General Lee, Radical Suckers - Aéronef - Lille

General Lee faisait figure d’institution dans la région du Nord/Pas-de-Calais. C’était un peu notre fierté locale… Avec de nombreuses dates à son actif (dont une tournée à succès en Russie et une date en première partie de Suicidal Tendencies remarquée), et des albums marquants comme Raides Of The Evil Eye et Knives Out, Everybody !, la formation de Béthune n’a pas eu à rougir des autres valeurs montantes de la région. Mais en 2016, rien ne va plus. La bande à Arnaud a grandi, et les obligations professionnelles et parentales ont pris le dessus et ont mis un coup d’arrêt à la formation. Il a été beaucoup plus difficile pour les membres de se réunir ne serait-ce que pour répéter obligeant le groupe à s'arrêter là.  

General Lee avait initialement organisé son concert d’adieux le 30 avril… Mais le groupe n’a pas voulu faire de l’ombre, ni subir la concurrence de la Fête Ö Tarés qui faisait venir le même jour Black Bomb A. L’événement est donc repoussé au samedi 4 juin. Autant vous dire qu’aucune excuse n’était tolérée pour ne pas se pointer à l’événement. Et en plus, ce sont leurs potes, les Radical Suckers, qui ont été invités pour assurer la première partie. 

Cette première partie en ouverture de General Lee nous a permis d'apprécier la musique des Radical Suckers à sa juste valeur, dans d’excellentes conditions. Allons droit au but, c’est une formation qui en a surpris plus d’un ce soir. Nous apprendrons après le concert qu'elle avait déjà sévi en première partie de Bukowski à la salle Polyvalente de Tressin et en première partie de No One is Innocent au Splendid de Lille en 2011. Cette première partie en compagnie de General Lee à l'Aeronef n'était qu'une étape logique de leur carrière. 

D’emblée, le power trio explose nos tympans avec un Rock n’ Roll parsemé de touches Post-Hardcore ! Pendant les 45 minutes de jeu qui leur ont été accordées, ils ont pu présenter leurs titres issus de leur premier EP Vultures et quelques extras. Et clairement, on aime car la formation, encore toute récente, mêle dextérité et naturel avec des morceaux comme « Devil Inside » et « Dunkey Punk ». L’ensemble des morceaux dépasse très rarement les trois minutes… Le concert est donc marqué par la spontanéité des riffs de « Vultures » et « Darras », des titres qui ne font pas dans la dentelle. 

Le public réagit bien, et il faut dire que la formation avait également ameuté quelques-uns de ses amis pour mettre le feu. Néanmoins, si l’ambiance était tout à fait convenable, ça ne l’était pas assez pour Robin, le chanteur/guitariste du groupe. Il a regretté que l’ensemble du public ne bougeait pas plus que ça… Il était trop « mollasson » pour reprendre les dires du frontman. Mais le bougre finira par le décoincer à coup de « Dunkey Punch », « Fight To Fire » et « AK 47 ». 

Après la prestation des Radical Suckers, place à General Lee… Ce dernier concert aura fait des émules. Le Klub de l’Aeronef était blindé ce soir… On imagine que beaucoup de leurs amis s’était passé le mot pour venir assister à cette ultime performance. 

Pour faire court, le concert de General Lee fut assez remarquable ! La setlist a bien synthéthisé leur carrière... De plus, plusieurs invités spéciaux ont eu l’honneur d’interpréter quelques morceaux avec la bande… Il s’agissait souvent d'anciens membres ou d'interprétes talentueux comme Manon Hollander qui a chanté sur une partie du morceau fleuve, « Nightchaser ». Ce fut un moment particulièrement touchant car il a révélé une chanteuse live talentueuse. Quel émotivité ! 

Il n'est pas évident de se produire sur scène et de proposer une qualité de son homogène quand la formation est constituée de trois guitaristes. Pourtant, ce soir, les General Lee ont fait en sorte de contourner cette difficulté en nous offrant un son de façade particulièrement propre, les trois guitares combinées ont aidé à ce que la lourdeur progressive des titres « Our Last Struggle Winter » et « Alone With Everybody » soit mise en avant. La magie opère toujours, et le show bat son plein. En effet, les fans sont hypnotisés par les fracassements de grosses caisses de Clément et de Paul sur « The Red Room » et « Medusa Howls With Wolves ». Ça le fait. Oui, leur ancien batteur, Clément a été convié à la fête… La formation voulait clairement marquer le coup en l’invitant à jouer quelques titres avec elle. On a notamment retenu sa performance sur le titre « LVCRFT ». La classe. 

Ce dernier show était l’occasion de prouver une fois la pertinence du projet malgré tout… Vous savez, ce subtil mélange entre Post Hardcore et Hardcore « Old School » sur des morceaux comme « Fuel Injected Suicide Machine » et « The End Of Bravery ». C’était donc une set-list riche que nous a proposée la formation, histoire de varier les tonalités et les styles (car il faut savoir que le style de la formation a évolué durant toute sa carrière) ! Au moins un titre de chaque album a été joué ce soir si bien que les spectateurs ont pu ressentir une dernière fois le frisson procuré par les titres « Medusa Howls With Wolves » (Raiders Of The Evil Eye), « The Red Room » (Roads) ou encore « The Conqueror Worm » (Knives Out, Everybody!).

Le groupe est en forme. Non seulement les titres sont très bien exécutés, mais chacun y met du sien pour que l’événement rentre dans les anales. Quand Arnaud, particulièrement en voix ce soir, s’est amusé à monter sur les enceintes et sur le bar, les autres se sont donnés à fond, et ont véhiculé la passion qui a animé les membres du groupe pendant ces quinze années. Et le public le leur rend bien puisque les animations se sont organisées dans le pit durant toute la deuxième partie du concert.  

Bien sûr, le groupe a profité des temps morts du concert pour remercier tous leurs amis, tous ceux qui les ont aidés et soutenus durant tout ce temps, que ce soit les anciens membres, les organisateurs ou bien leurs manageurs, et leurs compagnes, enfin vous voyez, tous ces fans qui y ont mis du leur pour faire monter le pic de popularité du groupe ! Et nous, nous prenons du plaisir à écouter les anecdotes de la vie de General Lee racontées par Fabien… Oui, il n’a pas été facile pour « leurs femmes » de suivre un groupe qui décide de partir en tournée en Russie... 

Et c’est qu’ils ne veulent pas raccrocher leur guitare… Les deux derniers morceaux de la soirée (« Drifting » et « The Sea Breathes Evil ») se sont vite transformés en une longue troisième partie pendant laquelle les membres se sont lancés quelques ultimes clins d’oeil… Le groupe s'en va en back-stage sans savoir que la mémoire de celui-ci sera célébrée comme il se doit lors d'un magnifique « clap de fin » qui marque désormais une rupture dans l’histoire de ces musiciens. Mais General Lee, c’est fini pour toujours ? Seul l’avenir nous le dira ! 

Cette soirée a été une réussite sur tous les plans. Le Klub de l’Aéronef était bien rempli, et le show congru de ces petites touches qui ont fait de ce concert un événement clef de la scène Metal des Hauts-de-France.