Hate - Tremendum


Vingt sept ans d'existence pour le combo Polonais Hate et dorénavant dix albums au compteur avec ce dernier-né baptisé "Tremendum". Adam Busko (Sinner) co-fondateur et compositeur principal du projet continue de distiller sa vision d'un univers sombre, évidente constatation d'une l'humanité décharné qui nous héberge.

Line up :

Sinner - vocal & guitar
Pavulon - drums
Apeiron - bass (session)
Domin - guitar (session)

Le souci pour Hate au fil des années et des albums a été cette trop grande proximité de style avec Behemoth. Les groupes ont grandi et muri leur musique en parallèle mais la carrière de Behemoth a pris l'essor mérité que l'on connaît laissant malheureusement peu de place à Hate qui malgré de bons albums souffre d'une trop grande proximité de style avec le groupe de Nergal, ne leur permettant pas de s'imposer outre mesure. Avec pourtant de bons albums comme Solar Flesh ou Erebos ces derniers ne leur permettent cependant pas de s'imposer totalement.

Mettons ce postulat de côté et prenons Tremendum sous un oeil vierge de tout a priori.
Touch Down!
Tremendum se révéle être un excellent album, jalonné de morceaux d'une grande qualité qui apporte la pierre angulaire qui était évidente mais par trop sous-jacente depuis bon nombre d'albums. La voici enfin révélée.
Seules quelques intonations d'Adam Busko nous rapprochent encore parfois de Behemoth. Oui juste de la voix de Nergal, car musicalement Hate a pris ses distances, se montrant hautement inspiré sur Tremendum. Matérialisant toute sa capacité de création, développant un univers sonore personnel qui chasse de belle façon le fantôme de qui vous savez.

« Asuring Being » ouvre le bal sur un rythme martial d'où découle une atmosphère malsaine, épique et rageuse. La production de l'album est fantastique, le son est pur, puissant laissant à chacun le loisir de s'exprimer et d'être audible. Ce premier titre met la barre très haute.
Indestructible Pillar, « Svarog's Mountain », « Numinosum », « Fidelis Ad Mortem » qui suivent restent fidèles à la rage et à l'ambiance sombre, oppressante et acérée du premier titre.

Des titres toutes en alternance, en nuances réfléchies, un bonheur que de fluctuer de passages blasts en rythmiques plus posées, de soli percutants en mélodies dépressives, c'est au final tout l'album qui jouit de cette pertinence de ton. Que dire de « Sea Of Rubble » ou « Ghostforce » qui posant des tempos plus lents prolongent les effets de contrastes voulus pour Tremendum.

Tremendum place Hate au niveau de ses comparses Polonais de Behemoth ou de vader mais aussi par la force des atmosphères, sur les terres de Septic Flesh, Satyricon ou encore Dark Funeral. De bien sympathiques compagnons de Blasphème sur la scène Black Metal contemporaine. Tremendum est plus qu'un excellent album de Black moderne, c'est enfin la révélation de tout le bien que l'on pouvait penser et espérer de Hate.
Tremendum est un album à vivement conseiller et à assurément posséder, un Must Have comme il coutume de dire.