Joyless Jokers - Taste of Victory

Joyless Jokers est un groupe de Death metal melodique Italien qui a, à son actif, deux productions.
Un EP de 5 titres datant de 2010  Arms of Darkness, et leur premier album sorti en 2011 Taste of Victory enregistré à Domination Studio en autoproduction.
La formation est composée des trois frères Girardello.
Joyless Jokers commence à jouer en 2007 avec des démos, en faisant rapidement le tour des bars dans la région de Venetie.
On les retrouvera dans la compilation « Metal Party Vol.2 2008 » avec leur titre Chapter to Forgive

Le groupe est composé de :

Jader Girardello : Clavier
Matteo Ioverno : Batterie
Michele Brunetti : Guitare
Thomas Girardello : Chant, Basse
Rudy Girardello : Guitare

Aujourd’hui c’est sur leur premier album que nous allons nous pencher. Sorti en 2011, Taste of Victory nous propose 8 titres dans le style Death Mélo des Italiens.

Le nom Joyless Jokers représente l’opposition entre le bien et le mal, deux mots contraires qui définissent également l’état d’esprit dans lequel se situe le groupe.

Un mot sur l’artwork de cette production, représentant deux êtres symétriques, accompagnés de serpents et squelettes, sur lesquels le temps semble avoir une grande influence. L’aspect sombre et intrigant de cette pochette est notamment renforcé lorsque nos yeux s’attardent plus en détail sur la figure du milieu (serpents/squelettes) où un œil apparaît.

On commence notre immersion avec le premier titre Rain. Tout de suite une grande agressivité, autant dans la voix de Thomas que dans les riffs accompagnés d’une batterie puissante. La première chose à noter est la qualité de cette autoproduction, plus que respectable. La voix semble neutre sans trop d’effets. Un premier titre plus ancré dans le death que dans le mélodique. Une rythmique qui se veut accrocheuse, notamment grâce au jeu de Matteo (batterie), aérée par un break au milieu de la chanson. Une pause qui propulse le titre sur une fin encore plus violente marquée par des screams pouvant parfois faire penser à la technique de chant qu’utilisait Corey Taylor sur le premier album éponyme du groupe Slipknot.

Le deuxième morceau débute avec la même puissance que le son précédent, un scream qui propulse définitivement l’auditeur dans l’univers Joyless Jokers. Murder In Me offre des passages mélodiques, grâce aux touches de Jader au clavier, qui ouvre une nouvelle dimension et donc une autre perception de la musique que nous propose le groupe. A nouveau on trouvera un break/bridge qui montre bien une continuité logique dans les structures musicales des compositions.
C’est notamment sur ce titre que l’on découvre les premiers soli de l’album, sweeping et shredding sont exécutés avec précision.

Scream nous amène dans un style ou se côtoient metalcore, death et mélodique. Un aspect intéressant puisque le Joyles Jokers montre une certaine maîtrise de différents styles. D’autant plus surprenant, la présence d'un solo purement mélodique présent sur ce titre.
Le son du clavier est inusuel et c’est un élément intéressant, car si le groupe arrive à se démarquer, il deviendra facilement un repère.

Point Of No Return est assez troublant car si l’on s’intéresse sur l’aspect purement technique de la guitare, l’on fait facilement un nouveau rapprochement avec le groupe Slipknot. Peut-être avons-nous mis le doigt sur une importante influence du groupe.

Whispers to Shadows nous confirme un certain aspect psychédélique (voir cyber électronique) amené par le clavier, avec des bruitages courts et furtifs. Mais c’est également sur ce 5e morceau que l’on prend conscience de la touche qu’apporte cet instrument qui finalement ne sert pas simplement qu'à remplir, mais prend une place à part. Cela est renforcé sur Hopeless avec un solo uniquement joué au clavier.

Lorsqu’on écoute un album, il est important de ne pas tomber dans la lassitude due à des morceaux trop ressemblants qui finissent par donner à l’auditeur le sentiment de s’ennuyer. C’est sous cet aspect-là que nous avons aussi analyser cette production. Taste of Victory ne comporte que 8 titres d’environ 4 minutes chacun (ce qui peut paraître un peu court pour un album). Cependant la brutalité des morceaux ne permet pas à celui qui se lance dans l’écoute d’avoir la sensation du «c’est toujours la même chose».

Taste of Victory, titre éponyme, marque la fin de cette production comme elle a commencée, mélangeant puissance et violence.

Certain d’entre vous seront réconfortés par l’aspect non commercial de ce groupe qui peine à se faire connaître. Tout y est pour qu’un jour Joyless Jokers sorte du lot. Seul l’avenir et leurs prochaines sorties nous le diront.