Backyard Babies - Four By Four

 

Il aura fallu de la patience aux fans des Backyard Babies avant d'entendre du nouveau matériel, après un break vital comme nous le confiait Nicke Borge (chant/guitare) au Hellfest.

Le groupe nous avait laissé avec son excellent album éponyme en 2008 qui renouait avec ses racines les plus punk. A la manière de Social Distortion, Backyard s'est toujours montré plus « ouvert » que ce que l'on pourrait croire au premier abord et Nicke nous a assuré que Four By Four explorait toutes les facettes de son bébé. Espérons en tout cas que celui-ci rappelle tout le talent des suédois car l'excellent concert du Hellfest peut poser la question : « est ce que Backyard Babies s'est un peu fait oublier ? ».

En tout cas une chose est sûre, « Th1rt3en Or Nothing » nous a prouvé que les Babies en ont encore sous le capot. Introduisant parfaitement ce huitième album avec son refrain imparable et sa cloche délicieusement old school, voilà un titre qui ouvre déjà les shows du quatuor de la meilleure des manières. Le reste de Four By Four n'est pas moins bonne, loin s'en faut. Tout comme son prédécesseur celui-ci affiche la facette la plus punky des suédois. Depuis le californien « I'm On My Way To Save Your Rock'n'Roll », en passant par « Piracy » et ses choeurs de hooligans ou encore ce « Never Finish Anything » plus poppy. Le groupe n'en oublie pas pour autant de proposer deux ballades de qualité : « Bloddy Tears » et « Wasted Time », titre très lumineux qui semble évoquer les addictions de Nicke (preuve que tout cela est définitivement derrière lui?). Il est un peu surprenant de constater que Dregen (guitare/chant) chante moins qu'à son habitude mais force est de constater que Nicke chante mieux que jamais. A ce titre le refrain de « Piracy » (qui me rappelle étrangement celui de « Just Like Tiger Woods » de Steel Panther) met le lieutenant de Michael Monroe en avant pour notre plus grand plaisir.

Mais la vraie surprise de Four By Four est bien ce « Walls » définitif, long de sept minutes et des plus surprenants pour le quartet. Débutant de manière bluesy et country pour une ambiance très piano bar, « Walls » est en réalité le titre plus heavy jamais écrit par les Backyard lui qui se termine par un long passage terriblement lourd et glauque auquel le groupe ne nous a pas préparé. Une expérimentation réussie et transformée !

Four By Four montre des Backyard Babies en grande forme qui fait ce qu'il fait de mieux : du hard rock punky qui donne envie de bouger son cul et de descendre en enfer. Le groupe ne révolutionne pas son style mais était ce vraiment ce qu'on lui demandait après huit ans sans proposer quoi que ce soit de neuf ?

Four By Four saura trouver une place dans le cœur des fans et pourquoi pas trouver quelques nouveaux adeptes qui n'ont pas encore connu le Stockholm Syndrome. The babes are back !