Jenx - Drift

Ah le remix ! Une invention exceptionnelle, qui reste plutôt rare dans notre petit univers métallique. La plupart de ceux qui en ont fait l'expérience font partie de la scène indus, ceci étant d'une logique implacable. Ministry reste le meilleur exemple dans le domaine, depuis que Al Jourgensen a monté son propre label (13th Planet) il livre toujours une version remix de ses albums (on peut aussi évoquer les remixes de Laibach).

Le principe de base de Drift est sensiblement le même, Jenx ayant décidé de proposer des remixes des titres de son dernier opus en date : Enuma Elish. Un excellent disque par lequel j'avais découvert le travail des bordelais, je me réjouissais donc de les retrouver avec un nouvel opus sous le bras. Avant de découvrir que celui était bel et bien composé uniquement de titres electros. Un style avec lequel j'ai beaucoup de mal. Cependant il ne faut jamais dire jamais et c'est dans cette idée que je me suis lancé le défi de laisser une chance à Drift.

Arrivé à la conception d'Enuma Elish, Lyynk est bien celui à qui l'on doit Drift. A tel point que son pseudonyme est inscrit sur la pochette dudit disque. Si l'on ne peut pas vraiment dissocier cette œuvre du reste de la discographie de Jenx, elle demeure complètement à part. En prenant les pistes d'Enuma Elish Lyynk les transforme, les modifie, rajoute des éléments provenant directement de son esprit fécond et en fait des pièces d'electro/metal tout à fait original. Certes « The Loss », « The Flood » et « Chains Of Labor » restent assez proches de leur version original mais le machiniste a créé de toute piècel'autre moitié des titres qui composent Drift. Donnant naissance à des créatures hybrides, certes fortement electro mais qui conservent leur dose de metal. On se trouve face à des titres parfois très ambiants, comme « Inner View » long de onze minutes et ses nombreux changements de styles et de sons ou « Renewal » foncièrement plus posé face à de véritables « dance songs » comme « The Loss » qui conserve tels quel les placements originaux de Xav Jenx (chant/basse) mais qui propose des rythmiques electros purement entraînantes. Globalement le rendu reste tout de même plus agressif qu'un album classique d'electro, au moins plus « lourd ». Certains riffs semblent en effet avoir été transposé en gros sons electros, idée concluante.

L'étrangeté du projet le rend intéressant (et osé!) et sa réalisation est tout aussi surprenante. Moi même n'accrochant absolument pas à l'electro je dois avouer avoir plutôt passer un bon moment à l'écoute de Drift car l'album sonne comme une vraie expérience sonore aux frontières de deux styles. Difficile en revanche de savoir si cet album va trouver son public (je lui souhaite de le trouver), les fans d'electro vont ils accrocher ? Les fans de metal vont ils se mettre à danser ?

La réponse à cette deuxième question semble moins optimiste. Mais il est clair que Drift est une réussite artistique et a le mérite d'aller sur des terrains nouveaux.