Au Dessus – XII End of chapter

Je ne pensais pas un jour écouter un groupe de Black Metal Lituanien, et encore moins qu’il porterait un nom français. Venu de nulle part, Au-dessus, signe son second album XII End of Chapter chez Les Acteurs De L'Ombre Productions. Ils nous proposent un Post Black Metal (le terme du moment apparemment, ou alors Black Metal Avant Gardiste à vous de voir) original et viscéral que nous allons prendre plaisir à autopsier !

Line-up :
- Simonas : Guitare
- Jokubas : Guitare
- Mantas : Voix et Basse
- Šarunas Bedulis : Batterie

Concrètement et pour revenir immédiatement sur le style du groupe, l’étiquette Post Black Metal me parait être assez vulgarisante, sans jeux de mots, le groupe est bien au-dessus de ça. Entre Sludge, Black Metal, Doom et Heavy, les lituaniens torturent leurs instruments et éviscèrent leur composition avec un grand talent. Rampante, obscure et incantatoire par moment, leur musique suscite un véritable malaise. L’épouvante est omniprésente, les riffs sont aiguisés mais jamais la mélodie ne se perd. Vocalement le registre est large, Black, Death, clair par moment, il reste puissant et terriblement bien senti. Je ne vous parlerai pas des titres de manières individuels, car cet album est une pièce globale qui vient s’ajouter aux chapitres (I, II, III, IV, V) du précédent album éponyme.

Une atmosphère réellement négative se dégage de cet album, une torture mental qui touche l’âme. Voilà ce que j’attends d’un groupe de ce type, car de ces ténèbres se dégage un véritable don pour la composition. Dans ce grand vacarme, on est continuellement happé par l’orchestration qui dans son chaos de voix et de guitares hypnotise l’auditeur. Il y a quelque chose de progressif dans la construction de chacun des morceaux, des montées d’ambiances, des crescendos qui n’en finissent plus. Par moment on a presque envie que cela s’arrête, comme une scène très violente dans un film qu’on aimera voir finir… Ce n’est pas une critique bien entendu, c’est clairement là qu’est le sujet de cet album.

Musicalement mature, les quatre musiciens dévorent les esprits avec un univers abouti. On appréciera de trouver ici et là des vidéos live qui confirment cette qualité et la technicité du groupe. Le mysticisme de ces titres restant intacte sur scène. En plus de la musicalité on trouve des textes assez bien écris, relatant la disparition de la joie, la perte de liberté, un questionnement sur notre existence, sur le sens de la vie…

Les grosses productions Black Metal ont du souci à se faire, car la relève arrive et elle n’est pas là pour plaisanter. Loin des clichés Black Metal, Au-dessus fédère par son génie artistique. Des titres léchés et profond, qui viennent enfoncer plusieurs clous sur la grande croix de la scène Black Metal mondiale. Une pièce majeur que tout fan de musique sombre doit posséder.