Goatslave - Procession of Doom



Alors que la tendance actuelle veut que le black metal évolue vers un style plus ou moins atmosphérique, certains groupes demeurent nostalgiques de la période fin 1990 début 2000, qui a vu naître de nombreux classiques du genre. C’est le cas de Goatslave, groupe français dont le premier album, Procession of Doom, est sorti fin mars chez Atavism Records. En proposant cet album de black metal résolument old school, les bretons offrent aux adeptes du genre un ouvrage les faisant revenir quelques années en arrière.

Il est toujours bon de se rappeler au bon souvenir du black metal lourd et puissant de la période faste qui fut celle du début des années 2000. Celle-ci fut très riche et fit office de transition bienvenue avant la conquête d’un public plus large au cours des années qui suivirent. C’est à ce stade de l’évolution de la musique black que nous sommes transportés dès les premières pistes de Procession of Doom.

Ne prêtez pas attention au titre d’exposition "Intro", son aspect oiseux ne doit pas vous faire perdre l’envie de poursuivre l’écoute de cet album. Et ce serait bien dommage lorsque l’on sait ce qu’il a à proposer. Les avis divergeront quant aux influences perceptibles au cours de l’écoute. Nous avons là une production intimidante, presque bestiale. Goatslave est parvenu à prendre des éléments à la fois dans le black et, dans une moindre mesure, dans le death metal. Et cela a pour résultat un album lourd, orageux, et diantrement puissant.

Les riffs sont très efficaces et rappellent, non sans ravissement, les regrettés premiers albums de Dimmu Borgir, alors que l’ambiance générale n’est pas sans nous faire penser à celle, si particulière, adoptée par les norvégiens de 1349. On est même parfois surpris par le côté entraînant de l’instrumentation générale, parfois si négligée dans ce style de black metal traditionnel. Les touches death metal sont audibles dans les chants, davantage graves, et sur certains titres plus accablants et violents que les autres, comme "Finished By The Wolf". Mais il s’agit bel et bien d’un album black metal, qui sait simplement manier avec fougue quelques codes de son frère juré.

Les titres sont longs et très plaisants, même si tout cela peut sembler redondant à l’approche de la fin de l’album. Nous avons quand même sous la main des titres de très bonne facture tels que "Salvation Desolation" ou "Throne of Hate", et il est écrit que vous serez bien secoués par la fin très tenace de "Kingdom of Rats". Il convient aussi de souligner la qualité de l’univers graphique mis en place par le groupe. Après tout, le metal extrême n’a-t-il pas sa pierre à apporter à ce majestueux édifice que représente l’aspect visuel de l’art ?

Pour un premier album, les bretons de Goatslave ont su faire ce qu’il fallait avec Procession of Doom. Une musique primaire et dérangeante qui rappellent les plus belles heures sombres du black metal traditionnel. Cela plaira à tout adepte du black metal souhaitant se plonger dans un album très old school et souhaitant s’opposer à l’évolution constante du genre. Aucune innovation notoire n’est à signaler, mais le groupe signe sans conteste un excellent premier album.