Flayed - XI Million

Flayed, le groupe français originaire de Vienne en Isère est de retour avec un nouvel Ep intitulé XI Million en cette fin d’année 2016. Après deux albums, Symphony For The Flayed et Monster Man, sorties respectivement en 2014 et en 2015, le sextet revient un an plus tard avec ce nouvel Ep contenant cinq titres inédit et produit au Vamacara Studio.

Line-up :

  • Renato Di Folco – Chant
  • Eric Pinto – Guitare
  • Julien Gadiolet – Guitare
  • Charly Curtaud – Basse
  • Raphaël Cartellier – Orgue Hammond
  • Jean-Paul Afanassief - Batterie

Première bonne surprise le groupe sort cet Ep chez le label français Kaotoxin, qui nous a pourtant habitué à sortir des groupes de musique extrême. Flayed n’a pourtant rien d’extrême dans son Rock’n’Roll et pourtant c’est bien chez Kaotoxin que XI Million est distribué. Le label se diversifie, pioche dans le style Rock et ajoute une nouvelle corde à son arc sans perdre en qualité. Car vous pouvez me croire cette nouvelle sortie du groupe est d’une très grande qualité en tout point de vue.

Après deux albums agréablement accueilli par la critique, on attendait donc Flayed de bon pied, et de bonne oreille, pour savoir si cet Ep serait à la hauteur des précédentes sorties. Et c’est parti, dès les premières notes aucun soucis à se faire on va avoir droit à du bon Rock, du Hard Rock bien pêchu, bluesy et terriblement groovy. Après plusieurs écoutes je ne trouve toujours pas de réels points faibles dans cet Ep efficace en tout point. On y retrouve cinq titres inédits, dont une reprise et deux titres qui sortent directement de la session d’enregistrement du précédent album Monster Man. Ces deux derniers n’avait pas trouvé leur place sur l’album mais Flayed ne voulait pas les laisser de côté, et à l’écoute de la qualité de ceux-ci on comprend pourquoi. Mais commençons par cette reprise, qui fait figure d’extraterrestre pour un petit Ep. La chanson « Fortunate Son » du groupe mythique Creedence Clearwater Revival. Et bien les français n’ont pas à rougir de leur reprise de cette chanson que tout le monde connait. Elle est excellemment bien joué, et ferait même passer l’originale pour mollassonne tellement elle est reprise à merveille et avec une intensité folle. Outre cette reprise, XI Million commence par une nouvelle chanson qui reprend le titre de l’Ep et nous met tout de suite d’accord en nous plongeant dans l’univers Rock de Flayed. Un titre avec un refrain accrocheur qui restera dans la tête d’ailleurs. Une chanson avec des influences diverses tirant dans les années 70, un chant survitaminé et des chœurs qui montent un peu plus dans les aigus pendant les refrains. Sans oublier cet orgue bien mis en avant qui influence aussi la musique et n’est pas étranger dans les influences seventies de Flayed. D’ailleurs dans toutes ses compositions le groupe fera une part belle aux solos, dont on retrouve à chaque fois un solo d’orgue hammond et un solo de guitare. C’est peut-être dans la structure que l’on pourrait trouver un léger point faible, et encore c’est pour chipoter. À travers tous les titres on retrouve à peu près le même schéma. Un solo d’orgue et un de guitare vers le milieu de la chanson pour repartir et finir sur un refrain. Mais c’est vraiment pour chipoter, car mis à part cette petite remarque cet Ep est tout à fait remarquable, sans fausse note et entrainant d’un bout à l’autre de l’écoute. Les titres sont différents les uns des autres, prenons par exemple « Shoot The Trail », morceau issu de la session d'enregistrement de Monster Man qui met en avant la batterie avec son côté funk tout en groove. Ou encore le dernier titre « Rollin' Monkey » aussi issu de la session de l’album précédent, qui lui est très énergique. C’est le titre le plus rapide de l’Ep mais qui ne délaisse pourtant pas le côté Rock’n’Roll endiablé du morceau.

Au final, cette nouvelle sortie de Flayed impressionne et donne une place aux six gaillards sur l’échiquier de la scène Rock’n’Roll. À travers ces cinq excellents titres, tant par la production que par l’interprétation Flayed nous montre qu’ils ne sont pas là pour se reposer sur leur lauriers. Voilà un Ep à écouter et réécouter en attendant un prochain album.