Deficiency - The Prodigal Child

 

Le thrash metal contemporain a globalement trouvé ses lettres de noblesses avec des formations assez passéistes dans leur approche. Pour le bonheur de certains au détriment d'une vraie innovation. Une innovation qu'un Machine Head n'a pas hésité à afficher depuis 2003 avec le succès qu'on connaît. Car oui je reste moi même très fan de Testament, Kreator, des premiers Metallica ou encore d'Exodus mais il est vrai que le style mérite qu'on lui apporte une fraîcheur sans le dénaturer. 
C'est ainsi que Deficiency montre un vrai talent d'écriture et un réel intérêt à côté de tout les Municipal Waste, Warbringer ou bien Evile. Originaire de Meurthe et Moselle, plus précisément de Forbach ; ville connue pour ses habitants à l'accent très... prononcé, déjà auteur d'un premier album il y a deux ans avec State Of Disillusion je ne peux que recommander ce deuxième essai. 

La plupart des riffs se placent clairement entre thrash old school et thrash plus moderne qui évoque le Trivium d'Ascendancy sur certains riffs et refrains. Les passages plus carrés lorgnent eux entre heavy metal et breaks à la limite du metalcore loin d'être majoritaires. Le chant clair de Laurent Gisonna rappelle très clairement le heavy de tradition et le six cordiste se montre très à l'aise dans les registres hurlé et chanté. Il va jusqu'à donner dans le growl sur certains passages de A Prospect Of Travelling Beyond beaucoup plus death metal que le reste de l'album, même si l'influence revient à plusieurs reprises. The Flaw par exemple rappelle Soilwork, notamment sur sa fin très death mélo suédois. The Introspection Of The Omnipotent et The Curse Of Hu's Hands lorgnent eux vers le prog à cause de leurs constructions à tiroir, à eux seuls ils prouvent à quel point Deficiency sait composer des titres à la fois très riches (ces arrangements de piano bien pensés) et bougrement efficaces. 

Le quartet est capable d'utiliser sa technicité au service des morceaux et se permet donc de nous proposer un un instrumental pas chiant du tout avec A Way Out Of Nowhere: Avec Unfinished on tient un vrai hymne en puissance (ce refrain de tueur!) qui manquerait un peu s'il n'apparaissait pas sur The Prodigal Child. Car ça ne fait pas de mal d'avoir un titre mémorable dès la première écoute qu'on se prend à chanter sous la douche, tel Burton.C Bell lorsqu'il a passé son audition pour Fear Factory


Avec un album de ce calibre Deficiency fait très clairement partie des meilleures formations de thrash française. A la fois moderne sans oublier les classiques qui ont forgé le genre, une finesse dans l'écriture sans jamais renier l'impact propre au style, The Prodigal Child est à recommander aux fans de Machine Head, de metal moderne thrashy et à ceux qui aiment le bon metal tout simplement.