Live Report - Aeronef - Twilight Force - Accept - Sabaton

Encore une fois l'Aéronef se mu en chantre du métal européen. C'est avec Twilight Force, Sabaton et Accept que la rédaction passera une formidable soirée. En pleine tournée européenne les trois groupes posent leur valise à Lille et le public leur rendra bien cette halte nordiste en répondant présent en grand nombre et acclamant à tout rompre chaque prestation comme il se doit.

Twilight Force ouvre le bal avec son Power Metal épique. Totalement plongé dans l'univers de l'Héroic Fantasy, les deux albums parus ont permis au combo Suédois de développer leur concept et d'agrandir la base de ses fans. Habillés de costumes médiévaux, dont un elfe et un mage... Les six musiciens s'installent sur le bord avant de la scène. Certes quelque peu à l'étroit, tant les décors d'Accept et Sabaton que l'on devine en arrière-plan en imposent, leur laisse peu d'aisance, mais Twilight Force n'en a cure et dévoile un set carré, aux titres bien choisis.

Dommage que le son soit un poil brouillon et notamment le duo batterie/chant, mis trop en avant nous empêche de profiter de la qualité évidente des titres. Cela nous prive d’entendre clairement les arrangements ainsi que les enchainements des poly-mélodies que le combo assure pourtant parfaitement. La voix Chrileon est parfaite pendant tout le set, d’une justesse totale. Avec une tessiture rappelant Kai Hansen ou Michael Kiske, celui-ci, sourires aux lèvres et empathie assurent très bien son rôle de frontman. Le reste du groupe fait également le boulot, Lynd nous prouvant qu’il est un grand six-cordistes, faisant preuve de beaucoup de virtuosité. Les Suédois sont très proches de l’esprit de Rhapsody mais « Battle Of Arcane might », « The Power Of The Ancient Force » ou « Flight of The Sapphire Dragon » font mouche et emmènent la fosse dans un monde médiéval fantastique que l’on quitte trop vite aprés trente cinq minutes.
Un live rondement mené où groupe et public partage et profitent du moment. 
Une belle entrée en matière.



Changement de plateau et confirmation, l'imposant décor scénique présenté par Accept occupe un grand espace, achevé en fond de scène par un gigantesque backdrop d'inspiration guerrière.


Les lumières s'éteignent et les clameurs d'enthousiasme inondent l'Aéronef. Les Allemands prennet d'assaut la scéne et déjà là, on sait que l'on va vivre un grand, un très grand concert. Pendant un peu plus d'une heure Accept revisitera une grande partie de son répertoire. « Balls To The Walls », «Stalingrad », « Restless and Wild », « London Leatherboys », « Metal Heart » résonneront encore longtemps dans les têtes du très nombreux public. Les refrains étant repris à l’unisson par une audience ravie, comblée, un smile permanent au visage. Du son au light, tout est millimétré, rien n'est laissé au hasard. Chacun sait ce qu'il a à faire et les deux dernières recrues Uwe Lullis (guitare) et Chris Williams (batterie) sont totalement intégrés au groupe. Accept nous livrera en ce dimanche soir un show dantesque, ultra-carré où la bonne humeur des Allemands fait mouche à chaque accord. Wolf Hoffmann comme à son habitude est au top, ce gars déborde d’énergie, heureux d'être là et jouant avec la fosse. Ce guitariste est un musicien de grands talents.

 



Le Heavy mélodique et racé d’Accept n’a pas pris une ride. Quel bonheur et quelle chance pour nous d’avoir pu assister à un tel concert. Les fans ne s’y trompent pas, rendant un long et bruyant hommage au groupe alors qu'un par un les musiciens quittent la scène. 
Sabaton a installé une scène au décorum encore plus imposant qu’Accept, digne d'un opéra rock. La batterie est juchée sur une plateforme habillée de canon de part et d'autres, le plateau se voyant décoré d’éléments guerriers d'âges et d'époques différentes. Le public a quelque peu changé, plus jeune peut être, mais l’Aéronef n’a pas désempli, loin de là. 



Avec un concept issue de l’Histoire, des grands conflits armés ayant marqué les différentes civilisations, Sabaton a son credo et le public est prêt à en découdre, scandant le nom du groupe bien avant que les lumiéres ne s'éteignent. Fire...! C'est parti pour globalement quasi deux heures de Power Metal à la sauce WarHammer Total War. Le son, comme pour Accept, est parfait, permettant de profiter pleinement du set des Suédois.
« In The Army Now » (l’excellente cover du groupe présente en bonus track sur Carolus Rex) annonce l’arrivée du groupe. 
L’écran géant placé dans le dos d'Hannes Van Dahl (drums) s’allume et voici que déboule en guise d’apéritif « Ghost division », « Sparta », « Blood of Bannockburn »...




Le groupe est totalement à l’aise, distillant son power metal sans entrave et reçoit avec beaucoup d’émotions la ferveur d’un public tout acquis à sa cause. Nouvellement arrivé dans le groupe et pour sa première en France avec Sabaton, Tommy Johansson (guitare) est présenté et sera longuement acclamé par les fans. Avec beaucoup d'humour et de spontanéité, Joakim Brodén (chant) installera une communication très agréable avec ses fans. Le concert se poursuit avec les standards du groupe, « Resist And Bite », « Swedish Pagans » ou encore « The Lion From The North » mais fait aussi la part belle aux nouveaux titres du très apprécié dernier album The Last Stand
L’intro de « To Hell And Back » annoncera la fin du set et déclenchera les cris de satisfaction du public qui comme un seul Homme sautera en l’air, chantera à chaque refrain. 

Twilight force, Accept, Sabaton, trois styles de metal music différents mais au combien complémentaires. Trio gagnant pour une soirée, une nouvelle fois réussie, prouvant qu’avec l’Aéronef et le Splendid, la scène Lilloise n’est pas en reste, bel et bien capable de nous permettre de voir live tous ces groupes que nous apprécions, qu’ils soient contemporains ou plus anciens mais qui ont comme point commun de nous faire vibrer. Des soirées comme celle-ci la rédaction en redemande. C'est le coeur léger, des images et des souvenirs plein la tête que je quitte la salle, aux anges d'avoir vu la légende Accept et du très bon moment passé avec Twilight Force et Sabaton.