Bare Teeth - First The Town, Then The World

Annonce à l'attention de tous les fans de punk: le quatuor lillois Bare Teeth est là pour échauffer vos oreilles! Le groupe indépendant formé en 2014 intègre dans ses compositions des influences hardcores subtiles mêlées à des éléments de la scène skatepunk des années 90. Leur premier album First The Town, Then The World en est le résultat à l'énergie prometteuse.

Line-up:

Greg (guitare, chant)

Titouan (guitare, choeurs)

Tom (basse, choeurs)

Jérôme (batterie, choeurs)

Avant d'autoproduire First The Town, Then The World qui est sorti le 19 mai , Bare Teeth avait déjà composé une démo de trois titres en 2015, dont deux qui sont à redécouvrir sur le nouvel album: il s'agit de "These Towns Need Gun" ainsi que "Always Rain". Les lillois se produiront le temps de quelques dates dans le nord de la France fin juin avant d'entamer une petite tournée anglaise début juillet. Et avant cela, Metal-Cunt vous propose d'écouter les titres inédits.

Dès la première piste, le combo n'y va pas de main morte avec le titre éponyme "First The Town, Then The World". Les mélodies imparables qui s'effrenent jusqu'au bout du rythme ont la fulgurance d'un NOFX. L'énergie démesurée gonfle au fur et à mesure que le tempo s'intensifie, au bonheur de nos oreilles. "Tomorrow Starts Today" et "These Towns Need Gun" sont sans conteste les morceaux aux accents les plus hardcores de l'album. Les riffs sont implacables en echo aux fûts qui s'embrasent, à l'instar des parties vocales. L'influence de Pennywise est présente sur ces morceaux. Sur "These Towns Need Guns", on trouve un featuring avec Steve Hawles de Belvedere, groupe canadien connu pour produire des sonorités ravageuses alliées à un chant mélodieux. L'intro très hardcore s'accompagne d'une distorsion fangeuse à souhait où la voix se violente le temps d'une apogée tumultueuse. Le solo est corrosif et résolument rock'n'roll, l'ambiance détonnante, on en redemande!

 L'irrésistible "Parted Ways", premier clip de l'album, est un clin d'oeil aux adeptes du skate, un hymne conçu pour ne pas se réfréner! Il est impossible de ne pas réagir à cette piste, tant elle est contagieuse comme un morceau de Good Ridance, par exemple "Darkest Days". On retrouve ici un aspect old-school fidèle aux années 90 mais également une atmosphère happy-hardcore palpable dans les intrus comme le dernier A Day To Remember Bad Vibrations. Les riffs attractifs de "Down" sont à la lisière entre Millencolin et Propaghandi. Sur "Behind The Wall" ainsi que " Always Rain", le chant se fait plus doux, accompagné par les choeurs mélodiques qui le cramponnent de puissance. La basse et les guitares headbangent elles aussi en choeur, on surfe sur une déferlante d'ondes électriques. Avec Bare Teeth, vous êtes tenus d'assister à une détonation musicale au goût immodérément délectable.

Au coeur du premier album de Bare Teeth, First The Town, Then The World, se situent tous les ancrages nécessaires à l'adhésion d'un public conquis. La frénésie rythmique en corps à corps avec les mélodies acérées sont au rendez-vous pour provoquer des ondes de choc parmi la scène punk française et au-delà.