Black Star Riders - The Killer Instinct

C'est trois ans aprés le redoutable All Hell Breaks Loose, que les anciens membres de Thin Lizzy donnent une suite à leur nouvelle aventure avec The Killer Instinct (Devant être initialement produit par Joe Elliot de Def Leppard) enregistré en septembre 2014 et publié en février 2015 chez Nuclear Blast. Cet album marque un changement dans le line up du groupe puisque que c'est Robbie Crane (ex: Ratt, Lynch Mob) qui tient la basse pour le meilleur (ou le pire?).

Et afin de faire patienter les fans les plus énervés d’avoir enfin de nouveaux titres de Thin Lizz.. euh Black Star Riders à ecouter, c’est en guise de cadeau de Noel que « Killer Instinct », titre éponyme de l’album, voit le jour. Et le morceau est plutot bien accueilli! Il mêle une ligne mélodique efficace à des rythmiques "groovy" et renoue bien avec les origines du groupe. En quelques mots, c'est une belle entrée en matiere. Neanmoins, la crédibilité d’une oeuvre ne dépend pas toujours de la qualité de son single…

« Killer instinct » ouvre donc l’album en beauté et est vite suivi de « Bullet Blues », un morceau plus mid tempo en apparence et qui présente une ligne vocale trés intéressante (surtout lors du pre-chorus ou la voix de Ricky Warwick colle parfaitement à la batterie percutante de Jimmy DeGrasso). Meme si ce morceau n’est pas taillé pour la scène, il reste un bon moment de l’album. « Finest Hour », quant à lui, semble être le morceau que tout fan du groupe aimerait voir en live. Tout ça grâce à son refrain entêtant et ses allures de fausse ballade! Ce sera la même impression que nous retiendrons du titre suivant: « Soldierstown » que l’on peut directement lier a « Killer Instinct » car il pourrait bien faire office de troisième single en raison de ses lignes vocales si simples mais tellement envoutantes et de ses twin guitars dont seul Thin Lizzy avait le secret… Mais l'ambiance retombe avec « Charlie I Gotta Go », titre assez doux et agréable à l’écoute où l’atmosphère évolue au fur et à mesure mais qui dévoile un groupe qui a du mal à se renouveler… L’album s’adoucira encore par la suite avec « Blindsided », une ballade « rock sudiste » bienvenue après les claques de la première partie de l’album! Malgré la sobriété évidente du morceau, il nous dépayse… Après un « Through The Motion » dispensable, l’intensité remonte de dix crans avec le « Sex, Guns and Gazoline » grâce à son riff assassin, son tempo élevé et surtout ses paroles qui reprennent les thèmes qui ont toujours effrayé nos mères et grands mères: le Sexe, la Drogue, et le Rock n' Roll! Un cocktail de débauche où les nonchalants se retrouveront avec facilité. Une tuerie! S’ensuit du vicieux « Turn In Your Arms » où la limpidité de la structure en fait toute sa force! L’album se conclura par « You Little Liar », un morceau banal agrémenté d’un solo final en guise de conclusion.

Que faut il retenir de cet album? Certes, il est moins percutant que leur premier essai et présente un groupe qui joue sur la simplicité sans prendre réellement de risques, mais cela en fait sa force et montre que le groupe a encore de beaux jours devant lui grâce à des morceaux comme « Killer Instinct », « Soldierstown » et « Sex, Guns and Gazoline ».