GodIsDead - Just Die...

 

Bien convaincu par leur second album, II (tout simplement), je me penche moins d'un an plus tard sur leur troisième offrande à Satan : Just... Die.

Je parle bien évidemment des avignonnais de Godisdead ! Qui représente l'une de mes seules incursions dans le giron du black metal en tant que chroniqueur. N'étant pas spécialement ému par l'art noir, le quartet m'avait pourtant bluffé avec des compos fouillées, une qualité technique mais aussi mélodique qui force le respect au sein d'un black aux influences thrash et punk haineux comme un glaviot dans la face.

Je concluais à l'époque en disant que ce qui faisait la force du groupe était ses multiples influences et son rendu mélodique mais toujours « evil ».

Déjà le groupe s'est fait chié pour proposer un beau digipack illustré par Jhenn Oz et Vincent Taïani dont un d'un singe faisant un joli doigt sur le CD. Just... Die fait de GID un groupe de metal, pas dans le sens où il devient un groupe parmi d'autres mais par ce qu'il est désormais impossible de dire que le groupe fait du black. Le troisième album est bien celui de la maturité pour les frenchies qui se montrent incroyablement original et créatif. De nombreux titres présentent des structures proches du progressif, le groupe a expérimenté et l'expérience est réussie. Black, thrash, punk, rock'n'roll, death, original, les assassins de Dieu sont tout cela et bien plus encore.

Comme sur II le groupe se montre toujours très mélodique tout en restant dans la noirceur qui le caractérise. Le meilleur exemple étant probablement le titre éponyme avec son break hypnotique qui montre encore tout le talent de François et Pascal (guitares). Si la touche stoner de l'opus précédent n'est plus vraiment de la partie « Fuckin' Assholes » se montre plus rock'n'roll malgré son message de haine (Alex [chant/basse] y répète « You're fucking shit ! » à l'envie) pour ces fameux trous du cul qui nous font tous chier. « Hypocrits » évoque un Morbid Angel qui se mettrait au thrash tandis que « Sensaars Of Death » est un peu plus proche de ce que le quatuor a proposé son l'opus précédent. L'album contient quatre interludes instrumentales dont la deuxième rappelle celles de Gojira tandis que la troisième rappelle plus le travail d'At The Gates dans ce domaine.

GodIsDead va au bout de son délire avec l'instrumental « In Chains » entrecoupé par des samples de George Bush et se terminant par un passage electro (les mecs n'ont peur de rien!) ainsi que sur « Illusory Illusions » sur lequel Alex s'essaye (avec brio) au chant clair seulement accompagné par une guitare acoustique et quelques choeurs féminins.

GodIsDead fait désormais simplement du metal, du metal empruntant au black, au thrash, au rock'n'roll, au death, au prog, ou encore au punk, un metal irreligieux, nihiliste et misanthrope mais surtout un bon metal fortement original comme l'on aimerait on avoir plus souvent.

Si le groupe est encore assez peu connu, espérons que le niveau auquel il peut prétendre avec Just...Die lui tendra les bras.