Lost Ubikyst In Apeiron - Abstruse Imbeciles

Quand j'ai commencé à écrire des chroniques, le but premier était de découvrir des groupes et peut-être de mettre le doigt sur des perles de temps en temps.Ce n est pas si courant j'avoue mais là je tiens quelques chose d'exceptionel dans son ensemble le plus complet.

Un compatriote pontissalien (originaire de Pontarlier) m'envoie un album de son groupe Lost ubikyst in apeyron, ma première claque sera visuelle. Je découvre un digipack fort bien présenté en trois volets. Il m'aura fallu plusieurs dizaines d'écoutes pour appréhender Abstruse imbeciles nailed on slavery à peu près sereinement.

Pourquoi ??? L'album est extrêmement travaillé dans les moindres détails et pour cause, le projet à vu le jour suite au split de l'ancien groupe de Schrissse en 2006. Plein d'amertume et d'idée le bonhomme se lance a corps perdu dans le projet d'un one-manband.
Il lui aura fallu plus de six années pour contempler l'aboutissement de ce dur labeur. Le temps d'acquérir tout le matériel néccéssaire à son home-studio et les bons instruments, il ne lui manquait plus qu'un artwork qui puisse coller à la perfection à cette dimension musicale. Ce qui prendra une année suplémentaire. Je dois reconnaître que l'artwork et la musique sont faits l'un pour l'autre, l'adéquation entre les deux crée une sorte d'osmose.L'entité Lost ubikyst in apeyron a désormais un visage.

Composé de 11 titres pour une durée avoisinant les 70 minutes, autant le dire de suite rien n'est laissé au hasard, Schrissse est un personnage extrêmement exigeant et perfectionniste. C'est dans un style extreme-prog que l'artiste à choisi sa voie. L'album s'adresse à un public de connaisseurs et ne sera donc par définition pas forcément accessible à une oreille plus novice. L'homme derrière la machine développe certainement une forme de schizophrénie tellement son approche musicale est profonde et aboutie, un monde parallèle à part entière (ndlr: d'ailleurs c'est un personnage qu'il me plairais de rencontrer. (autour d'une bière ?)).
Durant plus d'une heure, Schrissse a tout le loisir de s'exprimer pleinement au travers de ses instruments et de sa voix alternant chant clair et vocaux hurlés. Il fait part d'une techniques multiinstrumentale absolument bluffante, à faire pâlir des dizaines de musiciens à lui tout seul.
Le seule petit point qui ne sera pas forcement mauvais sur cet album en cherchant vraiment quelque chose d'améliorable c'est le son que je trouve à peine trop clair à mon goût. J'aurais juste encore plus pris mon pied avec plus de basse dans le mix définitif.
Composé, joué, interpreté, et produit par un seul homme le projet cherche désormais d'autres musiciens pour prendre une forme live et s'exporter hors de nos contrées franc-comtoises.
Ami(e)s curieux, passioné(e)s de metal et friands de claque musicales je vous invite vivement à soutenir ce projet qui aura particulièrement retenu toute mon attention.
(Continue comme ça Schrissse, tu as de très bonnes cartes entre les mains !!!)