Celeste, Fall Of Messiah, Luda - Béthune - Le Poche

Il y a presqu’un an jour pour jour que la rédaction de Metal Cunt est allé voir Hypno5e et Psykup au Poche de Béthune. Elle y avait découvert un superbe endroit qui rendait grâce aux groupes grâce à une acoustique hors norme. Pourquoi ne pas y retourner cette année pour aller voir Celeste, Fall Of Messiah et Luda ? Le packaging est d’autant plus intéressant puisqu’il combine à la fois groupes locaux et formation d’envergure nationale qui commence à prendre de l’ampleur. 

Il est presque 19 heures quand nous nous rendons au Théâtre du Poche. Encore une fois, il a fallu attendre un bon quart d’heure pour pouvoir enfin nous retrouver dans les entrailles de la salle… 20 heures, c’est Luda qui se charge d’ouvrir la soirée. Nous les connaissons déjà puisque nous les avions vus dans le cadre du Noise Dreamer Zone. Nous y avions découvert un groupe qui avait réussi à allier deux basses sans pour autant oublier d’inculquer une part de mélodie à ses compositions. Une fois n’est pas coutume, ce concert ne fera pas exception à la règle. 

C’est dynamique, et les parties de basse aussi opposées soient-elles, se complètent et laissent quand même la place aux rythmiques de Romain. En effet, bien que déconstruites, les parties rythmiques s’associent et ne forment qu’un tout homogène forçant le respect. Pas de fioritures, et surtout un concert qui va à l’essentiel. Chaque membre y met du sien pour rendre le concert agréable. On pensera notamment à ces parties de batterie bien classes qui ne jouent pas dans la sophistication ! 

Pas vraiment de style ! Juste un concept qui leur est propre et qui mérite que l’on y s’attarde. Adieu les étiquettes, voilà une formation qui a réussi à piocher dans les moult influences qui constituent le groupe ! Influence parfois « Post Metal » flirtant régulièrement avec des parties que l’on jugera Black Atmosphérique. Mais pourquoi le public semblait-il si timide ? 

Fall Of Messiah revient enfin taillé le gras avec nous ! C’est-à-dire que le quatuor se fait particulièrement rare. Pourquoi ? Car il ne cesse de tourner un peu partout en Europe, notamment cette année avec des dates en Angleterre qui se multiplient. Bien leur a pris de poser leurs fightcases à Béthune le temps d’une soirée. Oui, leurs flightcases, mais il semble que la formation a oublié de faire le plein de câble avant de se rendre à Béthune. Après le premier morceau, il leur a fallu interrompre le gig suite à quelques soucis logistiques…

Heureusement pour nous, ce n’est là qu’une question de temps. Une fois le problème résolu, le groupe nous sert ce genre de concerts qui ne laisse pas de marbre ! Une belle pioche d’instrumentaux très typés atmosphérique, et très primitifs se chargent de notre cas, et de ce fait, c’est la claque assurée ! Et bien que le chant n’était pas de rigueur, les Nordistes ont réussi à captiver leur public. Cela n’aurait sans doute jamais été le cas sans la hargne du tambourineur ! Bravo ! 

Qui dans la région n’a pas encore entendu parler de Celeste ? Omniprésents sur les scènes du nord depuis quelques années maintenant, l’obscure formation s’est formée un gropuscule de fans dans la région qui se déplace à chacune de ses apparitions. Ce fut clairement le cas à Béthune ! En effet, une fois le concert des Fall Of Messiah terminé, les fans de la formation Black/Slugde s’acheminent au-devant de la scène. On ne saura vous dire pourquoi le groupe rencontre autant de succès, mais on ne pourra jamais lui reprocher un manque d’originalité. En effet, la pénombre s’installe dans la salle, les musiciens, toujours occultés et munis d’une lampe frontale s’avancent sur le devant de la scène et déversent une composition toute aussi lourde que prenante. 

Le résultat n’a pas toujours été unanime dans la salle. Certains découvraient encore les psaumes de la formation. Pour d’autres, c’est surtout l’effet de la brume qui a fait mouche. Se mêlant parfaitement avec les compositions de la foule, les effets scéniques ont inculqué ce petit truc en plus qui fait que le passage du CD au Live se fait sans maladresse.

Toujours pas de communication. Juste des communications en guise de médiateurs et un public toujours hypnotisé qui cesse de secouer sa tignasse au son des nombreuses lamentations de Celeste. C’est lourd, c’est énigmatique… Le concert se déroule sans encombre et voilà que le groupe disparait de la scène, sans proposer ne serait-ce qu’un rappel en guise d’au revoir. Oui, voilà un groupe qui joue son rôle jusqu’au bout, et qui restera toujours une énigme à nos yeux ! 

Nous devenons habitués des bonnes soirées passées au Poche. Ce n’est peut-être pas l’endroit le plus facile d’accès quand on habite au fin fond de la région des Hauts-de-France… Mais force est de constater qu’à force d’acharnement, ses programmateurs arriveront à faire venir des fans d’un peu partout de France. Le lieu, si atypique, en vaut tellement la peine !