Frontal - Death Eaters

Frontal enclenche la machine de guerre de fort belle manière. Il faut dire que son death metal technique s’avère diablement efficace. Le lancement de la Démo et le premier concert du groupe aux cotés de Lamb of God en Juillet 2009 donnent une violente naissance à Frontal, conquérant ainsi des hordes de fans et plein de bons souvenirs. Les membres du groupe ont eu l’opportunité de partager la scène avec des groupes tels : Lamb of God, Agnostic Front, Sepultura, Devil Driver, Marylin Manson, Bullet for my valentine, Municipal Waste… et plein d’autres. Une année après le début de Frontal, le groupe représentait la France au Festival Wacken en Allemagne. Le premier album de 11 titres sort en 2014 chez Season of Mist, enregistré et mixé à Record Did'Studio par Olivier DIDILLON et Frontal.

Line up :

Diego : Chant
Martyn : Guitare
Morgan : Batterie
Romain : Guitare/Voix
Jonathan : Basse

Les lyonnais nous offrent un artwork coloré de qualité, assez surprenant à première vue. Death Eaters se compose de 11 nouveaux titres death technique/prog et on commence avec le premier de la liste avec Kronos. Entrée en la matière assez sec avec un core technique très prononcé. Un rythme décalé et pointu qui ajoute dès les premières secondes une originalité marquée. On note rapidement l'ouverture progressive dans la musique de Frontal avec des riffs qui se succèdent mais s'emboîtent avec efficacité. Une masse technique qui donne à ce premier morceau une attention toute particulière quant à la suite de cette production.

On sera tout aussi surpris d'entendre un duo batterie/guitares (propre au core) millimétré à la seconde près sur No More Safety. Mais notre surprise se prolonge sur le solo présent sur ce titre très « alien space ». Les ouvertures musicales laissent pleinement place aux touches technique/prog des Frontal. Une démonstration efficace et agréable.
On accélère un peu le rythme avec Inferno qui vient redonner un aspect très core/mélo à la musique qui se veut désormais être revêtue d'une partie distordue et dissonante au travers des rythmiques.

Le death fait vraiment son apparition sur Rise Above qui relance la machine avec une bonne dose de riffs dissonants.

Le titre éponyme à cette production fait son entrée avec une intro cadrée à la perfection qui nous amènera a entendre pour la première fois la voix claire de Diego qui offre une performance de qualité. Une claque musicale renforcée par les petites subtilités données par Martyn. Super morceau, de loin mon préféré !

La structure des titres est couverte par la complexité de ces derniers. Le reste de l'album offre une expérience déroutante (Psycopath Army) qui saura forcément trouver un échos positif auprès des auditeurs qui oseront se lancer sur le chemin de Death Eaters.

En conclusion on retiendra de cet album la qualité omniprésente et surtout la justesse des musiciens dans leur travail. Une production forte en sonorités, on comprend dès lors mieux le choix de l'artwork. Les Frontal s'offrent avec cet album une identité que nous avons su remarquer et nous prendrons plaisir à la faire remarquer.