Carmyn - One

La succinte biographie nous apprend que Carmyn est en fait un projet solo mené par une artiste (guitariste, pianiste, chanteuse, danseuse) et je rajoute pour compléter le tableau, professeur de chant.

Cet EP de cinq titres d'une durée de 17'45 (pour être précis) se veut résolument hard rock. C'est ainsi que la bio nous le présente.
Pour mener à bien son projet, la créatrice de bijoux (oui, aussi), s'est entourée du guitariste de T.A.N.K (ndlr: Nils Courbaron) et du bassiste d'Alexandre Astier (à priori,pas vraiment une référence dans le monde du hard rock) (ndlr: Ben Miranda, bassiste de Zuul FX).
Toutes les compositions sont signées par l'artiste; l'enregistrement ayant été effectué au DNI STUDIO ( où ont enregisté T.A.N.K, Incry, Missing Pride)….

Sur le papier, le projet semble bien parti. Voyons maintenant à l'écoute.

Premier morceau « Betrayal » qui débute par un petit riff de guitare saturée ; mais ce qui frappe tout de suite après, c'est le mixage qui place la batterie et la guitare très très en arrière. La voix quant à elle surprend au premier abord,car, très originale.Mais j'attends que le morceau démarre vraiment…. J'attends encore…
S'ensuit « A Light In The Dark », ballade très dispensable et vraiment très éloignée du hard rock… Je pense à un morceau typique années 80 dans la conception, l'utilisation des synthés…
« Disposable Love » démarre avec un riff sympa à la guitare mais que j'ai du mal avec le son … Le morceau en lui même est plutôt sympa, avec quelques choeurs bien pensés, manque juste un petit solo…
« Respect Yourself », démarre plutôt calmement,puis après un joli break amenant Carmyn Hellena à montrer sa puissance vocale, le morceau finit en beauté.
« Alienated » est le dernier morceau, riff un peu identique au précédent titre, structure de la chanson dans la même veine avec un refrain que l'on retient assez facilement mais toujours pas de solo de guitare.

Je sais que dans ce que l'on qualifie de nu-metal, les solos ne sont plus le point d'orgue du morceau,mais lorsqu'on affiche dans la biographie un registre clairement hard rock (je cite), on est en droit de retrouver les codes classiques. Dommage.

J'avoue, il m'a fallu beaucoup d'écoutes pour arriver à ressentir un peu d'empathie pour cet EP. A mon humble avis, le gros problème de ce mini album est la production. Vraiment, la guitare et la batterie sont vraiment sous produits (mention au bassiste pour ses parties (de basse)) et empêchent de profiter des chansons. Sur les cinq chansons seules les trois dernières arrivent à sortir du lot. Les deux premières mériteraient d'être retravaillées. Et, pour être franc, je classerais plutôt les chansons dans le registre rock que hard rock. Ce n'est pas parce qu'il y a une guitare saturée que les chansons sont « hard rock ». Autant dire que les BB BRUNES font du rock car ils ont des guitares électriques !

Ce n'est évidemment qu'un premier EP et il faut donc laisser un peu de temps pour peaufiner un style. Je demande à voir le groupe sur scène pour capter l'énergie qui peut être véhiculée par les morceaux,car sur album,je n'ai pas ressenti l'essence même de ce que doit nous procurer la musique….

En résumé, une chanteuse à la voix originale et puissante, quelques bonnes idées à travailler et une production qui doit absolument redonner sa place aux guitares et à la batterie.