Hypocras - The Seed of Wrath

Initialement formé en 2005 aux alentours de Genève, comme un trio « Hypocras » présentera assez rapidement un premier album instrumental en 2006, sobrement intitulé 'Hypocras'. A partir de juin 2008 le groupe entre en mutation avec l'introduction d'un guitariste, un bassiste et quelques temps plus tard un chanteur.

L'année 2009 seras marquée par la sortie d'une première démo en janvier, suite à cela vint une série de concerts puis une nouvelle démo au mois de juillet. Le groupe voit les choses en grand c'est pour cela qu'ils sortent leurs premier E.P. En août 2010. Celui-ci prouvera les ambitions du combo, de part la professionnalisation de cette petite production.

Dès lors Hypocras tournera sans relâche avec des groupes de renommée internationale. 2013 fût un pas décisif puisqu'il s'agit de leur premier album « The seed of wrath ». Fort de son expérience passée, le groupe à su composer un album qui rentre très facilement dans la tête avec ses mélodies accrocheuses. 

Quand le black-death ne fait aucune concession pour l'auditeur (ça marche aussi pour le spectateur), la flûte apparaît avec sa gaieté comme une trachéotomie qui redonne du souffle aux compositions et s'impose comme un élément indispensable à l'identité des petits suisses.

Le chant typé black-Viking viens renforcer le côté brutal de l'instru. Au niveau influences le combo se fait plaisir en piochant dans le black,le death, le thrash jusqu'au metalcore (il serait regrettable et probablement préjudiciable d'abuser de ce dernier). Pour un premier album la qualité des compositions est à relever, sans fausses notes ni artifices inutiles, ici tout est bon à prendre et ça tombe bien puisque nos amis helvètes comptent conquérir l'Europe avec ce premier essai (d'ailleurs ça semble bien parti pour eux).

La lourdeur d'un metal extrême ajoutée à la fluidité de la flûte ainsi qu'à un énorme talent de composition rendront cet album brutal, puissant et entraînant. «The seed of wrath» aura été pour moi une excellente découverte qui devrait sans nul doute se retrouver au mois de décembre dans mon «top 5 découvertes». Je le conseillerai sans hésiter à tous les fans de viking-metal mais aussi à tous les fans de folk. Si tu ne connais pas Hypocras, tu vas certainement louper ta vie de metalleux !!!