Greywind - Afterthoughts

Greywind est un duo de rock alternatif qui nous vient tout droit de Killarney en Irlande du Sud! Avec son premier opus Afterthoughts, la fratrie des O'Sullivan explore un rock à la verve énergique sous-tendu par un paysage atmosphérique teinté de mélancolie.

Line-up:

Paul O'Sullivan
Steph O'Sullivan 

Le groupe irlandais formé en 2014 est entretenu par un lien qui n'est pas des moindres car il s'agit des liens du sang!En effet, depuis leur plus jeune âge Steph et Paul cultivent un rêve intense qui est celui de faire de la musique et avant même d'avoir foulé les planches de la scène, ils persévèrent jusqu'à atteindre leur pari avec Afterthougts, ce premier album aux mélodies denses qui doivent autant à Jimmy Eat World qu'à Caspian.

D'emblée le premier single "Afterthoughts" accouche de riffs emplis d'une oxygène dont l'on s'imprègne avec passion, Steph peuple le morceau de son timbre pop et puissant dont les saillies maîtrisées font songer à Flyleaf et plus précisément à la voix de Lacey Sturm. Les sonorités pop-punk de "Forest Ablaze" rappellent le dynamisme contagieux des premiers albums de Paramore et d'Holispark en France. Le "gasoline" chanté par Steph de manière hypnotique colle parfaitement à l'esprit du morceau qui se laisse éprouver comme une catharsis avec laquelle on éloignerait les démons. La batterie donne le la sur "Circle" en exhibant son rythme enjoué alors que la voix se fait latente sur les couplets mais c'est afin de sortir de son cocon pour un refrain à la mélodie furibonde. La structure répétitive et entraînante est modulée par un chant solaire et déchaîné comme chez Circa Survive. "Safe Haven" semble porter l'espoir vers les hautes cimes dans une montée progressive car les instruments prennent leur temps pour habiter l'espace et on apprécie plus particulièrement le refrain où la voix plus aigue donne de l'épaisseur à la chanson.

L'intro accoustique de "The Lake" colle à l'ambiance idéale qui transporte immédiatement l'auditeur au bord de ce lac. Les guitares violentent peu à peu le morceau pour lui conférer un esprit sauvage, indompté à la manière des grands espaces naturels que transcrivent Greywind, comme sur les longues productions éthérées d'Explosions In The Sky. La mélancolie se fait légion grâce à l'apport du piano. "Car Spin" nous fait littéralement goûter à une autre atmosphère, plus électrique, doté de paroles à la sensualité agressive "your lips kiss the pavement". Le chant langoureux fait exploser les notes pas à pas avec une basse plus postée en avant que sur les autres morceaux. La réverbération vaporeuse de "Stitch On My Wings" enduit un peu plus l'auditeur vers l'évasion tandis que l'accoustique "In Autumn" se prête à la contemplation pour un sobre duo voix-guitare jusqu'au final de la piste où l'électricité prend en charge la mélodie pour la faire carburer au maximum. Enfin "Wander" clôt l'album comme il a été entamé, avec un titre de panache où la ligne de guitare directrice oscille vers un vertige obsessionnel.

Greywind parvient à faire ses preuves avec cette première prestation convaincante. Afterthoughts sera sans nul doute convaincre les fans d'un rock léger sur la forme, mais lourd de sens dès que l'on s'accroche aux paroles suggérées dès le titre de l'album qui en anglais, signifie sous-entendus.