Ashes To Ashes - Urania


Formé en 2010 à Genève en Italie, Ashes to Ashes est un groupe aux racines hybrides capable de réunir à la fois des adeptes de pop-punk et de metal symphonique. Après avoir sillonné les routes en 2012 suite à la sortie de leur premier opus Borderline, le quintette revient cette année avec un nouvel effort intitulé Urania qui sort sous le label Epictronic (Deplacement, The Way Of Purity).

Line-up:

Marta "Polverina" Vassallo (chant, claviers)

Paolo Schiavi (guitare)

Enrico "Wuky" Cabona (guitare)

Paolo "Pol" Di Lorenzo ( batterie)

Stefano Anentodio (basse)

 

Ashes To Ashes doit son nom à la célèbre chanson de David Bowie. Le groupe a tourné à l'étranger le temps de quelques dates, et notamment à New York où il a réalisé son premier clip "Alice's Song" à la suite de son premier album Borderline. Forts de cette expériences, les italiens sont rentrés en studio cette année afin de réaliser Urania avec pour ambition de développer "un son distinctif" (ndlr: page facebook du groupe) dû au grain vocal particulier de Marta qui passe du chant au growl.

Les genévois citent à qui mieux mieux Paramore comme une influence majeure. En effet, la première pépite "Popular" laisse entendre des riffs rapides très pop-punk, énergiques et solaires où la voix de Marta (très différente de celle de Hayley Williams) maîtrise les aigus à une vitesse effrenée comme la chanteuse de Franklin. Moins agressif que Flyleaf, le chant est tout de même plus brut et massif que le pop-rock édulcoré de Hey Monday par exemple. Le morceau "Nymph" nous transporte littéralement dans un autre registre, plus proche du metal symphonique et la voix hybride de Marta s'adapte à tous types de genres. Ici, nous pensons plus à du Nightwish ou à du Lacuna Coil en raison, non seulement de la puissance vocale, mais également en raison des instrumentaux ponctués par la présence forte de la basse. "Naked" est très poppy et constituée de choeurs épurés. La voix est un peu plus frileuse que précédemment et fait preuve d'une certaine réserve, entre douceur et pudeur, un peu à l'image du titre. La ligne de basse est omniprésente et les riffs sont à la fois doux et accrocheurs, subtilement rentre-dedans. Un solo festif clôture le morceau par un grain de folie agréable.

Après l'intro au piano de "Once Upon A Time", une pop-rock heavy et envoûtante oscille entre des aspirations metal symphoniques et le récurrent pop-punk lorsque le tempo est plus énergique et moins pesant. "The Forgiveness Song" ou "Mother Of Grace" sont des morceaux coups de poings et innatendus! En effet, la voix si aigue et cristalline de Marta a plus d'une corde à son arc car elle est capable de growler de manière impressionnante, (presque death) et le contraste est étonnant. Cette touche apporte une note singulière à la forme des morceau et prouve explicitement le désir d'Ashes To Ashes de s'imprimer à travers une musique hybride qui met à mal les clichés. Les premiers riffs de "A Thousand Pieces" nous font tomber en pâmoison, ils sont extrêmement accrocheurs et sans aucun doute, remporteront un succès garanti en live!

"Birds In A Cage" ainsi que "Path In The Dark" sont témoins d'une sensibilité à fleur de peau. Interstellaires à la manière de The Morganatics, l'utilisation des synthétiseurs transporte la voix vers des sphères toujours plus hautes. Les cordes et les fûts s'allient pour communiquer une atmosphère élégiaque, presque solennelle. La guitare folk utilisée sur "Wallace Hartley" confère une émotion à la puissance à la fois énergique et tendre. Enfin, l'album se clôture par un bijou prodigieux: "Just Daydreaming". Cette ballade à l'intro planante est si suave que l'on sent nos muscles et nos nerfs se relâcher complètement à son écoute, et c'est réellement apaisant que de la laisser submerger nos oreilles. On ne pouvait pas mieux envisager meilleure alternative pour rejoindre Morphée.

Urania établit définitivement un passage à l'étape supérieure dans le carrière de Ashes To Ashes. Si le nombre de fans du groupe accroît de jour en jour, force est de constater que suite à la sortie de ce nouvel opus, la donne ne risque pas de changer. Dotée d'une signature musicale qui n'appartient qu'à elle, la formation genévoise se distingue des modèles vus et revus et réussit à s'affranchir de ses influences.