal, on peut observer certaines tendances : en effet, le Djent, le Core et le Progressif ont le vent en poupe ces derniers temps, de plus en plus de personnes s’intéressent à ces styles un peu « hype » jusqu’au point d’y avoir des festivals dédiés comme le Tech-Fest au Royaume-Uni. Source de mèmes sur les réseaux sociaux et fantasme(s) des guitaristes, Animals As Leaders s’est fait remarquer comme une des embases du genre par une virtuosité excessive, particulièrement Tosin Abasi qui a su amener une adaptation du slap sur une guitare 8 cordes, ce qui est devenu la marque de fabrique du groupe. (Le slap est une technique de jeu percussive propre aux bassistes). L’album s’ouvre sur « Arithmophobia », morceau débutant par un phrasé de sitar (instrument à cordes originaire d’Inde), assez original quand on connaît un peu le groupe. Très vite le son grave et cinglant des guitares 8 cordes se fait entendre sur un rythme brisé avant que la guitare lead de Tosin Abasi commence ses mélopées. On notera que c’est le deuxième guitariste du groupe Javier Reyes (Cf : Mestis) qui s’est occupé du mixage de l’album, et il semblerait que celui-ci soit parti dans l’optique de donner plus d’espace au son du groupe en rajoutant de longues réverbérations et un grain de guitare très particulier, brut, différent de ce qu’on pouvait entendre sur l’album The Joy Of Motion. Ce qui nous amène maintenant au sujet principal : qu’est-ce qui est particulier sur The Madness Of Many ?

 Animals As Leaders semble vouloir prendre ses distances vis à vis du style Djent/Metal qu’ils pratiquaient dans les précédents opus. La saturation de la guitare et l’agressivité que l’on retrouvait sur d’anciens titres comme « Tooth And Claw » semblent mis à l’arrière, la distorsion n’est réellement présente que sur les parties lead de Tosin ou bien sur quelques passages précis. De plus, le groupe semble s’être imprégné d’influences Jazz Fusion dans sa démarche d’utiliser des sons clairs et des gammes parfois assez dissonantes, parfois même Math-Rock (« The Glass Bridge »). La virtuosité technique, bien que toujours présente, est moins dévoilée aux yeux de tous comme c’était le cas lors de la sortie de leur morceau injouable « CAFO » par exemple, il faudra tendre l’oreille pour déceler toute la complexité du jeu de batterie ou même des mélodies (je pense notamment au passage slap du morceau « Ectogenesis » que vous pouvez écouter en bas de la page qui dénote une très grande maîtrise rythmique et technique). On trouve également de somptueuses « pauses » atmosphériques comme « The Brain Dance » ou encore les arpèges d’« Aepirophobia » qui clôturent l’album. Mais que les amateurs du groupe se rassurent : le groove est toujours aussi présent (« My Inner Assassins » ou « Cognitive Contortions ») et les avides de virtuosité seront très loin d’être déçus !

 Bien qu’un peu avant-gardiste face aux précédents albums, The Madness of Many marque un virage dans le style du groupe qui a pris pour vocation de vouloir tendre vers quelque chose de plus abstrait et de moins accessible par conséquent. Moins dynamique que l’opus précédent, Animals As Leaders demeure toujours au summum de sa virtuosité et de sa qualité de compositeur, l’album peut se révéler un peu perturbant au début, mais dévoile sa vraie richesse au fur et à mesure des écoutes. Tosin Abasi parle de « synergie » entre les trois musiciens sur cet album, ce qui nous indique que le groupe continuera sûrement sur cette lancée !

 

 

 

tod