Enola - The Light Fröm Below

Enola est un quintet toulousain de Post Hardcore fondé en 2010. The light fröm below est leur premier EP et autant vous dire qu'il s'agit là d'une oeuvre tout à fait interessante. En effet, malgré le fait qu'il s'agit d'une première production, faite avec les moyens du bord, la qualité est au rendez vous et pas qu'un peu...

Tout d'abord, sachez que je ne suis pas vraiment fan de hardcore et autres styles extrèmes. Mais quand c'est bien fait... ben... c'est bien fait et ça me fait gentiment vibrer le palpitant. Tout d'abord le groupe se dit Post hardcore, mais ne vous attendez pas à entendre des hurlements sauvages tout au long de l'album... Le chanteur sait jouer sur sa voix pour ménager ses effets, et ça c'est classe... Ensuite l'ensemble instrumental ne se contente pas de culbuter ses instruments, bien au contraire. On a ici un groupe qui sait merveilleusement gèrer ses effets, n'hésitant pas à sortir de sa petite case pour aller lorgner du côté du Sludge, façon Kylesa. Cependant, on n'est pas non plus face à un groupe qui peut laisser son public loin derrière lui en se lançant dans des chansons trop alambiquées et perchées (également appellé "effet Zappa") que l'on peut retrouver chez d'autres groupes au style proche, comme Unexpect.

Tout au long des cinq morceaux (seule faiblesse de l'abum, car bon dieu, la fin arrive beaucoup trop vite...) vous serez plongé dans une belle ambiance Cthuluesque, annoncée par une pochette à la fois discrète mais percutante. La qualité sonore de l'enregistrement est impressionante et pourrait sans aucun problème rivaliser avec des productions professionnelles. Chacune des chansons est irréprochable, aucune ne sort du lot autant en bien qu'en mal, et aucune d'elles ne rompt l'atmosphère générale de l'album.

En clair, pour un premier EP, je dis chapeau bas. Moi qui n'aime vraiment pas le genre, j'ai trouvé dans ce petit disque de la qualité, de l'originalité, de la personnalité ... bref, ce qui fait un excellent groupe. Et sur cet avis tout à fait partial, je vous souhaite une bonne journée, en espèrant entendre à nouveau parler de ce groupe, et le plus tôt possible.