Interview - Age Of Torment

Vainqueur du Redbull Bedroom Jam qui l’emmène sur la prochaine édition du Graspop et auteur d’un premier vinyle deux titres, Age Of Torment continue son bonhomme de chemin. Outrepassant les changements de line-up intempestif et les difficultés du music-business, le quartet thrashcore bruxellois a choisi de réenregistrer un titre de son premier album (Dying Breed Reborn), « Child Of Misfortune », accompagné d’un instrumental énigmatique qui prouve une fois de plus la richesse du combo.

Pleinement convaincu par I, Against, son dernier album, j’ai réuni une feuille de papier et mes trois neurones pour faire un point avec Shaun (Resistance, Length Of Time, Bloodshot…) et Nico (Goliath), les deux piliers de AOT.

Peux tu nous raconter la formation de Age Of Torment ? Je sais que le groupe s'est monté autour d'Hellgium, qui donnait dans un genre de black aux mélodies heavy metal. Comment en êtes vous arrivés au thrashcore que le groupe fait maintenant ?

 

Shaun Van Calster (guitare/chant) : Hellgium n'a absolument rien à voir avec le AOT d'aujourd’hui. De base il s'agissait d'un projet entre amis mais cela n'a jamais vraiment abouti pour des raisons diverses. AOT est la suite avec certains membres de l'ancienne formation lors du début du groupe mais il s'agit bel et bien de deux groupes différents. Cela a aussi beaucoup evolué ces dernières années vers quelque chose de tout à fait différent.

 

Le groupe a subi de nombreux changements de line-up, est ce que cela ne t'a pas découragé à un moment ?

 

Shaun : Bien sûr que si, mais quand on a une direction en tête, c'est inévitable que certaines personnes ne comprennent pas/plus le concept et/ou la direction musicale. A côté de ça c'est assez difficile de trouver les musiciens "capables" de jouer notre musique de la façon nécessaire. Pas forcément dans le sens technique mais plutôt dans l'ambiance, précision, alignement musicale etc…

Aujourd’hui on est en béton, plus qu'a quatre, et je suis bien content d'avoir continué à chercher où trouver les bon gars (sourire).

 

Vous restez maintenant sous forme de quatuor alors que le groupe était à la base un quintet. Qu'est ce qui a motivé le départ de Jon ? Est ce que vous attendez le bon guitariste pour le remplacer définitivement ou bien comptez vous rester quatre désormais ?



Nico Prygiel (basse) : Non, nous resterons définitivement à quatre ... On a finalement trouvé une formule qui marche bien et cela nous permet d'aller de manière plus directe à ce que nous voulons faire. Jon avait d'autres attentes musicales et cela se ressentait aussi bien musicalement qu'au niveau relationnel.
Maintenant nous avons la possibilité de composer dans un état d'esprit plus solide et nous voyons plus vite et plus facilement où nous voulons en venir quand un morceau se construit.

 

Vous avez du vous battre pour convaincre Bruno (Giannocaro, ex-Dark Sensation, ex-Ex Nihilo) de vous rejoindre. Est ce que vous pensez qu'il est le frontman rêvé pour AOT ?

Nico : Totalement... Je ne vois plus AOT avec quelqu’un d’autre au chant.

Shaun : Idem.

 

I, Against montre une facette beaucoup plus sombre et agressive de votre musique. Que s'est il passé ?

Nico : On est passé du coté obscur (sourire) ... On a tout simplement beaucoup "grandi " entre les deux albums... I, Against s'est construit durant une période assez difficile pour chacun d' entre nous et cela doit se ressentir très fort je pense.

 

On y trouve notamment « Even If I Die » qui parle d'un ami décédé et qui comporte des couplets en français. Comment ce titre est il né ?

Nico : "Z" (Stéphane Zoina) était le chanteur de mon autre groupe, Goliath, il se battait contre un cancer depuis longtemps déjà et on voulait qu'il chante sur un de nos morceaux. La vie étant ce qu'elle est, Stéph s'en est allé avant que l'album ne soit en cours d'enregistrement. On lui a alors dédié plus particulièrement ce morceau, où Bruno reprend une partie des paroles que Steph chantait dans une de nos chansons.

 

Pourquoi sortir ce vinyle limité, Child Of Misfortune, et réenregistrer « Child Of Misfortune » déjà dispo sur votre premier album alors que vous avez commencé à travailler sur un nouvel opus il y a quelques mois ?

Nico : C’est un morceau du premier album que l'on garde dans notre set et cela depuis le début. Dying Breed Reborn bien qu'il ait été bien accueilli par la scène et les médias comporte quelques tracks qui, si on les réenregistrait, aurait une toute autre ampleur. C est ce que l'on a voulu faire avec "Child...".

 

Cette nouvelle version me paraît plus hardcore que la première. Restez vous satisfait de Drying Breed Reborn ?

Shaun : Absolument, cet album a été composé et enregistré dans des conditions assez uniques, un bout de parcours inoubliable pour ma part. C'est "rough", très direct et tout à fait dans l'état d'esprit du moment. Un album n'est jamais "fini" non plus. Il y a toujours des choses qu'on ferait autrement après mûres réflexions. Voilà ce qui nous a poussé à refaire « Child Of Misfortune ».


Nico : Pour moi qui suit arrivé en fin de parcours sur l'album, cela marque le début de ma collaboration avec Shaun donc... Oui j'en suis toujours content.

 

Sur Dying Breed Reborn on trouvait un ghost track très posé un peu à la Alice In Chains que tu chantais intégralement Shaun. « The Omen Of B » montre lui aussi quelque chose de plus rock tout en étant très sombre. Est ce que vous aimeriez monter un groupe plus rock ?

Nico : Shaun m'avait demandé si j'étais d'accord pour mettre "The Omen Of B." sur le prochain album mais je ne voulais pas... C'est une musique avec une interprétation très personnelle et je trouve qu'elle ne collera pas au contexte du prochain album... Je n'aime pas forcément poser des interludes très personnelles dans du travail de groupe, de peur de la dénaturer. Elle est beaucoup plus "intime"... Sur un vinyle je me suis dit que c’était un produit plutôt à part du reste et qu'elle y trouverait sa place.

Est ce que comme le veut la mode récemment vous êtes attachés au format vinyle ?

 

Shaun: Ce n'est pas vraiment à cause de la mode du moment, j'ai toujours adoré le format vinyle. Je suis un grand collectionneur de CD et vinyles. Comme le CD marche de moins en moins, les coûts de production sont réduits aussi. Cela se traduit en des objets moins intéressants à avoir en main, alors que vinyle est l'antithèse absolu. Le vinyle m'a rendu la sensation que j'avais a 14 ans en achetant des albums en CD.

 

Vous venez de gagner le Red Bull Bedroom Jam 2015 et serez du coup au Graspop cet été. Qu'est ce que cela vous fait ? Comment avez vous vécu cette aventure ?


Nico : Ca donne un grand coup de boost... Mais on sait que derrière il y a beaucoup de boulot à faire... C’était assez éprouvant et stressant... Et le reste est à venir.

Je crois que vous ne vous êtes jamais produits en France. Est ce la vieille rivalité entre nos deux pays qui vous bloquent ?

 
Nico : Absolument pas. Je pense qu’on va scruter de plus près le territoire français et voir si on peut venir faire un saut chez vous (sourire).

 

Shaun : On a fait une date a Valenciennes il y a 2 ans je pense, mais c'est tout pour le moment. On compte bel et bien débarquer en France dans les prochains mois.

 

Quel est votre meilleur souvenir live ?

Nico : Tous groupes confondus : Goliath au Botanique à Bruxelles.
Avec Age... On en a eu beaucoup... PPM Fest (ndlr : avec Europe et Edguy entre autre), le premier Face The Wall, ouvrir pour Death Angel.

 

Shaun : Resistance a Warschau (PL) en direct support de Vader, Dark Sensation au Botanique (BE), Length Of Time en direct support de Hatebreed (BE) et AOT au PPM fest.

Votre meilleur souvenir studio ?

Nico: I, Against et The Uncoming (Goliath).

 

Shaun: I, Against, The Seeds Within (Resistance).

 

Vous pouvez dire ce que vous voulez pour finir cette interview.

Nico : Merci de continuer à supporter la scène et on espère avoir de vos nouvelles pour le prochain album (sourire).

 

Line-up :

Bruno Giannocaro (chant)

Shaun Van Calster (guitar/chant)

Nico Prygiel (basse)

Charles Degolla (batterie)

 

Discographie :

Dying Breed Reborn (2010)

I, Against (2013)

Child Of Misfortune (vinyle-2015)