Lich King, Warfaith, Deathroned - Le Klub - Paris - 24/11/2015


Mardi 24 novembre, 19h10, le Klub ouvre ses portes. Située rue Saint Denis à deux pas du Châtelet, cette salle à la devanture discrète va devenir le théâtre d’une soirée explosive qui risque de rester dans la mémoire des thrashers présents. On descend les quelques marches, et l’on arrive dans une salle souterraine non dénuée d’un certain charme, pas très grande (250 personnes sur les deux niveaux) mais idéale pour des groupes un peu underground. Underground, cela semble pourtant discutable : les ricains de Lich King, tête d’affiche de ce soir, ont d’ores et déjà acquis une certaine notoriété au sein de la communauté metalleuse et plus particulièrement des amateurs de thrash et crossover. Autre fait singulier : il s’agit de leur première tournée européenne et première date en France ! Autant dire que les fans qui commencent déjà à affluer dans la salle trépignent d’impatience, plaisantent et s’amassent devant le merch les yeux brillants et l’écume aux lèvres (en exagérant à peine !). La bonne humeur est au rendez-vous. Pour cette date, Lich King est accompagné de deux groupes français : les Parisiens de Deathroned qui auront la tâche d’ouvrir la soirée, et les Nancéiens de Warfaith.

19h35, le groupe Deathroned se met en place. Formé en 2012 avec des débuts sur scènes en 2013, ce trio semble habitué de la scène et également de cette salle comme le fera remarquer le chanteur pendant le set. Celui-ci fait preuve d’une efficacité sans concession, doublée d’une confiance en soi qui force le respect. Aucun trouble ne se lit sur leur visage lorsque le guitariste chanteur est contraint d’emprunter une guitare au groupe suivant pour cause de « corde qui saute ». Ce petit problème technique leur fera malheureusement perdre du temps, si bien qu’ils seront contraints de ne pas jouer un morceau de leur setlist. D’un point de vue musical, on a droit à du bon thrash à l’ancienne, avec un esprit roots très agréable : pas de prise de tête, et on sent bien qu’ils se font plaisir avant tout. Les riffs s’enchaînent avec vivacité, et malgré un public plutôt mou en ce début de soirée, le trio semble bien accueilli. Après le concert, ils admettront être à la recherche d’un label pour un premier EP, on leur souhaite de tout cœur d’y parvenir : ils le méritent, et on espère avoir un avant-goût au plus vite. Ils l'ont d’ailleurs enregistré récemment mais ne l’ont pas encore dévoilé… Quoiqu’il en soit, ce genre de groupe représente sans aucun doute la relève du thrash old school.

 Setlist :

Sudden Fall

Liberticide

Tormentor / Flag Of Hate (medley cover Kreator)

Infidel

Terrible Disgrace

Not In Their Eyes 

Cut You Down

Deathroned

Sign Of Evil (Cover Violent Force)

 

Après cette mise en bouche plutôt appétissante, le deuxième groupe se met en place. Eux aussi se sont formés en 2012 à Nancy, et ont commencé à tourner dans les environs en 2013. Une fois encore, très bonne surprise. Les deux influences principales de Warfaith, le thrash et le core, ont été habilement mariées pour un thrashcore incisif et dynamique. Semblant considérer –à juste titre- que la scène du Klub est un poil trop petite pour cinq musiciens, le chanteur passera le plus clair de son temps au milieu du public, juste devant, courant et haranguant les spectateurs sans se départir d’un scream maîtrisé et d’une assurance bluffante. Une des premières choses que l’on se dit en les voyant sur scène (ou devant la scène en l’occurrence !), c’est qu’ils semblent avoir de la bouteille en terme de live. Ce même si les lorrains donnent leur première date à Paris ce soir. L’ensemble est très propre et très carré, l’aspect technique semble avoir été privilégié comme le montreront plusieurs solos épiques. On peut aussi relever une belle synergie entre les musiciens qui se donnent à fond pour un public qui commence à se réveiller sous les exhortations du chanteur, les riffs agressifs et les blasts effrénés. Il est difficile de faire bouger une salle à moins d’être une tête d’affiche soi-même, me glisseront-ils à la fin de leur show, mais on ne peut pas dire qu'ils aient démérités à ce niveau. Les dix titres de leur set apportent donc un plus non négligeable à cette soirée qui avait déjà très bien commencé, et on ne peut que vous encourager à les retrouver sur leur album !

 

Setlist :

Redemption

Ultra Violence

Furious Pig

Self Centred

WMID

Terrorist

Addiction

Crack’s Whore

Jesus Sucks

Kill With Truth

Après ces deux groupes, le temps est venu pour Lich King de faire vibrer les fondations du Klub. Formé en 2004 et avec une démo dès 2006, le groupe totalise depuis cinq albums, trois singles et un EP. Leur passage au Klub, première date en France, s’effectue au sein de leur tournée « Europe Gone Dead Tour », et pour l’occasion les cinq thrashers nous ont concocté une setlist aux oignons comme on le verra dans un instant. Dès les premiers morceaux, le public se décide enfin à bouger, allant du headbang timide au circle pit (très amusant à voir dans une salle de cette taille, soit dit en passant). L’énergie communiquée est intense, le tout dans une ambiance bon enfant où les musiciens interagiront à plusieurs reprises avec le public ravi. Malgré le ton très décontracté, les musiciens exécutent leurs morceaux de façon très fidèle à la version studio, en enchaînant les titres violents et détonants à un rythme quasi inhumain. Sur « Combat Mosh », titre phare du groupe, ils réussiront même à initier un wall of death dans cette salle minuscule, pour un effet hautement comique. Un hommage sera rendu au groupe Vio-Lence (le groupe pré-Machine Head) lorsqu’ils reprendront le titre « Eternal Nightmare » avec brio, tout en y apposant leur patte. Après leur set, les fans seront ravis de pouvoir discuter avec eux, et leur demander signatures et photos étant donné leur gentillesse et leur accessibilité.

 

Setlist : 

Crossover Songs Are Too Damn Short

Wage Slave

ED-209

Axe Cop

Predator

Attack Of The Wrath… (Of The War Of The Death Of The Strike Of The Sword Of The Blood Of The Beast)

In The End, Devastation

A Storm Of Swords

Eternal Nightmare (cover Vio-Lence)

Lich King III : World Gone Dead

Combat Mosh

We Came To Conquer

Rappel:

Black Metal Sucks

Pour un bilan de cette soirée en quelques mots, on repart comblé après trois heures de thrash avec un tempo moyen d’environ 200 bpm, du scream plein les oreilles, et on se jure qu’on y reviendra !