DeadMen - Get Lost

A la base Pym (AkromA), Mad (Inhumate, Blindness) et Peter (Bloody Mary) se réunissent avec l'idée de jouer du stoner il y a un an. Au final DeadMen est un projet postcore aux influences cinématographiques marquées qui, pour son premier concert a ouvert pour Eryn Non Dae dans son fief de Nancy. Get Lost a été enregistrer bien avant que le groupe ne donne ce premier concert, une méthode des plus efficaces lorsque les musiciens se connaissent et qu'ils ont une certaine expérience.

Line-up :

Pierre-Yves « Pym » Martin (batterie)
Damien « Mad » Cividini (chant/guitare)

Originellement intitulé « Confessions », ce premier essai porte finalement le doux titre Get Lost, que l'on peut traduire par « Va te faire » dans la belle langue de Molière. Vestige de la culture grindcore de Damien "Mad" Cividini (chant/guitare, par ailleurs membre d'Inhumate) ? Rien n'est moins sûr.

Tel les « Devils Rejects » héros malgré eux, DeadMen était parti pour faire du stoner et nous propose finalement un post-hardcore aux influences industrielles et death metal. D'ordinaire aux choeurs dans chacun de ses projets avec des cris très proche de ceux de Mitch Harris (Napalm Death), « Mad » prend ici le poste de frontman et nous propose des growls rageurs entre Jo Duplantier (Gojira) et Scott Kelly (Neurosis). Des growls qui expriment donc des émotions et pas justes des hurlements gutturaux. D'ailleurs si l'influence de Neurosis est prépondérante tout au long de Get Lost, on sent un peu de Gojira sur certains licks de « Hate ». Pour autant DeadMen garde une forte identité death metal, rarement dans l'interprétation mais plutôt dans le feeling global (« Birth », « Hate »). De la même manière le groupe peut évoquer l'indus et notamment Godflesh dans cette manière que le groupe a de composé sur quelques thèmes ou riffs qui reviennent au fur et à mesure formant comme des boucles. Le jeu de batterie de Pierre-Yves « Pym » Martin (batterie, AkromA) n'est pas étranger non plus à cette influence, lui qui se sert énormément de ses toms. Get Lost est aussi basé sur de nombreux samples de films, dont la plupart affiche un discours nihiliste et sombre tout comme les paroles du combo. Les morceaux s'enchaînent parfaitement comme des scènes étudiées pour raconter une histoire, on peut voir une réelle continuité au sein de l'album car des paroles utilisées dans certains morceaux reviennent dans « Decay », le dernier titre. « Hate », sûrement le titre le plus death, est l'un des moments forts de ce premier effort des « Hommes Morts » au même titre que « Collapse » et ses choeurs hardcore très réussis et bien marquants sur le refrain.

 Get Lost est une vraie réussite tout au long de ses trente trois minutes, un post-core rageur, sombre et froid qui ne manque ni d'expression ni de dynamique. En s'exprimant dans un style aux antipodes de ce que l'on aurait pu attendre de ses protagonistes, DeadMen propose un son qui parlera à tous ceux qui aiment s'autoflageller devant leur mirroir sur une musique lourde et haineuse. Une nouvelle formation qui va faire la fierté de la région Lorraine, où nous les voyons bien donner des concerts avec My Only Scenery, les deux groupes pouvant très bien se compléter grâce à leurs discours opposés.

Cette première galette est d'ors et déjà disponible (avec les paroles en prime) pour la somme de trois petits euros sur Bandcamp et sortira en format physique dans les mois à venir, autant dire qu'une telle réussite à ce prix la, c'est cadeau !