Hell Of A Ride - Bête Noire

 

Hell Of A Ride est un quintet parisien de rock/metal US dans la droite lignée des canons du genre : Alterbridge, Black Stone Cherry (avec qui les français se sont produits) ou encore Papa Roach. Fondé en 2011, le combo a publié un premier EP en 2013 réédité plus tard par Send The Wood (Hord, Last Avenue), on a pu aussi voir le groupe en découverte sur Une Dose 2 Metal ainsi que sur les scènes du Triel Open Air et du Mennecy Metal Fest.

Line-up :

Djej Rider (chant)

Noré The Lucky (guitare)

Lone Wolf Low (guitare)

Franck « The Gent » (basse)

Thibs (batterie)

Des musiciens de talent il y en a dans notre beau pays. Et ce dans tous les styles de musique.

Ces dernières années il semblerait que peu de formations rock/metal accèdent à un réel succès même si l'estime de mes compatriotes augmente pour « nos » poulains. En effet, le succès grandissant de 6h33, Smash Hit Combo ou encore Bukowski tend à montrer qu'un espoir est possible.

Avec Bête Noire dont le titre à lui seul est à noter (cocorico), Hell Of A Ride peut se permettre de belles ambitions car le niveau affiché par le quintet parisien est impressionnant.

Totalement dans la lignée rock/metal mélodique US (comme leur voisin d'Evenline) ce premier album propose seulement des chansons simples et efficaces. Ainsi, chaque refrain a pour ambition de rester en tête, chaque riff musclé cherche à donner envie d'headbanguer, chaque ballade donne envie de s'envoyer en l'air. Joyeux programme non ?

Si vous trouvez que des formations comme Alterbridge, Papa Roach ou Black Stone Cherry sont bien trop commerciales pour vous. Passez votre chemin car l'on aurait bien du mal à faire croire à des étrangers que ce groupe est bien de Paris. La production, l'accent impeccable et la qualité de l'ensemble sont impressionnants et renvoiet bien des combos à leur salle de répète. Le plus gros point fort du groupe est assurément son chanteur : Djej Rider. Là où de nombreuses formations de hard rock en général se retrouve avec un chanteur capable mais qui n'a rien d'exceptionnel, le bonhomme met sur le cul. Capable de monter méchamment dans les aigus et se permettant même quelques growls pas du tout ridicules, nous sommes face à un vrai chanteur ! Pas étonnant du coup que le groupe se repose beaucoup sur lui en terme de composition.

Le point faible de Bête Noire est celui de bien des albums du genre : son tracklisting. En effet, la première moitié de l'album regroupe les titres les plus rentre dedans tandis que la seconde montre la facette la plus mélodique du combo. Si des titres comme « Hell Of A Ride » (déjà présent sur la réédition du premier EP) et « From Dusk 'Til Dawn » restent bien énergiques l'ensemble est bien plus posé. L'album se termine même par un titre semi-acoustique, « Rain Of Fuel », que l'adolescent boutonneux que nous sommes tous (rassurez moi les mecs bons sang!) rêverait d'avoir chanté à sa conquête. Ainsi, nous sommes à peine surpris de trouver dans « Everything's Missing » et « Crash & Burn » des touches plus pop et même electro. Ces titres ne sont pas moins bons et cela n'est pas incohérent mais il est souvent bien plus judicieux de mieux gérer son rythme afin de ne pas limiter l'album à un début rentre dedans et une fin plus « ambiante » (pas le terme le plus approprié ici mais vous avez saisi l'idée). C'est ainsi cette cohérence qui fait que l'intensité n'a pas été conservé d'un bout à l'autre de l'album.

Dans ce genre de cas, on a toujours envie de présenter le groupe comme un futur grand. Le monde de la musique étant ce qu'il est et le rock/metal mélodique n'étant pas forcément le style préféré des français, seul l'avenir nous dira jusqu'où HOAR va monter. Mais la marge d'ascension est énorme. Les fans d'Alterbridge, de BSC (si le refrain de « Aphrodisiac Cadillac » ne vous rappelle pas celui de « White Trash Millionaire » vous êtes sourd) et de Papa Roach savent définitivement vers qui se tourner en France !