Giraffe Tongue Orchestra - Broken Lines

Giraffe Tongue Orchestra, c’est un nouveau « Supergroup » qui nous dévoile un premier album intitulé Broken Lines, savant mélange de rock progressif qui sort en cette fin d’année 2016 via Party Smasher Inc. / Cooking Vinyl. A la base Giraffe Tongue Orchestra est le projet de Ben Weinman (The Dillinger Escape Plan) et Brent Hinds (Mastodon), qui avant de trouver des musiciens ont passé quatre ans à composer à mettre au point cette galette. Et ce nom un peu loufoque juste une idée de Brent Hinds, qui a vu une girafe dans le zoo de Sydney lui attraper directement dans la main des bananes avec sa langue (tongue en Anglais).

Line-up :

Ben Weinman – Guitare

Brent Hinds – Guitare

William DuVall – Chant

Thomas Pridgen – Batterie

Pete Griffin – Basse

Niveau line-up il est vrai que ça fait rêver. On retrouve donc le guitariste de Mastodon et celui de The Dillinger Escape Plan, ainsi que le chanteur d’Alice In Chain. Mais aussi l’ex batteur de The Mars Volta et le bassiste de Dethklok et Zappa Plays Zappa. Donc oui sur papier ça envoie, maintenant reste à savoir ce que tous ces gaillards réunis vont nous pondre. Oui parce qu’il ne suffit pas d’être un « Supergroup » pour que la musique soit exceptionnelle attention. En l’occurrence je reste sur ma faim, je m’attendais à mieux, puisque sans être mauvais loin de là, ce n’est pas non plus transcendant. Giraffe Tongue Orchestra nous pond quelque chose que l’on pourrait qualifier d’expérimental et progressif, un mélange de Mastodon et The Dillinger Escape Plan comme le disent les deux comparses à l’initiative du projet. Mais pas que, car on sent à fond la patte rock avec des refrains catchy et des variances de style. Bon je suis un peu dur l’album est loin d’être mauvais, c’est juste qu’avec de pareils musiciens je pensais écouter une musique un peu plus déstructurée et novatrice. Il manque ce petit plus pour vraiment sortir du lot. Sinon mis à part cela, la production tient la route, le jeu de batterie est excellent et les parties en contre temps, et ghost note tout en dynamique sont à couper le souffle. On n’en attendait pas moins de Thomas Pridgen quand on connait son talent. Les différentes voix ressortent bien et contribuent à mettre de l’ambiance dans les morceaux. Les guitares sont aussi au top avec des parties intéressantes.

Non l’album n’est pas mauvais et il y a des fulgurances très déstructurées à la limite de The Dillinger Escape Plan par moment. Notamment la voix torturée sur la fin de « Fragments & Ashes ». En fait cet album est réellement un mélange de genre, puisqu’on peut retrouver une chanson très funk rock à la guitare avec « Everyone Gets Everything They Really Want ». Puis un peux plus rock éléctro avec « Blood Moon », puis un titre beaucoup plus rapide voir punk dans l’âme avec « Crucifixion ». Ou encore un très beau duel de solo sur « Adapt or Die ». La seule chanson qui est décevante et n’a limite rien à voir avec le reste de l’album est ce titre acoustique/balade « All We Have Is Now » qui n’apporte pas grand-chose.

En résumé c’est une mosaïque musicale que nous présente donc Giraffe Tongue Orchestra avec Broken Lines. Un album bien exécuté mais qui n’a pas ce petit plus pour être transcendant. Pour autant ne passez pas à côté et écoutez le dans son intégralité.