Interview - Audrey Horne

D’abord prévu au téléphone, c’est finalement par e-mail que nous avons contacté Toschie, le frontman d’Audrey Horne, afin de prendre quelques nouvelles du groupe avant sa tournée en compagnie de Dead Lord et Dead City Ruins qui passera, entre autres, par Anvers, Paris, Bordeaux et Marseille. Une tournée que nous ne louperons, bien évidemment, sous aucun prétexte !

Après la sortie de Pure Heavy, vous avez tourné avec 77 et Pet The Preacher. Quels souvenirs gardes-tu de cette tournée ?

Toschie : Ce fut une chouette tournée. Ces deux groupes étaient très bons sur scène et ce sont des gens géniaux en dehors donc je n’en garde que des bons souvenirs. Je suis devenu super ami avec le chanteur de Pet The Preacher qui est un artiste formidable et varié, doublé d’une bonne personne.

Pure Heavy est sorti il y a un petit peu moins d’un an. Vous avez poussé la production un peu plus loin que sur Youngblood. Est-ce que tu es toujours entièrement satisfait de cet album ?

Oui, je le suis, même si je dois avouer que la production a un peu enlevé ce côté brut que j’aime particulièrement sur Youngblood. Mais je pense que dans l’ensemble c’est un bon album avec quelques chansons vraiment solides.

Bien sûr, votre musique a changé sur les deux derniers albums mais je trouve que les paroles ont également changé. Elles sont devenues plus légères et moins sombres (à part peut-être sur « Boy Wonder »). Y-a-t-il une raison particulière à cela ?

Je ne sais pas mais notre musique est devenue plus lumineuse aussi donc je pense que les paroles ont juste changé en même temps que la musique. Après tout, mes paroles ne sont censées être qu’une valeur ajoutée à la musique. Ou alors, peut-être que je me fais vieux et que je suis plus heureux qu’avant. Je dois dire que tout se passe bien dans ma vie actuellement donc je n’ai aucune raison de me lamenter.

La chanson « Between The Devil And The Deep Blue Sea » avait été jouée sur votre tournée en compagnie de Grand Magus avant la sortie de Pure Heavy. Pourquoi n’en avoir fait qu’un bonus ?

Pour être honnête, le rendu de ce morceau en studio ne s’est pas montré à la hauteur de nos espérances. Je pense toujours que c’est une super chanson mais quand nous l’avons enregistré, le morceau a semblé finalement perdre un peu de sa hargne. De plus, nous trouvions qu’il y avait d’autres chansons qui étaient bien meilleures que celles-ci. Mais bon, ce morceau restait assez bon pour que nous n’ayons pas honte de le mettre en bonus sur l’album.

Parlons de choses un peu plus récentes. Vous avez enregistré trois chansons en live pour l’émission de télé Une Dose 2 Metal. Je pense que c’était votre première apparition sur un plateau télé. Est-ce que c’était stressant de se retrouver devant les caméras ?

Non, nous avions déjà fait des trucs à la télé auparavant, mais en ce qui concerne la France, c’était effectivement notre première fois. C’est toujours plus stressant de faire des plateaux télé parce que tu dois faire la même chose que sur scène mais il n’y a pas la même énergie et sans l’énergie, cela parait un  peu faux ou exagéré, enfin bref… Nous arrivons à nous en sortir mais ce n’est pas si agréable que ça. Après, cela fait partie du jeu !

Au moment de la tournée, un clip est sorti pour le morceau « Holy Roller ». Les marionnettes que vous aviez utilisées pour « Out Of The City » y apparaissent aussi. Avez-vous sorti cette vidéo parce que ça coïncidait avec le moment de la tournée ou parce que les marionnettes étaient trop cool pour n’être utilisées qu’une fois ! Ou les deux ? (rires)

Je pense que c’est un peu des deux. Malheureusement, les marionnettes ont toutes pris leur retraite. Mais bon, cela va changer quand nous aurons trouvé le moyen de leur faire enregistrer les albums et de partir en tournée à notre place, pendant que nous resterons à la maison à siroter tranquillement des Pina Colada en comptant nos liasses de billets (rires).

Vous avez donné un concert très intimiste à l’Apollonfest pour un disquaire local. Est-ce que ce genre de concert est plus marrant pour vous ?

D’une certaine manière, oui. Ce n’est pas comme dans un club rempli ou sur la scène d’un gros festival mais, il y a dans ces concerts une sorte d’ambiance de guerilla. Tu sais, les gens ne s’y prennent pas la tête et y vont pour déconner donc je dirais que c’est facile d’avoir un bon feeling avec le public et de sortir une grosse performance dans un endroit si petit.

Vous vous produisez sur plusieurs festivals cet été. Lequel fut le plus cool pour l’instant ?

Ils ont tous été bien mais je vais parier sur un festival que nous allons faire en Norvège à la fin du mois d’Août. Je pense que ça va tuer. Ce n’est pas loin de chez nous donc je pense que nous y verrons de nombreux amis. De plus, le cadre du festival est magnifique.

Vous allez tourner avec Dead Lord et Dead City Ruins dès septembre. Ça fait beaucoup de trucs en Dead ! As-tu déjà jeté une oreille à ces groupes ou attends-tu la tournée pour les découvrir ?

Ouais, on va sûrement s’appeler Deadly Horne sur cette tournée (rires). J’avais déjà entendu parler de Dead Lord auparavant mais j’ai vraiment écouté ces deux groupes quand la tournée a été annoncée. J’ai vraiment hâte de les rencontrer et de partager la scène avec eux.

La dernière fois que nous nous étions vus, tu m’avais dit que le management voulait vous mettre en première partie d’un autre groupe. Visiblement, ça ne s’est pas fait vu que vous revenez en tête d’affiche. Il n’y avait pas de bons plans à saisir ?

C’est soit ça, soit nous sommes trop mauvais (rires).

Allez-vous apporter quelques changements à la setlist sur la tournée et avez-vous déjà commencé à écrire de nouveaux morceaux ?

Oui, nous avons déjà commencé à écrire de nouveaux morceaux mais je ne suis pas sûr que nous allons en jouer sur cette tournée… On va bien voir. Mais effectivement, nous allons changer quelques morceaux dans le set et nous allons jouer des chansons qui n’ont pas été jouées depuis longtemps. Je pense que certaines n’ont même quasi jamais été jouées. Ah et aussi, Thomas va jouer avec une cape, un chapeau haut de forme et une canne !

La plupart des fans sont plus familiers avec Youngblood et Pure Heavy qu’avec le reste de votre catalogue. Peux-tu les décrire en quelques mots ou me dirent ce que tu te rappelles le mieux de ces albums !

No Hay Banda : C’est notre premier album donc je me souviens principalement que j’étais très fier qu’il ait si bien marché. « Death Horse » est un excellent morceau.

Le Fol : Nous l’avons produit nous-mêmes et nous avons du faire face aux départ de deux membres. Cet album, c’était un peu « ça passe ou ça casse ». « Threshold » reste problalement notre morceau qui a été le plus diffusé à la radio, encore maintenant d’ailleurs.

Audrey Horne : Il a été enregistré à Los Angeles avec Joe Barresi, j’adorerais travailler de nouveau avec lui. C’est probablement notre album le plus varié à ce jour.

Faith No More était une grosse influence pour Audrey Horne à ses débuts. Ils viennent de sortir Sol Invictus, leur premier album depuis 18 ans. Que penses-tu de ce disque ? 

Il est bien mais pas génial. Après, Faith No More reste au-dessus de la bonne majorité des groupes.

Dernière question, si tu pouvais jouer dans un autre groupe, ce serait quoi ?

Le E Street Band.

Merci pour cette interview, on se voit à Anvers !

Le plaisir est pour moi, j’ai hâte de te revoir l’ami, reste classe !

Line-up :

Toschie (chant)

Espen Lien (basse)

Ice Dale (guitare)

Thomas Tofthagen (guitare)

Kjetil Greve (batterie)

 

Discographie : 

No Hay Banda (2005)

Le Fol (2007)

Audrey Horne (2010)

Youngblood (2013)

Pure Heavy (2014)