Interview - Herrschaft

La sortie digitale d'un album réunissant ses remixes et ses reprises était l'occasion parfaite pour contacter Herrschaft. Une des formations indus franchouillardes qui montent depuis quelques années, petit retour sur son histoire et une vision de ce recueil que vous pouvez vous procurer gratuitement sur Bandcamp. C'est MaX et Zoé, désormais seuls maîtres du destin d'Herrschaft qui ont pris le temps de faire un petit bilan pour les dix ans de leur bébé.

 

Commençons par la question chiante mais obligatoire, pouvez vous présenter Herrschaft à ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

MaX (chant, batterie, programmations) : HERRSCHAFT est un groupe d’Electro-Metal français fondé en 2004. Nous avons trois opus à notre actif, sortis sur le label Italien Code 666 / Aural Music. Un EP Architects Of The Humanicide en 2006, un album complet Tesla en 2008 et finalement un autre album Les 12 Vertiges en 2013. Nous avons de plus sorti en 2014 une compilation digitale et gratuite d’une vingtaine de remixes, Times and Dust.

Vous avez publié Les 12 Vertiges en 2013, cet album a été très bien reçu et a marqué le début de votre collaboration avec Dooweet. Que pensez-vous de cet album avec du recul ?

Zoé Von Herrschaft (guitare, basse, programmations : J'en suis très fier. Il marque la fin d'une trilogie qui est née avec Herrschaft, et clôt un chapitre incroyablement riche de notre existence. Les années passées dessus, les gens qui y ont collaborés, et les expériences personnelles que nous avons vécues pour chacun des douze morceaux (et donc des douze vertiges) de cet album, marquent les cinq années les plus électrisantes de ma vie.

Comment vous est venu l'idée de ce recueil de remixes célèbrant les dix ans du groupe ?

MaX : Dès le début de l’aventure, on a tissé pas mal de liens avec divers groupes de la scène indus française, et on a vite tenté l’expérience des remixes. Le tout premier date de juin 2007 ! Au début on voulait en rassembler un petit nombre et les ajouter en bonus à un prochain album, mais il y avait toujours un contretemps, un nouveau remix qui se rajoutait… Et la volonté en parallèle de prioriser nos propres morceaux. Bref, on n’a jamais concrétisé de sortie physique.
Quand on s’est dit « Bon, là, faut vraiment faire quelque chose avec les remixes », on s’est rendu compte qu’il y en avait vingt trois… Et que c’était déjà les dix ans du groupe ! (sourire)

Est-ce que les remixes sont autant le fruit d'un travail de groupe que vos compos ou bien y-a-t-il un membre plus impliqué que les autres ?

Zoé : Concernant les remixes qu'on a réalisé, ça s'est vraiment passé comme pour l'écriture des musiques originales d'Herrschaft, surtout qu'on repart généralement de zéro, on essaye d'utiliser le moins d'éléments d'origine possible. MaX ou moi démarrons sur une idée, et le ping-pong entre lui et moi démarre, jusqu'à ce que l'un de nous cède (rire).

C'est presque un passage obligé pour les groupes d'indus mais une démarche qui reste assez éloigné du rock. Comment l'envisagez-vous ?

MaX : Pour nous, le processus de création d’un remix est proche d’une conception de morceau « classique ». Déjà parce qu’on crée tous nos titres en studio, avec comme l’a dit Zoé beaucoup d’aller-retours, de couches rajoutées et de bidouillages. Se lancer dans un remix est donc assez naturel. Ensuite, pour les choix des victimes, c’est toujours au coup de cœur, pour un morceau, ou un groupe. On vit chaque remix comme un micro-évènement.

 

Zoé : C'est même parfois plus difficile car tu as la pression de faire quelque chose de vraiment moins bon que l'originale, ou de dénaturer l'esprit qu'a souhaité l'auteur original.

Vous êtres très proches de The CNK dont Zoé fait partie, il n'est donc pas étonnant de vous voir proposer une reprise sur Times And Dust. « (we don't care about) Kommando'96 » a été réenregistrer à l'occasion de la réédition de Ultraviolence Über Alles et a été tellement apprécié par le groupe que c'est désormais votre version qui est joué sur scène. Vous en êtes très fiers j'imagine.

Zoé : C'est vraiment l'un de mes remixes préférés sur cet album, au point que nous le jouons également de temps en temps sur scène avec Herrschaft ! (rires)

 

MaX : Celui-là a une histoire assez spéciale en effet ! C’est XXX (ex-Otargos) lui-même qui m’avait offert le CD d’Ultraviolence Über Alles dans mes jeunes années, et j’avais particulièrement adoré le mélange Black / Indus / Martial / Super agressif de « Kommando '96 ». Lorsqu’on a rencontré le groupe des années plus tard, et que l’idée d’un Remix s’est présenté j’étais comme un gamin ! Le hic était cependant de taille : tous les enregistrements originaux avaient disparus… On est donc parti sur l’idée de le refaire intégralement, à notre sauce, et de réenregistrer Hreidmarr et Bzd aux voix. C’est au final un viol complet du morceau tout en tenant l’original en haute estime… Notre définition du remix parfait !

Vous restez très proches aussi d'Otargos puisque MaX jouait dans un groupe avec Dagoth et XXX. Voilà pourquoi vous vous êtes occupés de ce remix de « Fleshless-Deathless ». Que pensez vous de leur évolution ?

MaX : Otargos s’est taillé sa place parmi les piliers du Death/Black francais, en ayant toujours suivi leur cap, sans jamais rien lâcher. Malgré les changements de line-up, malgré les galères… Ca commence à vraiment bien marcher pour eux maintenant et ils sont haut dans l’affiche dans pas mal de festivals… Le même acharnement a permis à XXX de se hisser dans les figures emblématiques du Metal Français maintenant. Bref, je suis très fier d’eux !

Après pour être honnête, les années ont passé et on n’a plus trop de contacts. Je suis tombé sur Dagoth un peu par hasard un soir, il était en plein dans l’enregistrement d’Apex Terror (2013) leur dernier album. J’ai senti qu’il voulait changer, trancher, revenir vers un Death plus old school. Et on est donc bien sûr partis sur une idée de remix pour célébrer les vieilles amitiés !

On ne désespère pas de pouvoir rejouer avec nos groupes respectifs ensembles sur scène un jour… On verra bien !

Vous reprenez « Diz Iz Why I'm Hot » de Die Antwoord. C'est une formation qui a beaucoup de succès dans le milieu metal (Ninja est même monté sur scène avec Marylin Manson), pourquoi à votre avis ?

Zoé : Parce qu'avant même de parler de style de musique et de code musicaux, l'esprit de ces gens est le même ! Yo-Landi et Ninja sont bien plus rock'n'roll et punk que la majorité des groupes de rock. Je ne saurai pas dire mieux, c'est un état d'esprit avant tout, et même si ils jouaient de la musette, ils seraient rock'n'roll.

Il semblerait que vous avez pu faire écouter votre version aux membres. Qu'en ont ils pensé ?

MaX : Alors non, par contre on a bien fait ce remix parce qu’ils venaient jouer en France au Trianon à l’époque, qu’on ne les avait pas vus depuis longtemps et qu’on était totalement en mode groupies !  La date a juste été fabuleuse, chaque personne présente a perdu au moins trois litres de flotte. Les autres ont loupé un truc de malade.

Apparemment l'histoire du remix de « Valliant » est incroyable. Quelle est-elle ?

MaX : Encore une histoire de rencontre et de beuverie ça… On a rencontré DJ Vengeance à l’époque où il était chanteur de Cigüe. Il nous avait fait à l’époque, vers 2010, un remix de « Valliant » très Prodigy. Lorsqu’on a voulu rassembler les sources pour sortir la compilation, on s’est rendu compte qu’on avait… Perdu les sources ! Et on n’avait plus de nouvelles de lui depuis quelques années déjà. C’est donc au tour de Zoé de tomber sur lui dans un bar (pour changer), et lui demander s’il avait encore, par hasard, les sources de ce vieux bordel. Et Vengeance de nous sortir que, oui, mais qu’il venait en plus d’en faire un autre !

Et pas n’importe lequel, sa reprise complète façon Depeche Mode nous a mis sur le cul. C’est génial de pouvoir finir la compilation sur ce titre.

Au final on trouve assez peu de remixes de vos propres titres, est ce par ce que l'exercice ne vous paraît pas intéressant ? Par manque de recul ou d'objectivité sur votre propre travail ?

Zoé : Je ne sais pas si on serait capable de retravailler un morceau après en avoir déjà donné notre vision une première fois...

 

MaX : Non ça va on en chie déjà assez à finir des morceaux ! Une fois qu’on en sort un, on n’y touche plus !

Cet album est uniquement disponible sur le net gratuitement, on ne pourra pas vous reprocher d'essayer de vous faire de l'argent en ne proposant qu'une compilation de vos remixes. Mais j'imagine que ce n'est pas la seule raison qui a entraîné cette décision.

Zoé : Avant tout parce que c'est le principe d'un cadeau d'anniversaire ! Et celui-ci fête nos dix ans en plus, ce n'est pas rien. Et puis c'était l'occasion de mettre en avant tous les autres artistes et amis qui nous ont remixé, qui ont participé à cet album, et il était hors de question de monétiser cela.

La scène indus française n'a pas à rougir avec The CNK, vous, Jenx, Punish Yourself, Tamtrum, Treponem Pal, Dagoba, Pavillon Rouge... Pensez-vous cependant que la France n'est pas friande d'indus, que ces groupes seraient plus populaires s'ils étaient allemands par exemple ?

Zoé : Et bien ces dernières années nous avions pris l'habitude de dire justement que notre scène s'appauvrissait énormément. Tamtrum ont malheureusement arrêté, pas de nouvelles de Jenx, et associer Dagoba à de l'industriel me semble audacieux (ndlr : certes)... Mais j'ai l'impression que c'est un peu pareil partout. Ce qui me laisse penser que c'est le style de musique en lui-même et à l'international qui n'est plus en odeur de sainteté. MaX, on savait qu'on finirait par être des vieux croutons piliers de bar non ?

Y-a-t-il des perles dans le style que vous aimeriez conseiller ?

MaX : Justement, alors qu’on en était à se lamenter entre vieux, on s’est quand même rendu compte que la relève se pointe, et qu’elle n’est pas là pour rigoler. On voit arriver des groupes comme Shaarghôt, ou Trickstersland. Deux énormes claques, et ca n’est que le début.

 

Zoé : Nos potes de Syndro-Sys aussi, si ces feignasses se décident a sortir leur foutu EP qui est prêt depuis un moment. Et on joue avec Pavillon Rouge et Hanzel Und Gretyl à Paris dans pas longtemps aussi, ca va blaster.

Quel est votre album de remixes, reprises, préféré (hormis Révisionnisme) ?

Zoé : Celui de Therion (ndlr : Les Fleurs Du Mal, 2012). Non je déconne, c'est une catastrophe.

 

MaX : En fait c’est rare de trouver des bons remixes. Les gens ne devraient écouter que les nôtres.

Un petit mot sur le DVD de The CNK qui vient de sortir ?

Zoé : Il est très beau ! (rires)

Non sérieux, foncez dessus, j'en suis hyper fier, après deux ans passés a affiner le moindre détail dessus, c'est vraiment mon bébé dans The CNK (ndlr : Zoé s'est occupé du mix).

Avez-vous commencé à travailler sur le successeur des 12 Vertiges ?

Zoé : Tout à fait. Il y a même un premier extrait sur notre Bandcamp : « Behind This Smoke Screen ».

 

MaX : Il y a pas mal de changements en fait. Alors qu’on était en trio depuis dix ans, Bzd nous a quitté il y a quelques mois. Il a fallu qu’on prenne des décisions, et on a décidé de continuer en tant que « Power duo ». Je reprends donc la voix désormais ! Il a fallu retravailler intégralement le live avec un nouveau line-up… Et les prochains morceaux seront donc forcément différents, mais c’est un peu ce qui nous excite le plus pour la suite !

 

De quoi êtes-vous le plus fiers depuis les débuts du groupe ?

MaX : De toutes les expériences humaines que cette aventure nous a apportés. Comme on fuit les connards, on n’a rencontré que des gens biens.

Votre plus mauvais souvenir jusqu'à maintenant ?

MaX : Avec Herrschaft, je n’en ai pas vraiment. Il y a eu des périodes de doute, un peu d’apathie, oui, et la mise au second plan à cause d’autres projets… Mais pas vraiment de mauvais souvenir qui soit lié au groupe. T’en as, toi, Zoé ?

 

Zoé : Non, les plus mauvais souvenirs se sont transformé en d'excellentes blagues privées, une fois patiné par les années...

Comment voyez-vous l'avenir pour Herrschaft ?

MaX : On repart avec une énergie nouvelle. On a récemment fait un concert en Belgique, au COALESCAREMONIUM avec le nouveau line-up. Le public a bien réagi, la nouvelle voix passe bien. Ca nous a donné envie de remettre le couvert ! Prochain concert prévu le 19 Octobre au Glazart avec Hanzel Und Gretyl, Syndro-Sys et Pavillon Rouge, on va vraiment bien se marrer.

Les derniers mots sont pour vous.

MaX : 19. Octobre. Glazart. Les absents vont se la mordre.

 

Line-up :

MaX (chant, batterie, programmations)

Zoé Von Herrschaft (guitare, basse, programmations)

 

Discographie :

Architects Of The Humanicide (EP-2006)

Tesla (2008)

Les 12 Vertiges (2013)

Times And Dust (Remixes-2014)