Erdh - Sideremesis

 

Duo étrange et envoûtant, Erdh est consitué de Nicolas Pingnelain et Emmanuel Levy (Wormfood, Carnival in Coal, The Lovotics), spécialistes de la musique électronique aux confins de l'étrange et de l'obscur. Formé en 2012, ce couple parisien venu d'une dimension aérienne décide de sortir Sideremesis, un éponyme aux éléments cinématiques prononcés sous le label Apathia Records (Pryapisme, Wormfood, Heart Attack).

Line-up:

Nicolas Pingnelain (composition, programmation, basse, guitare)

Emmanuel Levy (voix, paroles)

Curieux projet d'une formation qui l'est tout autant, Sideremesis succède à Resilient, album très métallique et électronique acclamé à sa sortie en 2013. Aujourd'hui, Erdh revient pour un quatre titres très personnel et expérimental, aux sonorités dures et ambiantes.

Le titre éponyme "Sidemeresis" présente des influences new-wave et industrielles dès les premières notes. Trent Reznor et Till Lindemann s'affichent comme des mentors et des maîtres à penser de cette noirceur électronique aux notes graves. Son tout aussi gothique que personnel, nous avons affaire à la découverte d'un univers prodigieux où les deux artistes transportent leur création vers un ésotérisme teinté d'émotions noires et brutes. A l'aide d'une mélancolie digne de Delta Machine, le dernier album de Depeche Mode, on subit des gémissements susurrés comme des plaintes sensuelles et déroutantes. Un clavier sombre s'invite dès la seconde moitié du morceau, son équivoque d'une tristesse parfaite.

"Backup 1011" présente un morceau plus court, plus accessible, moins conceptuel. Les deux prodiges nous font part à travers cette pépite d'une mélodie plus directrice, stimulante, et presque relaxante. "E-creed" se dénote par une intro très moderne, très électro. Aucune chanson ne se ressemble, Erdh nous transporte dans un univers véritablement à part, et une mystique importante se détache du fait que nous ne savons pas où nous allons atterrir. Les samples obscurs nous balladent à travers une diégèse spatiale et intemporelle. Enfin, "Pink Circuit Firmware 2.0.15" est teinté d'un aspect robotique, et nous embarque au delà de l'humain. Sans pour autant parler de science-fiction, on sent de l'alien dans cet éponyme, une part de surnaturel qui se manifeste peut-être par toute l'ambiance cinématique crée par l'imagination de Levy et Pingnelain.

Sideremesis présente un son neuf et multiculturel, riche d'influences variées et intarissables. A la découverte de ces mélodies complexes et envoûtantes, de nombreuses écoutes sont nécessaires pour tenter de capter l'aura insaisissable qu'a su moduler Erdh grâce à une approche de la musique si fine et sensorielle. Instinctive.