Anneke Van Giersbergen, Klone - Lille - La Péniche

L’équipe de Metal Cunt est particulièrement exténuée en ce début de mois de Mai. C'est à dire qu'elle ne perd jamais une occasion pour remettre le couvert. Après s’être remise de la claque inculquée la veille par Marduk, elle est de retour à la Péniche de Lille pour assister au show d’Anneke Van Giersbergen et de Klone. Et à vrai dire, nous étions impatients de faire tanguer la péniche pour ce qui était une des deux performances acoustiques que la frontwoman et Klone allaient donner à Lille le même jour. Repos et légèreté étaient donc de circonstance ce 8 mai à la Péniche. 

Compte rendu de la première session: 

C’était une première pour eux ! Klone va toujours plus loin dans la conception de sa musique. Et si l’on leur proposait d’ouvrir en acoustique pour la diva du Metal Atmosphérique ? Pari tenu, c’est une formation remodelée que nous avons rencontrée en cette journée étouffante. C’est à dire qu’il fallait à tout prix adapter les morceaux estampillés « Death Metal Progressif » en une sorte de Rock progressif. Deux guitares, un chanteur et une accordéoniste ont suffi. Seuls Yann Ligner (Chant), Guillaume Bernard (Guitare) et Aldrick Guadagnino (Guitare) sont restés dans ce Klone « acoustique »... À l'occasion de ces gigs acoustiques, ils ont été accompagnés d’une de leur proche, Armelle Dousset, qui a eu l’honneur de prendre le rôle d’accordéoniste le temps de trois gigs… 

Ce n’est plus un secret pour personne, Klone a fait le choix de se focaliser sur l’aspect solennel de sa musique en composant des titres entièrement constitués de sonorités acoustiques dans Here Comes The Sun. Le concert acoustique était donc l’étape suivante… Néanmoins, dépourvus de basse et de batterie, la question était de savoir si les Poitevins allaient réussir à retranscrire l’intensité des émotions véhiculées par leur musique. Bingo ! Ça passe bien et les 35 minutes accordées ont permis aux membres de Klone de montrer tous leurs talents d’interprète. Non seulement les titres « Gone Up in Flames », « Grim Dance » et « Nebulous » » sont bien interprétés, mais l’accordéon et les partis de talk-box leur donnent un seconde nature et les revigorent ! De plus, l’acoustique offerte par la salle est excellente, de quoi faire perdre la tête à quelques fans « C’est génial !!! » lancera quelqu’un dans la salle. 

Le groupe a fait preuve d’honnêteté et d’authenticité de A à Z en privilégiant la musique à l’interaction avec le public. Le combo se lance des regards complices et vivent le moment à fond ! C’est à dire que les guitares acoustiques ne cessent de se répondre, et la voix de Yann est très expressive. Le doute n’est plus permis, derrière cette facilité en apparence se cache un travail d’acharnés. Nous avons pris une claque mais trente cinq minutes de jeu, c’est bien trop court ! 

Certains découvraient Klone pendant que d’autres s’étaient donnés rendez-vous au concert pour se faire charmer par la voix d’Anneke Van Giersbergen. Et beaucoup d’entre eux avaient  même fait le déplacement de loin pour assister aux deux shows qu’elle allait donner. 

Anneke est une habituée du Nord, et même de Lille. C’est à dire que la vocaliste avait pris l’habitude de passer dire bonjour à ses fans nordistes. Mais trop de Splendid tue le Splendid ! C’est donc toute ravie que la chanteuse a foulé le plancher de la Péniche à l’occasion de sa tournée acoustique. Et à vrai dire, elle avait l’air ravie. Pour preuve, elle n’a cessé de dire tout au long du concert: « What a wonderful place you have there ». Et oui Anneke, ce n’est pas tous les jours que l’on se produit dans un tel endroit ! Dans le cadre de cette tournée, la diva s’est fait plaisir. Elle n’a plus rien à prouver… Ces dates, c’était surtout l’occasion pour elle de prendre le temps de communiquer avec ses fans et de leur faire de ses goûts musicaux que tout le monde connait maintenant. Ont donc été de la parties d’innombrables classiques et standards du Rock revisité façon « Anneke Van Giersbergen » comme « Sex On Fire » (King Of Leon) et « Who Wants To Live Forever » de vous savez-qui… 

La sirène ne cesse de prendre la parole… En effet, chaque morceau était introduit par une longue description. Par moment, il s’agissait d’anecdotes, et par moment de discussion avec le public… On y aura appris des détails croustillants de sa carrière, notamment lorsqu’elle a nous a avoué reprendre le morceau d’un musicien dont plus personne se souvenait. L’ambiance était bon-enfant, mais certains diront qu’il y avait trop de pauses…  Quoi qu’il en soit, ses fans boivent ses mots… Elle fait de son charisme un atout majeur ! 

Ce n’est plus un secret pour personne, la chanteuse est forte de nombreuses expériences diverses et variées. Cela en fait aujourd’hui l’une des chanteuses hollandaises les plus réputées ! Elle n’a pas hésité à faire quelques clins d’œil aux moments-clefs de sa carrière.  En effet, trois titres de Gathering ont été interprétés (« My Electricity », « Locked Away » et « Saturnine »)… De quoi faire chavirer le cœur de ses fans de la première heure… Néanmoins, il est certain qu’une partie du public a découvert la voix de la diva en parcourant la discographie de Devin Townsend, musicien avec qui elle a avoué travailler de nouveau. Rien n’est plus beau que de la voir chanter « Ih-Ah ! » tiré d’Addicted. Faudrait-il insister sur le fait que sa voix est particulièrement bien conservée, c’est ce que l’on constatera quand elle interprété « Broken Wings » ! On ne se refait pas, Anneke Van Giersbegen est bien une artiste accomplie au sens large du terme. Si la performance est digne de recevoir nos meilleurs éloges, elle était bien trop courte et les deux rappels nous ont laissés sur notre faim… Les parisiens ont été, une nouvelle fois, plus gâtés que nous ! En effet, les franciliens ont eu deux morceaux de plus que nous… Quoi qu’il en soit, les éternels insatisfaits ont pu se réconforter en allant à la deuxième séance (celle de 20h) qui proposait une setlist alternative comprenant la reprise de « Wish You Were Here » (Pink Floyd) et « 4 Years » à la place d’« Electricity ».  

Après la déferlante de Mardurk à l’Aéronef, un peu de repos et de belles chansons romantiques nous ont fait le plus grand bien. En plus d’être conviviale, loyale, et sympathique avec ses fans, l’ex-frontwoman de The Gathering a une nouvelle fois montré qu’elle n’avait pas fini d’insuffler son souffle poétique, ce qui n’est pas pour nous déplaire !