Black Rainbows - Hawkdope

Trio italien, Black Rainbows a déjà publié trois albums depuis 2007. Le groupe a tourné aux Etats-Unis et s'est produit avec Airbourne, Nebula, Karma To Burn ou encore Witchcraft notamment dans les cadres du Duna Jam, du Desertfest et du Stoned From The Underground. Présenté comme la collision de Black Sabbath et du MC5 avec Nebula et Fu Manchu, les romains promettent un stoner désertique mais accrocheur sur Hawkdope.

Line-up :
Gabriele Fiori (chant/guitare)
Dario Iocca (basse)
Alberto Croce (batterie)

On connaît tous quelqu'un qui pense que si la nature était bien faite il viendrait d'un tout autre pays. Tu sais, ce mec qui se dit qu'avec sa grosse « be-bar », sa corne et son casque à cornes il peut très bien faire croire au monde entier qu'il est un viking, un vrai !

Black Rainbows c'est un groupe qui vient d'un pays plus connu pour ses pizzas et ses soirées aux charmes certains, bien loin du rock'n'roll et des déserts arides d'outre Atlantique. Pourtant le groupe a tout des ces formations américaines des années 90 qui ont passé trop de temps dans le désert à fumer des cigarettes qui font rire. Tout y est le son, très fuzz et épuré avec un chant gorgé de delay le rendant presque désincarné malgré des placements très old school (« The Prophet »), les paroles (« No Fuel, No Fun », « Hawkdope »), le tout fait avec âme et passion par dessus le marché !
Difficile à l'écoute de l'éponyme de ne pas penser à Kyuss ou Nebula, cette longue plage psychédélique au possible dont la lourdeur hypnotise instantanément nous emmène en plein milieu d'un désert aride sans eau ni ombre à l'horizon. Mais de fait comme avec Kyuss, je reste un peu sur ma faim car si l'ensemble est extrêmement réussi il manque foncièrement d'accroche et seul « The Prophet » laisse une trace durable sur les tympans. Rien à jeter sur Hawkdope, attention à « Hypnotize My Soul With Rock'N'Roll » forcément plus rock'n'roll tout comme ce « Killer Killer Fuzz » ou encore « No Fuel, No Fun » qui ferait bouger le popotin de Christine Boutin, c'est juste qu'aucun refrain ne vient relever ces excellents riffs et cette saveur fuzz incomparable. Au final le trio se montre bien plus convaincant encore lorsqu'il se laisse aller à des choses plus posées, l'interlude « Waiting For The Sun » est une réussite totale qui aurait méritée soit d'être plus longue soit d'être un vrai morceau (tant qu'à faire) et le définitif « The Cosmic Picker », spatial au possible, rappelle quelque peu le dernier Monster Magnet (Last Patrol, 2013) dans sa simplicité mais aussi son appel assumé à la consommation de drogue (on ne va pas se mentir des mecs qui appellent leur album Hawkdope ne pue pas la sobriété).

Black Rainbows n'a rien de foncièrement original, loin s'en faut mais la qualité est clairement là. Pour tous ceux qui en ont marre d'attendre les sorties de moins en moins nombreuses de Fu Manchu ou un hypothétique nouveau Nebula, ce Hawkdope a tout pour vous plaire. Rares sont les formations de ce niveau dans le fuzz actuellement, les italiens font figure de proue en Europe. Un peu dommage que le classic rock ne soi pas plus à l'honneur (comme la bio promotionelle nous le promettait) et que l'ensemble manque quelque peu d'accroche.
« Nobody's perfect. »