BlackCube

Fiche technique :

BlackCube est un groupe Français Nordiste de Metal Progressif, où l’on pourra noter des influences telles que Symphony X, Dream Theater, Queen, Deep Purple
Il a vu le jour en 2004 après la fusion de deux groupes, Black Out et Pringles et les Apéricubes. Il est d’abord essentiellement dédié aux reprises et sera mouvementé par de nombreux changements de line-up.
Ce n’est qu’en 2008 qu’il trouve la formule magique avec un chanteur à part entière. C’est à ce moment qu’il décide de se consacrer à la composition propre.
Un premier EP de quatre titres apparaitra chez Red Studio. (retrouvez le ici)
Le premier album a été enregistré, mixé et masterisé entre la fin de l’année 2011 et début 2012.

Lors de l’écriture, chaque membre est appelé à exercer son sens critique. La ligne directrice est simple, mais exigeante : le groupe veut à tout prix des morceaux qu’il prendra plaisir à jouer et avant tout à écouter. Les paroles, quant à elles, abordent aussi diversement sujets culturels, poétiques que métaphysiques, avec un penchant marqué pour une certaine forme d’onirisme.


Retrouvez la biographie entière du groupe

Last Exile propose donc neufs chansons (note : toutes en anglais).
Les compositions BlackCubiennes proposent des ruptures de rythmes propre au style prog, de  nombreux passages évolutifs et des arrangements sonores créant diverses atmosphères dynamiques.
Ce qui peut-être attirera votre attention à l’écoute de l’album, est la voix (Tani Avvenia), timbrée à la puissance des groupes qui ont marqué la naissance et l’évolution du genre progressif. Une bonne maitrise des variations de tons, des aigus performants et naturels ce qui amène à cette production un style marqué et professionnel. Les chorus sont puissants et bien agencés avec les arrangements studios de plusieurs pistes voix superposées, notamment sur la piste 4 Inspiration.

Dans la biographie proposée sur le site internet, on nous parle d’une certaine ambition basée sur l’envie de proposer plusieurs facettes musicales au sein d’un même morceau tout en restant  indépendant sans sombrer dans la démonstration technique désincarnée et en préservant l’âme et la cohérence de la composition.
Sur cette idée, la critique sur l’analyse de cette  production est basée sur la construction et l’arrangement musical des morceaux. On retrouve effectivement ce désir d’aménagement et une maturité suffisamment avancée pour être considérée dans le registre prog. La démonstration et la performance instrumentale est correcte, et le mixage s’en suit. D’où peut-être cette « cohérence dans la composition ».
Pour de meilleures impressions futures, il sera certainement plus appréciable de porter une touche plus moderne dans la composition des futurs morceaux. Cela, dans un souci d’intégration dans la liste référentielle des noms déjà inscrits dans le même registre.

Le « + », est perceptible dans l’originalité de la structure des morceaux, notamment par le piano, qui fait guise d’introduction pour le premier morceau Last Exile et qui aménage et ne « comble » pas les chansons suivantes. On pensera aux synthés, qui sont bien évidement, très prisés dans ce style.
Il y a un gros côté technique dans cet opus, ne serait-ce dans l’utilisation de divers instruments, guitares électriques, guitare acoustique, synthé, et le combo basse & batterie.
On sent l’application et le désir d’innovation.

Cependant, malgré les qualités citées, Blackcube pourrait aller encore au-delà de ses capacités en offrant, comme dit précédemment, une touche de modernité qui pourra le propulser sur le devant de la scène metal prog Française.
Le groupe reste très bon, autant sur le plan musicale que sur l’aspect technique. Il n’y a qu’à écouter la plage 7 A Seed Of Sandstorms pour s'en faire une idée (morceau instrumental).

L’équipe Metal Cunt lui souhaite le meilleur pour la suite de son aventure et espère le retrouver sur les scènes au plus vite.


Page Facebook