Iced Earth - Ensiferum - Kataklysm - Unearth - Le Bataclan - Paris

On avait hâte de cette jolie et belle soirée qui s'annonçait en ce mercredi 7 décembre, pourtant froid et quelque peu pluvieux. Mais le temps n'était pas un souci ! On était content de revenir au Bataclan pour assister à un set de 4 groupes qui ont l'habitude d'envoyer la patate en live ! Mais l'énergie des groupes n'était pas la seule à retenir pendant cette soirée, car pas moins de 4 styles différents étaient représentés, avec du Metalcore bien burné pour Unearth, du Death Metal très lourd pour Kataklysm, du Pagan Viking des plus épiques pour Ensiferum et enfin du Heavy/Thrash fort bien punchy pour Iced Earth. Disons qu'on était gâté !

Malheureusement (et oui, la soirée commençait déjà mal pour moi !), je ne pus arriver à temps pour le début du show des américains d'Unearth dès 18h, m'étant retrouvé bloqué dans les transports. J'arrivai finalement devant la scène pour les trois derniers titres. Tandis que "Never Cease" retentissait de son riff destructeur en début de chanson, je m'apercevais que la foule amassée en face du groupe avait d'ores et déjà commencé la fête sans moi, se bousculant presque avant de partir en pogo dès le deuxième couplet.

Le public était content d'être là et c'était bon signe pour un groupe censé démarrer la soirée. Il faut dire qu'Unearth, mené par son chanteur charismatique Trevor Phipps, faisait tout pour mettre l'ambiance, bougeant sur scène et haranguant les fans. "Zombie Autopilot" était là pour en témoigner, avec son lead si reconnaissable pour les plus amateurs de la formation, tandis que "My Will Be Done" clôturait parfaitement le show sur un duo de grattes parfaitement rôdé de la paire McGrath/Susi. Mon seul regret était d'avoir loupé le début du show !

Setlist :

The Great Dividers

Watch It Burn

The Swarm

This Lying World

Giles

Never Cease

Zombie Autopilot

My Will Be Done

Unearth avait bien fait de chauffer la salle car venait désormais le tour des deathsters de Kataklysm. Pratiquant un Death Metal des plus lourds, il semblait certain que nous ne réchapperions pas à d'éventuelles sessions de headbanging afin d'accompagner comme il se doit le groupe sur des compos aussi pesantes que "Thy Serpents Tongue", "Crippled & Broken" ou le rouleau-compresseur "It Turns To Rust". Le son était puissant, la batterie usait avec force de sa double pédale ravageuse et la voix de Maurizio Iacono (chant) demeurait encore une fois irréprochable, très grave et toujours aussi enjouée quand il s'agissait d'encourager la foule à bouger ses fesses sur les parties les plus rapides. On oubliera pas les quelques circle pits lancés par le bougre !

Un show qui s'est apprécié de loin pour ma part, ayant toujours l'habitude de profiter à bonne distance de la musique des québécois, préférant laisser la lourdeur des guitares et de la batterie me bercer presque avec sérénité... Un set sérieux et ultra efficace de la part de Maurizio et de sa bande !

Setlist :

Breaching The Asylum

The Black Sheep

As I Slither

Taking The World By Storm

At The Edge Of The World

It Turns To Rust

Blood In Heaven

Thy Serpents Tongue

Crippled & Broken

The World Is A Dying Insect

Venait ensuite le groupe qui, selon moi, allait récolter l'accueil le plus chaleureux de la part du public de plus en plus nombreux à se regrouper dans la salle du Bataclan. Et commencer par la légendaire chanson "From Afar" n'allait absolument rien faire pour calmer les ardeurs d'une foule de plus en plus impatiente ! Les guitares s'affolent, la basse ronfle, les claviers hurlent leurs mélodies épiques et voilà que Petri Lindroos pousse son cri de guerre afin de réveiller pour de bon les légions de fans devant lui. L'ambiance est à la fête, les pogos sont bon enfant et certaines danses folkloriques improvisées font même leur apparition au beau milieu du public, notamment sur le très entraînant "In My Sword I Trust" ou le très fun "Two Of Spades" et son break disco. Je mentirai en vous disant que je ne fus pas moi-même pris d'une envie farouche d'effectuer quelques pas de danse entre deux pogos !

Une grande fiesta, ce show d'Ensiferum ! Et c'est tout ce qu'on attendait des finlandais ! La setlist était béton, avec le monstrueux enchaînement "Twilight Tavern", "Ahti" et "Lai Lai Hei" pour conclure un set totalement fou. La formation faisait plaisir à voir sur scène (comme toujours !), le sourire jusqu'aux oreilles et sautant partout, avec un Sami Hinkka (basse) encore une fois intenable !

Setlist :

From Afar

Warrior Without A War

In My Sword I Trust

Two Of Spades

Heathen Horde

Twilight Tavern

Ahti

Lai Lai Hei

Après un concert pareil, digne d'une tête d'affiche en fait, il s'avérait compliqué pour Iced Earth d'enchaîner et de clôturer cette soirée en beauté avec la même énergie. Le groupe, que je voyais pour la première fois, assumait cependant parfaitement son rôle de tête d'affiche, grâce notamment à une grande expérience de scène et un chanteur très présent. Les américains nous déballaient alors une setlist plutôt musclée, avec de bons riffs bien thrashy des familles et qui donnaient sérieusement envie de bouger la tête. Le vocaliste suivait le tout avec application, alternant même deux voix typées Power Metal, l'une bien plus aigüe que l'autre.

Cependant, malgré une musique des plus sympathiques et que j'ai finalement plus appréciée en live qu'en CD, le public était beaucoup moins démonstratif qu'à Ensiferum, se contentant finalement de rester plutôt sage dans l'ensemble, non sans quelques pogos bien sentis sur les passages les plus rythmés.

Setlist :

Incorruptible

Burning Times

Plagues Of Babylon

Dystopia

I Died For You

Vengeance Is Mine

V

My Own Savior

The Hunter

Boiling Point

Pure Evil

Watching Over Me

Une soirée concert qui se termina donc avec calme et douceur et non dans la chaleur suffocante d'un pogo comme de nombreux concerts précédents. Mais que cette soirée fut bonne ! Quatre styles différents pour quatre très bons moments passés en musique ! On en redemande !