Lappalainen - Road to Greenland

Fiche Technique :

Lappalainen est un groupe de Folk metal formé en 2011. Le quintet nous vient du Nord et nous offre un premier EP autoproduit sorti la même année que leur création.

La particularité du groupe figure dans leurs choix musicaux, un metal mélodieux et traditionnel ou l’on retrouve un instrument peu commun étant la flûte. La formation se compose de Flo au chant, Robin à la batterie et Thibault à la basse, César assure la guitare rythmique et Victor la lead ainsi que la flûte. Le groupe au complet, peintures de guerre et guitares en avant, fait son premier concert à Lille le 26 février 2011 dans un style particulier à la fois brut et mélodique où les riffs de guitare et la flûte se mêlent pour former un mélange inspiré de mélodies traditionnelles dans une époque moderne. Soutenu par un jeu de batterie qui apporte le calme comme la tempête, Flo alterne les voix extrêmes avec du chant guttural et du chant saturé aigu. De manière générale la musique met en avant le côté festif et guerrier. Elle contient des inspirations folkloriques différentes et des thèmes variés : ambiances festives et chaloupées, ou sombres et froides succèdent aux passages épiques et victorieux. Aujourd’hui Lappalainen est maintenant prêt à s’exporter sur les routes de la France entière, ainsi que de ses voisins Européens.

Pour commencer il me semble intéressant de se pencher de l’origine du nom Lappalainen, d’après de rapides recherches, il semblerait que Lappalainen provienne de l’ancien bassiste du groupe de rock Américain Hoobastank, Markku Juha Lappalainen.
L’EP, autoproduit, se décompose en 6 titres. Un artwork qui colle bien à la musique folk.

Road To Greenland démarre avec comme premier morceau le titre éponyme de cet EP. Lappalainen nous plonge directement dans l’univers Folk/traditionnel avec une intro débouchant sur un riff lourd de guitare, la voix gutturale de Flo, et la découverte de cet instrument que tout le monde a su maitriser dans sa jeunesse, nommé la flûte. Il me semble important de développer l’utilisation et l’effet de cet instrument à vent dans un tel milieu. La flûte apporte tout d’abord un côté très bénéfique puisqu’elle donne une identité au groupe. A travers les morceaux qui constituent cet EP, on aurait très bien pu se demander si elle n’était pas simplement la pour combler, ou remplir certains passages. Au contraire, il apparait que celle-ci apporte un côté enchanteur, avec des mélodies presque logiques sur les plans metals apparents. C’est donc un réel plus pour ce groupe de se différencier des autres par son choix instrumental.

La voix gutturale pourra en rebuter certains, peut être est-ce du au mixage de cet EP autoproduit rappelons le, mais elle ne semble pas vraiment naturelle, contrairement aux passages de chant saturé aigu.

Les titres se suivent assez bien, Fighting For Our Kindom est un morceau plus violent de part son agressivité vocale. Des guitares mélodiques marquent le rythme à suivre. On notera un beau solo signé Victor. Par certains moments, les poussées en chant clairs de Flo peuvent rappeler à quelques passages de notre très cher Randy Blythe.

Côté influences, on retrouvera des sonorités à la Cruachan, Falkenbach, et tous les groupes pagans, folks.

On notera sur Brannvin, le côté vraiment festif du groupe, une bonne relance puisque le morceau se situe au milieu de l’album.
Folk Lords et Beyond the Sea sont certainement les morceaux représentatifs de cette production, dès les introductions on retrouvera l’identité propre du groupe, avec une puissance et un rythme puissant marqué à la batterie.

L’EP se termine sur Drunkard’s Song, une chanson à la fois agressive et douce, qui nous fait comprendre que l’expérience Road to Greenland est plus un voyage qu’une simple écoute, et cela se traduit certainement grâce à l’artwork.

 Il semble que beaucoup d’éléments peuvent permettre au groupe de vraiment sortir du lot, les échos concerts sont bons, attendons maintenant de voir ce que Lappalainen peut rendre avec une production pro. Qu’un vent de sympathie et d’espoir souffle sur leur chemin.

L’équipe Metal Cunt souhaite le meilleur pour le futur du groupe.