Atlantis Chronicles - Interview

Auteur du très très bon Barton's Odyssey sorti il y a peu, nous avons passé un petit moment avec Antoine (Chant) et Sydney (Batterie) d'Atlantis Chronicles pour évoquer ce nouvel album, revenir un peu sur Ten Miles underwater et son impact sur l'évolution du groupe.

Tout d'abord bonjour Atlantis Chronicles et merci de nous consacrer un peu votre temps. Avant toute chose, quel regard portez-vous sur Ten Miles Underwater et les expériences scéniques qui ont suivi?

Antoine (chant) : Ce premier album, avec son cortège de concerts et de retours critiques (de la part des professionnels comme du public) fut pour nous une excellente expérience, rempli de moments forts et globalement très positifs.

Sydney (batterie) : On est les premiers étonnés d’avoir eu un parcours très honorable avec Ten Miles Underwater. Je crois qu’on a un petit nom maintenant sur la scène française, et même si on a pu défricher un peu à l’étranger, notamment les pays frontaliers et le Japon, on espère bien plus pour ce nouvel album

Considérez vous Barton's Odyssey comme sa suite directe et peut-être même comme le pont vers un troisième volet?

Antoine : Tout à fait c'est une suite directe sur tous les plans, que ce soit scénaristique ou instrumental. Nous avons repris les choses exactement là où nous les avions laissées mais avec le bénéfice de quelques années de maturation. En ce qui concerne l'avenir il est trop tôt pour en parler mais il s'agirait plutôt d'un diptyque fini, ceci étant dit, on ne sait jamais...

Comment présenteriez vous Barton's Odyssey par rapport à Ten Miles Underwater ?

Antoine : Barton's Odyssey est un petit peu l'accomplissement final de ce que nous souhaitions obtenir lorsque nous avons commencé à écrire TMU. Ce premier album possède les qualités et les défauts d'une première œuvre, les expérimentations et le bagage acquis grâce à ce premier opus nous ont permis d'aller plus loin à tous les niveaux (la technique, les mélodies, les paroles, le concept etc..).

Vous avez une nouvelle fois confié l'Artwork à PÄR OLOFSSON et celui ci est vraiment magnifique, est ce que pour le groupe les visuels et par exemple la mise en forme du livret de Barton's Odyssey présenté tel un carnet de bord vieilli par le temps et griffonné sont aussi importants pour le groupe que la musique dans l'approche de votre concept ?

Antoine : Bien entendu, pour nous le contenant doit être en parfaite symbiose avec le contenu. Toutes les promesses faites par la pochette et le livret doivent être tenues par l'audio et vice versa.

Sydney : A noter que Par Olofsson n’a fait que la cover de l’album. Le layout et le livret ont été faits par David Bassenne, un ami graphiste (et guitariste dans Dulivian) qui s’est vraiment tué pour ce résultat dont on peut tous être fier tant il est fidèle à ce que nous avions initialement en tête.

Aviez-vous déjà en tête l'écriture de Barton's Odyssey pendant la composition de Ten Miles Underwater

Antoine: Absolument pas, l'écriture a débuté après la sortie de TMU. Nous nous sommes laissé le temps de bien digérer ce premier album avant de nous relancer très rapidement dans le processus d'écriture du second.

Sydney : Néanmoins je crois qu’Alex avait déjà quelques riffs en stock… il ne nous dit pas tout (rire). Mais même ce qui était déjà écrit a été remanié afin de coller à nos nouvelles influences et à la direction qu’on voulait prendre.

 

Le concept d'Atlantis Chronicles est extrêmement concret et complet, cela vous facilite-t-il le travail de composition ou à l'inverse bride t'il le côté expérimentation de la phase de composition ?

Antoine : L'appétence que nous avons développée autour de ce concept basé sur les profondeurs abyssales nous est tout simplement devenue indispensable. Le fait de stimuler notre imaginaire sur le plan visuel afin d'y greffer une sorte de bande originale par-dessus, est quelque chose d'extrêmement nourrissant pour nous, je pense que l'on s'ennuierait si nous ne procédions pas ainsi, ou tout du moins il manquerait quelque chose… c'est certain.

D'où vous vient cet attrait pour les profondeurs, le monde aquatique et son univers onirique ? 

Antoine : Eh bien les origines sont multiples. Il y a tout d’abord une grosse influence de la culture pop des années 90-2000. Au cours de cette décennie des œuvres majeures sur le monde aquatiques (films, livres, documentaires, jeux vidéo, comics, manga…) ont eu un gros impact sur nous et sans doute pas mal de jeunes de notre génération. Il y a également le fait que cet univers silencieux et ténébreux ait longtemps résisté, et résiste toujours aux lumières du monde scientifique, ce qui lui confère un caractère insondable, c'est quelque chose qui laisse énormément de place à l'imagination. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si les mers et les océans sont le théâtre de nombreux mythes et légendes, et ce encore aujourd'hui.

L'album sort le 25 mars prochain, l'élaboration de la phase promo a-t-elle été plus facile du fait du succès et de la reconnaissance que vous a apporté Ten Miles Underwater et votre signature chez Apathia Records ?

Antoine : Je ne dirais pas plus facile, mais nous avons reçu plus de soutien c'est certain. Notamment au travers du travail effectué par Apathia Records et Replica Promotion qui ont vraiment à cœur de prendre soin de leurs artistes et de les développer au maximum.

Sydney : Effectivement je rejoins Antoine sur le soutien accru mais malgré tout je trouve ça bien plus difficile pour la simple et unique raison que la reconnaissance qu’a apportée Ten Miles Underwater met la barre beaucoup plus haut pour nous. On ne peut rien laisser au hasard, on veut faire mieux, on doit faire mieux sur tous les plans. On ne veut livrer que de la qualité pour le public qui est parfois un peu perdu dans la masse des groupes et des projets existants. Moi le premier, j’ai beaucoup de mal a écouter tout ce qui sort maintenant.

Votre musique allie technique, rage, mélodies et atmosphères prenantes, le live est-il un moyen de transcender le champ des  émotions que vous avez installé dans les compositions ? 

Antoine : Bien entendu ! Le live est un but en soi en ce qui nous concerne, c'est un espace d'expression indispensable à ce que nous voulons transmettre aux gens. Le metal est une musique où les émotions sont tellement exacerbées, et la scène est tout simplement le meilleur endroit pour laisser exploser ce maelström émotionnel à pleine puissance.

Merci les gars d'avoir passé ce temps avec nous, et je vous laisse le mot de la fin pour les lecteurs/lectrices de Metal Cunt.

Antoine : Prenez soin de vous, allez voir des concerts, gardez la scène vivante !!

Sydney : N’oubliez pas que c’est VOUS qui permettez tout ce que les groupes font. La musique ne doit pas devenir qu’un plaisir solitaire dans le métro, venez partager avec les groupes en live ! A bientôt sur les routes !

 

 

 

 Line-up:

Antoine Bibent (chant)

Sydney Taieb (batterie)

Alex Houngbo (guitare)

Simon Chartier (basse)

Jérôme Blasquez (guitare)

 

Discographie:

Against The Sea (EP-2009)

Ten Miles Underwater (2013)

Barton's Odyssey (2016)