Computers Kill People - Silence Means Security

Découvrir un groupe sur scène avant même de se charger de la chronique de leur album peut être une belle expérience. Comme vous le savez tous, le Rock est une matière qui s’apprécie en Live. Il faut dire que c’est là que tout se joue... Et c’est le cas de groupes comme Computers Kill People pour qui la prestation à la Péniche Asso Spits nous avait permis de découvrir Silence Means Security, leur premier bijou, dans d'excellentes conditions ! 

Ce qui marque à la première écoute de cet album, c’est son côté assez rustique. C’est-à-dire que tout est cru dès l’ouverture de « From Dust To Nothing ». C'est un titre flamboyant qui met en exergue le côté naturel d’une basse grasse travaillée et d'une guitare caractérisée par une faible distorsion. Vous aimez les crudités raffinées ? Silence Means Security comblera vos attentes !

La mélodie tient également une place importante dans ces tranches de lard. Inutile de vous dire qu'elles laissent entrevoir de belles soirées de perdition. Écoutez donc l’introduction et le refrain de « Blind » ou bien « Cupid’s Drunk » et vous serez immergé dans un univers rocambolesque, un monde qui ne vous lâchera pas jusqu’à la fin de l’album. Ces morceaux sont tout simplement surprenants, entêtants et efficaces à la fois !

Silence Means Security est un album de Rock dur. Certes. Mais c'est également un florilège qui comporte ses petits moments d’accalmie ! « Self Made Mess » appartient à la catégorie des fausses-ballades, à première vue juvéniles, qui invitent l’auditeur à méditer sur son sort. Mais cette trêve ne dure pas, la deuxième partie revêt le morceau d’une verve plus Punk et « rentre-dedans ». Vous l'aurez donc compris, les membres de Computers Kill People ont fait en sorte de travailler la structure de leurs titres dans l'unique but de marquer les esprits. Silence Means Security est un chef d’oeuvre de labeur !

Le groupe fait également preuve d'une capacité d'adaptation impressionnante. Un moment particulier de Silence Means Security met en avant les qualités d'interprète de Ludwid, Guillaume, Vincenet et Cherwim. La preuve avec leur reprise personnelle du titre « Love Me Two Times » (The Doors). Marquée par des accélérations de tempo à plusieurs reprises, l’adaptation sait se faire percutante et ingénieuse à la fois ! 

Et ce feeling dégagé... Il illustre un groupe qui se la joue naturel en interprétant ses titres avec hargne ! Ce serait un tort de ne pas cerner le cas de « End Of Beauty » où les Computers Kill People ont réussi à incorporer ce « petit truc en plus » qui rend le moment inoubliable. Cet ultime titre qui flirte avec les changements de rythmes et les solos de guitare expressifs conclut l’album sur une très belle note. 

Enfin, pas besoin de plusieurs écoutes pour se mettre dans le bain ! Les Computers Kill People ont pris le temps de soigner leur production afin que tout se fonde dans un tout commun. L'album est homogène et l’auditeur peut apprécier la cohérence de l’agencement de moments comme « Dirt & Bad Whiskey » et « Blind ». Silence Means Security est donc pertinent de but en blanc ! 

On ne va y pas y aller par quatre chemins, Silence Means Security est un très bon album qui mettra en joie plus d’un fan de Rock sur Terre ! Le gros coup de coeur du moment.