Architects - All Our Gods Have Abandoned Us



Line-up :

Sam Carter - Chant

Adam Christianson - Guitare

Tom Searle - Guitare

Dan Searle - Batterie

Alex Dean - Basse

 

Pour Architects, il y a un avant et un après 2014. La sortie de leur album Lost Forever // Lost Together proche de la perfection les a fait changer de dimension pour les propulser parmi les ténors de cette scène metalcore en constante évolution. Leur nouveau disque était donc plus attendu que jamais : le groupe allait-il arriver à relever le défi malgré la pression qui accompagne leur nouveau standing, le groupe allait-il s’éloigner de leurs origines pour voir leur succès continuer à grimper en flèches à l’instar d’un Bring Me The Horizon, le groupe allait-il nous sortir un album de qualité vu le peu de temps qu’ils ont eu pour le préparer ? Tant de questions qui allaient enfin trouver une réponse.

Des réponses, on en avait déjà eu plusieurs vu à quel point le groupe nous a teasé les semaines précédentes la sortie d’All Our Gods Have Abandoned Us. A Match Made In Heaven, Gone With The Wind, Downfall et Phantom Fear : autant de singles qui nous ont été offerts pour nous mettre l’eau à la bouche. Chez certains fans, l’avis était quelque peu mitigé quand d’autres prétextaient que tous les bons morceaux étaient sortis avant la sortie du disque. Avaient-ils une boule de cristal ? Si oui, ses prédictions étaient erronées et ils feraient bien de la revendre pour s’acheter ce disque.

Certes, la première écoute complète de ce 7è opus ne nous envoie pas directement au 7è ciel car l’évolution entre celui-ci et son prédécesseur est beaucoup moins grande qu’entre Daybreaker et LF // LT. Mais pourrait-on leur en vouloir de garder la recette qui a fait leur nouveau succès et notre bonheur depuis 2 ans ? Ce serait hypocrite de notre part, d’autant qu’All Our Gods Have Abandoned Us n’est pas qu’une pâle copie. Toujours aussi engagé dans ses textes, Sam Carter porte plus que jamais le groupe et ce nouvel album sur ses épaules. Les parties de voix claire sont de retour en nombre et cela permet de compenser les parties de guitare parfois fort ressemblantes d’un morceau à l’autre : par exemple, les introductions de Downfall et A Matche Made In Heaven. Découvert mi-avril, Gone With The Wind reste définitivement une perle à part. Quant à Downfall qui paraissait un cran en-dessous, ce morceau prend une toute autre dimension une fois qu’il est écouté avec l’ensemble de l’album, même si l'intro a effectivement un air de déjà vu.

Au final, aucun titre parmi les 11 présents n’est à jeter. S’il est moins homogène que LF / LT, il n’en reste pas moins d’une qualité au-dessus de la moyenne et a su répondre aux attentes des fans. Voir plus pour certains ! On présentait All Our Gods Have Abandoned Us comme l’album de l’année et jusqu’ici, on ne s’est pas trompé. Architects sur une pente ascendante et on voit mal comment il pourrait en être autrement par la suite !