Lappalainen - Kraken's Awakening


Habituellement représenté par les différentes scènes scandinaves et germaniques, le folk metal reste un sous genre trop peu répandu dans l’héxagone. Qu’à cela ne tienne ! Les nordistes de Lappalainen nous ont proposé il y a un peu plus d’un an leur premier album, intitulé Kraken’s Awakening, apportant son lot de folklore et d’air iodé.

Formé en 2011 et déjà fort d’un EP, Road to Greenland, sorti en 2012, Lappalainen nous propose depuis ses débuts un folk metal comme on l’aime. Et ce n’est pas le très récent changement de bassiste qui va enrayer cette belle dynamique, le groupe multipliant les concerts depuis le début de l’année. Si vous appréciez à sa juste valeur l’adroit mélange de musique folklorique et de musique épique, inutile de poursuivre vos recherches, Kraken’s Awakening est fait pour vous.

L’ambiance de cet album vous transporte dans un univers fort dépaysant, porté par l’avantageux spectre vocal de Florent, qui renforce une hargne ambiante et conforte l’auditeur dans un climat guerrier très accrocheur. Les sonorités folk ne sont bien évidemment pas en reste, et la flûte, assurée par Victor, ajoute un caractère festif bienvenu à la musique de Lappalainen. Cet album est bougrement vivant et invite l’auditeur à se remuer joyeusement le lard au rythme des différents titres du sextette nordiste.

Soulignons malgré tout une atmosphère pagan plus ou moins prononcée selon les titres, avec des morceaux parfois plus sombres ou plus épiques. C’est ainsi que Lappalainen justifie sa rutilante liste d’influences, marquée par la présence, entre autres, de Primodial, d’Amon Amarth et de Finntroll. Mais l’aperçu général de cet album est admirablement homogène, et chacune des chansons semblent faire partie d’un mécanisme bien huilé. Le tout s’enchaîne naturellement, toujours avec le même plaisir d’écoute pour l’auditeur.

En définitive, nous avons entre les mains un excellent brassage de brutalité et de réjouissements festifs. Le calme succède à la tempête aussi bien que les riffs puissants succèdent aux mélodies à la flûte, plus reposantes. "Cresting The Waves" et "Riding On The Load Of Hay" sont à écouter sans modération, tandis que le titre "Kraken’s Awakening" conclut l’album de fort belle manière. Mais comme dit précédemment, cet album est un tout, et l’écoute doit s’effectuer en ce sens.

Le bonheur est finalement fait de choses simples. Des mélodies entraînantes, des riffs robustes, un soupçon de douceur folk, et vous voilà plongé au cœur d’un saga dont vous êtes le héros. Kraken’s Awakening est à savourer sans modération, et Lappalainen nous offre à ce titre un très bon album. Si le groupe nous présente à l’avenir des productions tout aussi bien ficelées, rien ni personne ne saurait entraver leur progression sur le devant de la scène.