Live Report - Betizfest 2015

 

 

En onze ans, le Betizfest est devenu une sorte d’institution dans le Nord-Pas de Calais. Et ce n’est pas pour rien! C’est le fruit d’un travail acharné des organisateurs qui se déchirent chaque année pour nous proposer une affiche toute aussi intéressante qu’éclectique! Et ce n’est certainement pas prêt se d’arrêter là. La cuvée 2015 s’annonce toute aussi exceptionnelle que les éditions précédentes avec, pour commencer, le retour du groupe de Hardcore New Yorkais Madball qui avait déjà posé ses valises à Cambrai en 2011! La venue de Skindred avait également réjoui les fans de Rock alternatif. Mais cette édition sera également sous le signe des adieux puisque As They Burn s’y produit pour l’avant dernière fois de sa carrière… C’est donc une journée pleine de promesses qui s’annonce! 

C’est avec un peu de retard que nous assistons au concert d’Unswabbed qui s’était déjà fait remarquer au Sequedin Rock 2014 et à l’émission Une Dose de Metal sur l'Énorme TV où le combo avait présenté un titre de leur dernier EP. Ce soir, le groupe a la lourde tâche d’ouvrir le festival. Mais cela ne les a pas refroidis! Au contraire, le combo nous a délivré un Neo Metal de qualité même si l’affluence de leur concert n'était pas exceptionnelle. Les membres ont tout de même remporté, sans toute attente, l’adhésion du public. Dès lors, nous pouvons dire qu'il s'agit d'une bonne entrée en matière! 

   

Au tour de Fall of Messiah de se produire sur l’Eclipse Arena! Mais malgré leur Post Rock de qualité, le quatuor ne jouera pas devant une foule hystérique étant donné que le public profite de la plage horaire de leur concert pour aller se ravitailler avant le massacre à venir. 

 

La première surprise de la soirée se nomme Rise Of The Northstar qui propose une synthèse de tout ce qui se fait de mieux dans le Metal et le Hardcore! Attention! Ce n’est pas un pot pourri que le groupe offre puisque le thème de l’Asie est à l’honneur. On aime, on n’aime pas. Quoiqu’il en soit, c’est vêtus de costumes traditionnels nippons que les musiciens déboulent sur scène et nous offrent un Hardcore influencé non seulement par le Thrash Metal mais aussi par le Hip Hop et le Rap. C’est une sorte de mélange entre Suicidal Tendencies et Cypress Hills qui est proposé! Rise of The Northstar s’en sort haut la main car le combo jouit d’une qualité de son très bonne de quoi réjouir leurs fans et les personnes qui ont découvert ce groupe le soir même! Le groupe a donc gagné le pari de l’originalité ce soir. 

  

Après notre séjour au Japon, nous retournons dans le nord de la France sur l’Eclipse Stage avec un groupe bien de chez nous, W.I.L.D. qui s’apprête à donner un des concerts les plus importants de sa carrière. Vous vous souvenez surement de ce quatuor! En effet, après s’être fait remarquer en 2012 lors de la première édition du JP fest au Splendid de Lille, le groupe a persévéré et a continué de donner des concerts dans l’hexagone. W.I.L.D. joue donc gros ce soir! Mais malheureusement contrairement au groupe précédent, le groupe a affaire à un son mal mixé. Ce qui met Thomas Verdonk (basse) à son avantage qui profitera d’un son de basse assez élevé pour en étonner plus d’un. Quoiqu’il en soit, le combo dans son ensemble donnera ce soir un concert de qualité non dépourvu de surprises puisqu’il interprétera en rappel « Davidian » de Machine Head qui ne laissera personne indifférent. Les nordistes ont donc été encore une fois plus qu'à la hauteur ce soir! 

 

Il est 22h et c’est déjà l’heure de la tête d’affiche Madball, qui profite de sa tournée européenne pour passer à Cambrai et faire la promotion de son dernier album en date: Hardcore Lives. Que dire... Tout comme il y a quatre ans et comme à leur habitude, Madball assure et ne fait pas semblant. Et ce qui est bien avec Madball, c’est que l’on est toujours sûr d’assister à un concert de qualité. En une heure, le groupe re-visitera son répertoire en y incorporant de la fraicheur avec des morceaux de sa dernière offrande. Le concert est mouvementé, les morceaux s’enchainent et défilent en un éclair. Une claque.  

 

Faire mieux que Madball sera donc plus compliqué que prévu pour les As They Burn pour qui la prestation doit remplir plusieurs promesses comme sortir la tête haute de l’industrie musicale. As They Burn propose ce soir une setlist aux allures de Best Of, de quoi ravir les fans de la premières heures qui ont fait le déplacement exclusivement pour eux. En quelques mots, malgré un son assez brouillon, les parisiens s’en sortent haut la main. Et nous, fans que nous sommes, avons du mal à croire que c’était leur dernier concert dans le nord… Eux ensemble, c’est fini pour toujours? Seul l’avenir nous le dira. 

 

Retrouvez ici l'interview avec As They Burn

La dernière tête d’affiche pouvait faire sourire. En effet, Skindred est en totale rupture avec les autres formations de la journée. Pourquoi? Tout est décalé chez eux à commencer par le style vestimentaire des musiciens (Certains puristes étaient même partis avant le début des hostilités, tant pis pour eux)! Mais la sauce prendra une nouvelle fois ce soir et quelques fans de Hardcore bouillant se sont même pris au jeu. Il faut dire que l’arrangement de leur setlist rend le concert dynamique et original à souhait et la proximité qu’entretient le combo avec son public est remarquable. En fin de concert, Skindred nous a même donnés une leçon de vie ce soir en rendant un hommage à toutes les plus grandes figures du Rock n’ Roll. Merci à eux pour leur ouverture d’esprit. 


 

 

Skindred et le Betizfest ont donc réussi en l’espace d’une soirée à unifier un milieu encore trop clivé aujourd’hui: la Musique. Car nous sommes avant tout des amateurs de musique. 

 

Crédits photos: François Lampin