Lievin Metal Fest - Swaders, Undercry, Arkanan, Do Or Die

La rédaction de Metal Cunt ne s’arrête jamais ! Après le Splendid, c’est à Liévin que le combo Axl Meu/François Lampin s’est rendu afin d’assister au Liévin Metal Fest, la première édition du nom. Pour marquer le coup, l’organisation avait invité Swaders, Undercry, Arkanan et Do Or Die (qui a remplacé au pied levé Hacride). Retour sur une soirée placée sous le signe du Metal sous toutes ses formes…

Marquer les mémoires le temps d’une dernière date, il était bien là l’enjeu du dernier concert des Swaders. Le groupe avait décidé de mettre un terme à sa carrière peu de temps avant leur performance à Liévin. Pour les membres de Swaders, c’était aussi un honneur d’ouvrir pour Do Or Die. Tout devait donc être parfait. Mais nous sommes ressortis du concert assez déconcertés. Ce soir-là, nous n’avons pas vu le Swaders que nous avions l’habitude de voir… Le groupe enchaîne les maladresses (ce fameux gros larsen au début du concert, un frontman, qui en plus d’être aphone, manque cruellement d’assurance quand il s’exprime) et nous, nous ne pouvons pas nous empêcher de craindre le pire...

Heureusement, des passages ont prouvé que l’âme des Swaders n’avait pas disparu. La section rythmique passe bien et le public se met même à mosher dans la salle. L’ambiance est donc sympathique. Mais décidément, dommage que leur chanteur ait perdu sa voix ! Après avoir interprété quelques unes de leurs compositions personnelles tirées de Time’s Whore et leur fameuse reprise de Sick Of It All « Take The Night Off », c’est Quentin, en véritable homme de la situation, qui a réussi à faire oublier le temps d’un morceau les lacunes enchainées par son frontman. Et à vrai dire, ce fut agréable de voir qu’en plus d’être polyvalent, le bonhomme maintient le contact avec son public. Nous en attendions donc bien plus de la part des Swaders pour leur dernier concert. Mais nous ne nous inquiétons pas. Nous savons très bien de quel bois peuvent se chauffer ces gaillards. Nous leur donnons donc rendez-vous quand l’occasion se représentera ! 

Après la déception de Swaders, nous n’espérons qu’une seule chose: qu’Undercry relève le niveau. Et nous n’avons pas été déçus du voyage ! En quelques mots: époustouflant et prometteur pour la suite. Comment rester indifférent devant la montée en force de cette formation qui gagne en rigueur à chacune de ses performances maintenant ?! Et c’est peu dire, Maxime, Jean-Philippe, Alexandre et Flo entrent toujours vêtus d'une redingote et laisse défiler le sampler qui les amène à ouvrir les hostilités... 

Bien sûr, rien ne change. Tout est carré et les musiciens font plaisir à voir. D’autant plus qu’il n’y a aucun temps mort entre les morceaux (issus de leur premier EP) ! Et même, ils reprennent des titres fédérateurs comme « Walk With Me In Hell » de Lamb Of God ! Plus surprenant encore, ils décoincent l’ambiance en organisant le premier « vrai » Wall Of Death de la soirée auquel les fans répondront présents et se donneront des coups à s’en faire exploser les tympans. Rien d’autres à ajouter, nous ne saurons donc vous conseiller de vous renseigner sur cette formation qui vaut le détour… 

Tout le monde s’était passé le mot dans la région: Arkanan est enfin de retour au bercail ! Et le message a bien été entendu. Car c’est une grosse poignée de leurs amis et fans qui avaient fait le déplacement pour apprécier les prouesses de From Disaster Plays façon live ! Une fois n’est pas coutume, Arkanan ne peine pas à se mettre le public dans la poche dès les premiers accords de « Have A Dotted World ». Il faut dire que le groupe ne fait pas semblant et sait donner des coups là où il faut pour gagner des points. 

Arkanan, ce sont aussi de véritables personnages sur scène ! Bouba et Tom sont les plus extravertis et mènent le public. Il n’a pas donc pas été surprenant de voir quelques actions mouvementées prendre forme pendant les breaks assassins de « Trouble Inside » et « Emerge To Kill ». Enfin, Arkanan n’a pas perdu de son authenticité et entretient toujours une relation de complicité avec son public. Il n’hésite pas à faire monter un de leurs amis sur scène… Mais si, vous voyez… L’homme en rouge !

Quoi qu’il en soit, nous avons passé un bon moment bien que quelques effets de longueurs se soient faits ressentir à la toute fin du concert. C’est à dire que cette démonstration de violence et technicité sur des titres comme « Lying To The End » et le final « Listen To Hear » n’est pas toujours au goût de tout le monde. Mais qu’importe ? Leurs fans étaient présents et ont su mettre de l’ambiance quand il fallait. Maintenant, tout ce que nous pouvons souhaiter à Arkanan, c’est de passer à la vitesse supérieure et de fouler les planches de plus grosses scènes !

Pas évident pour les Do Or Die de remplacer Hacride ! Mais il ne faisait aucun doute pour la rédaction que cette formation allait marquer les esprits ! Fort d’un nouvel album, Crows sorti chez M&O Music, les belges comptaient bien en découdre avec les coreux. Beaucoup d’entre eux sont restés pour mosher sur leur Hardcore teinté de touches modernes ! 

Paf ! C’est parti ! Et quelle claque. Le groupe jouit d’une qualité sonore des plus appréciable. Il a même été possible de contempler les claquements de cordes de Santos Mendes pendant des titres comme « Bella Famiglia Soldiers » et les échanges vocaux entre Chris Michez et Jonathan Chiarenza pendant « You Fucked ». Mieux encore, Greg Chiarenza est particulièrement en forme n’hésite pas à faire profiter ses fans de sa dextérité sur « Crows ». C’est à n’en plus douter, chez Do Or Die, c’est le professionnalisme qui prime avant tout ! 

Et c’est qu’ils y mettent du coeur ! Le tempo est effréné et le rythme cardiaque de nos chers amis est mis en sous tension. Ils prendront quelques pauses avant de reprendre de plus bel sans pour autant ralentir la cadence ! Respect ! Il faut dire qu’il ne voulait faire pale figure devant leurs amis, les Morpain, qui ont fait le déplacement pour les voir… C’est vrai quoi ! Le Hardcore, c’est une famille, les groupes se soutiennent mutuellement ! 

Pourtant, le public reste stoïque et ne bouge pas des masses contrairement au concert d’Arkanan… C’est dommage car le concert que nous offrent les Do or Die frôle la perfection et ne nous pouvons que respecter les entreprises d’un groupe qui revisite le Hardcore à sa façon ! Et pour finir le set, les Belges ont décidé de fédérer le temps d’un morceau, l’incontournable « Roots Bloody Roots » de vous-savez-qui ! Que demander de plus ? Merci Do or Die

C’est donc sur une belle note que s’est refermée la première édition du Liévin Metal Fest. Nous lui donnons donc rendez-vous l'année prochaine !