Defeater - Abandoned


Les bostoniens de Defeater sont de retour avec leur quatrième opus intitulé Abandoned qui est disponible depuis le 28 août sur l'un des plus gros label punk mondial à savoir Epitaph Records. L’album succède à Travels en 2008, Empty Days And Sleepless Nights en 2011 et Letters Home en 2013, mentionnons également Lost Ground, EP publié en 2009. Formé en 2004 par Derek Archambault au chant, Joe Longobardi à la batterie, Mike Poulin à la basse, Jay Maas et Jake Woodruff aux guitares, le groupe n’a jamais changé de line up au cours de son histoire.

Pour appréhender Defeater, il est nécessaire de mentionner le concept-même du groupe. D’albums en albums, la formation tente tant bien que mal à conter l'histoire d'une famille ouvrière et assez atypique du New Jersey après la Seconde Guerre Mondiale. C’est au tour du prêtre de la paroisse de passer sous le crible de Derek Archambault, le leader du groupe. Ainsi, tous les thèmes renvoyant à la religion sont traités comme la foi, la culpabilité et la rédemption, le tout poussé à leurs paroxysmes sur des titres comme « Divination », « Remorse » ou encore « Contrition ».

Musicalement Defeater fait du Defeater à savoir un Hardcore violent, viscéral et sensible, servi par le chant scandé, hurlé de Derek Archambault sur des textes intelligents qui vous prendra aux tripes. Le reste du groupe est au diapason s'appuyant sur un son brut, tendu hérité de Converge y en ajoutant des mélodies proches de groupes tel que Verse ou Have Heart, sans omettre quelques harmonies dissonantes proche de The Dillinger Escape Plan.

Les titres rageurs et chargés émotionnellement parlant s'enchaînent pour nous conter l'histoire de cet homme de foi qui se débat avec son passé et qui au terme de cet album ne reste que "Vice & Regret" qui conclue magistralement l'opus. L’album ne contient aucun temps morts. Et c’est cela qui fait la force de cet opus. L’auditeur peut apprécier et écouter l’album d'une seule traite pour comprendre toutes les subtilités et le cheminement de l'histoire raconté par le groupe tout au long des 33 minutes que durent ce disque.

Le tout est superbement mis en image par un magnifique artwork mettant en scène le prêtre dont l'histoire nous est contée tout au long de cet album , le représentant tête basse face à ses reflexions devant un des vitrail de son église.

Pour conclure, Defeater reste sur sa ligne de conduite musicale avec cet Abandoned qui, sans révolutionner le son du groupe, apporte une évolution pour nous délivrer une fois de plus leur vision du Hardcore sensible , intelligente et sincère. Ce nouvel album ravira à coup sûr les fans de la première heure et permettra aux nouveaux venus d'appréhender l'univers du quatuor.