Heonia - Portraits

La formation de Metal Progressif Symphonique, Heonia, aura pris le temps de concevoir son nouvel album ! Cinq années, c’est beaucoup dans une carrière… Mais les Nordistes ont toutefois tenu à rassurer leurs amis sur les réseaux sociaux. Le groupe n'est pas en pause ! Le groupe continue à se produire sur scène et a tâché de faire découvrir ses nouveaux morceaux. Portraits sort à la fin de l’année 2015 et met en exergue une formation qui a redoublé d’efforts pour se faire un nom dans le paysage musical français. Heonia arrivera t-il à ses fins ? 

À la première écoute de l’album, nous ne pouvons qu’être surpris par la richesse des styles entrepris par Heonia. Ça jongle entre le Metal Progressif, le Thrash Metal et le Metal Symphonique avec les plans de guitare hyper techniques de Thomas sur « The Shabby Ballroom ». Ces parties s’associent bien au clavier subtile de Damien. Il s’avère être indispensable pour conduire l’auditeur dans l’univers si particulier d’Heonia sur « The Die Is Cast ». C’est un monde plein de romance et de fantaisie. 

La formation est également forte d’une culture musicale et n'hésite pas à le montrer. Et cela peut conforter l’auditeur: il est sur un terrain connu. Le crédit donné au chant de Marieke est important et rappelle souvent les incantations proférés par Tarja quand il s’agit d'un chant lyrique ou bien Angela Gossow quand la diva hurle ses paroles. En effet, Marieke est dans tous ses états sur des titres comme « Spiritual Blackmail » et « Freaks’ Dance ». Encore mieux, ses vocalismes flirtent souvent avec les cris de Damien (Claviers) sur « Pieces Of Visions ». Ainsi, il aura été possible d’assimiler Heonia à la bande de Simone Simons. 

Heonia est animé par la volonté de bien faire. Et cela s’entend dès l'introduction progressive de « Dead Find In The Hall Of Fame ». Tout est mis en place pour surprendre l’auditeur grâce aux parties de double de Dereck sur « The Shabby Ballroom » où les parties progressives se jouent des hurlements de Marieke. Les titres, sans forcément faire preuve d’une quelconque originalité, savent se faire efficaces et pertinents. 

Le groupe respecte son objet d’étude. Nous sommes bien en présence d’un album qui dessine différents portraits. Les titres, qui ne suivent pas un ordre logique, participent à la critique de plusieurs traits de caractère sous forme de satire ou d’éloge. En effet, quand bien « Spiritual Blackmail » se verra l’investigateur de toute forme de chantage, le titre « Shy » et « This is a Love Song (…Almost) » se chargeront de traiter la question des beaux sentiments. 

Néanmoins, nous ne pouvons qu’émettre quelques réserves. En effet, quelques promesses n’ont pas été tenues… À commencer par la production qui ne met pas assez en évidence les atouts de l’album. Le tout sonne souvent trop cru et ne permet pas au chant de se fondre dans le corps instrumental. La voix est trop en retrait, et c’est dommage ! 

Portraits est un bel album. Mais Heonia, s’il veut entrer dans la cours des grands, doit gagner en rigueur dans ses prochaines réalisations. Espérons juste que cela ne prenne pas une éternité. Car la rédaction de Metal Cunt attend la formation au tournant !