Idensity - Chronicles

Idensity naît en 2008 suite à la rencontre de JP Ouamer et Alain Arcidiacono. Ayant tous deux la même sensibilité musicale, ils décident ensemble de créer leur propre univers death mélodique, aux influences d’Opeth, Devin Townsend et de nombreux autres groupes tels que Nevermore ou encore Katatonia.

L’aventure se concrétise quelques mois plus tard avec l’arrivée du bassiste Jonathan Bartolo et de Christophe Ferreira, ex chanteur de Cridames. La complémentarité des quatre fonctionne à merveille et la machine démarre en trombe. L’inspiration est au rendez-vous, les compositions fusent et seront enrichies avec Antoine Leboisselier à la guitare rythmique, puis plus tardivement par Mayline Gautié au violon. Faisant partie intégrante du combo, cet instrument ajoutera de nouvelles couleurs à la palette sonore du groupe, toujours à la recherche de sonorités nouvelles. Sur un fond puissant et torturé, appuyé par l’alternance de chants clairs et death, se dessinent des lignes mélodiques à la fois sombres et chaleureuses, sereines et romantiques qui ont pour but d’offrir à l’auditeur un véritable concentré d’ambiances et d’émotions…

Le groupe fait découvrir son univers au public français, belge et suisse depuis plus de trois ans. Idensity partage l’affiche avec des groupes tels que Dagoba, Decapitated, Zuul Fx, Bukowski, Fractal Gates, Dreadful Silence et bien d’autres...

C’est durant l’été 2012 qu’ Idensity enregistre le successeur de son premier album, «Chronicles», qui explore les croyances et les mythes sur les origines de la fin de la Vie. Il met en paroles et en musique les chapitres funestes des différents dogmes que l’humanité ait connus.

Ce second album, mixé par Dan Swanö, sortira le 28 octobre 2013 chez SEND THE WOOD.

Avec un artwork attirant, rappelant l'âge d'or grec et une introduction au touches orientales, on est directement plongé dans un monde ancien. Nous débutons notre écoute avec une explosion de références. Autant historiques que sonores, nous voici devenu soldat se battant sous les blasons Grecs, Égyptiens, Asiatiques... Une atmosphère épique et puissante s'installe dès le premier titre éponyme.

C'est avec plaisir que nous découvrons un chant beaucoup plus mature, entre growls, chant clair et chœurs. Une prestance assurée qui vient nous confirmer que Christophe Ferreira est netemment plus efficace que sur le premier album Serenity (2011).

D'ailleurs le titre Sekhmet nous offre encore plus de couleur de part son introduction au piano accompagnée d'un chant lyrique. Des rythmiques entre guitares mélodiques et violon, violon qui prend une place prédominante dans la construction des chansons, apportant une touche très caractéristique qui renforce encore plus la marque de fabrique d'Idensity.

Il est difficile d'expliquer et de cerner précisément avec des mots la puissance de cet album. Les mondes se rencontrent, les styles aussi, violon, symphonie, death, progressif, heavy, mélodique...

Il n'y a strictement rien à redire sur le plan structurel et du mixage des 11 titres, tout est parfait, et même si le mot « parfait » ne doit jamais être utilisé dans une chronique,il nous est difficile de faire autrement.

Des côtés sombres, enchanteurs, avec l'ouverture des titres Sekhmet et Mofa, il semble que l'impact de la musique soit également sentimental. Effectivement le groupe ne nous propose pas de voyager à travers leur musique, ils nous dérobent de notre situation et nous propulsent dans un univers auquel on ne peut pas s'enfuir...

Le travail instrumental est on ne peut plus précis, les titres se suivent logiquement, avec une exécution fluide.

On se demande comment en seulement une année le groupe à réussi à offrir autant de couleurs et de techniques. L'inspiration est époustouflante.

Solo impressionnant sur le titre Mantra. Les Idensity auraient pu s'arrêter là... mais le swepp/shred est exécuté parfaitement.

Notons également la présence d'un morceau instrumental Islam qui trouve exactement sa place au milieu des titres précédents. Un moment de repos progressif qui ajoute encore une fois un autre angle d'écoute.

La richesse de cet album est présente dans chacun des morceaux qui le composent, avec la rythmique, les différentes mélodies et les arrangements sons, on évite toute redondance possible.

L'album garde cependant une touche caractéristique, sa puissance et son approche très massive qui colle parfaitement à l'univers qui y règne. La production est proche d'une excellente bande son de film.


Il est encore possible d'écrire des dizaines de pages sur cet album... et encore il manquerait encore des éléments. Cet album est une explosion, une bombe. A tous ceux qui veulent faire vivre les groupes Français à l'international, Idensity est LA formation à propulser. Le groupe a de quoi faire trembler les plus grands noms du genre.

Chapeau bas au groupe et un grand merci à eux pour cet album.