Anthrax - For All Kings

Si les histoires internes et les frasques du groupe peuvent rebuter au plus haut point, c'est peu de le dire, Anthrax reste une valeur sûre à la ville comme au studio. Encore charmé par ce Worship Music qui date déjà de cinq ans, il est venu le temps pour la bande à Scott Ian de montrer si elle en a encore sous le pied.

Et on démarre ce onzième album avec une intro des plus mémorables (sarcasme), ce avant que l'on retrouve le Anthrax que l'on aime tant. Les riffs brise nuques de Scott Ian, les cavalcades de Charlie Benante, la voix plus classic rock que jamais de Joey Belladonna et la basse ronde de Frank Bello (très présente dans le mix, un plaisir pour ce musicien sous estimé). Petit nouveau, Johnathan Donais (Shadows Fall), a bien trouvé ses marques et nous offre les premiers excellents solos d'une longue série. Là où ses prédécesseurs donnaient bien souvent dans le shred masturbatoire, il nous offre des solos plus posés et travaillés (mais pas toujours) tout au long de For All Kings et celui de « You Gotta Believe » est assurément l'un des meilleurs.

Si Worship Music était un condensé de la carrière du quintet avec un soupçon de modernité, For All Kings affiche encore plus cette modernité. Que ce soit dans la production ou dans les compositions incluant plus le thrash comme une influence que comme véritable moteur stylistique.

Il y a cinq ans déjà malgré ma préférence pour John Bush (Armored Saint) je n'avais pu que m'incliner face à la performance de Belladonna. Il en est de même ici. Plus que jamais le bougre rappelle Dio sur l'éponyme et délivre une de ses plus belles performances sur le magnifique refrain de « Breathing Light ». Si cela doit être le dernier album de sa carrière on peut aller jusqu'à dire qu'il s'agit de sa meilleure performance, ni plus ni moins (pas que je souhaite que ce soit son dernier skeud hein).

Cependant For All Kings n'évite pas l'écueil de la longueur et aurait comporté quelques titres en moins. Moins varié que son prédécesseur il finit par en devenir quelque peu lassant surtout que le résultat est bien moins catchy ici. Pas de thrasherie monumentale comme « Fight 'Em 'Til You Can't » ou de monstre épique comme « In The End », de délire imparable comme « Judas Priest » ou de titre plus alambiqué (le terme progressif serait excessif) comme « The Giant » (ce même si la fausse ballade « Blood Eagle Wings » est de bonne facture).

Les titres qui survivront à ce disque sont l'éponyme, le déjà cité et futur tube « Breathing Light », « Monster At The End » et « Evil Twin ». Un constat finalement assez maigre sur douze compositions. Rien de catastrophique non plus à signaler mais on ne retient finalement que ce « Defend, Avenge » sympathique(un clin d'oeil à Alex Ross, fine plume de DC et Marvel Comics qui s'est chargé de la pochette de For All Kings ?) et le définitif « Zero Tolerance », sûrement le titre le plus thrash de la galette pas dénué de défauts.

Si For All Kings ne s'avère pas aussi réussi que Worship Music, il n'en demeure pas moins un bon disque d'Anthrax. La bande à Scott s'est juste montrée un peu trop inspirée et pas assez sélective dans son tracklisting, lui même bien moins flamboyant. Mais qu'importe, Anthrax reste l'un des groupes emblématiques du thrash à la discographie la plus irréprochable.

Bravo motherfuckers !