Malevolentia - République


Déjà fort de deux albums, le groupe français Malevolentia a sorti en avril dernier sa nouvelle production, curieusement nommée République. Dans un style toujours si intrigant, le quintette de Belfort demeure fidèle à ses idées pour nous proposer un black metal orchestral qui ne cesse de nous surprendre. Avec République, les belfortains semblent avoir travaillé pour monter un album charnière qui fera date dans l'histoire du groupe.

Malevolentia est un groupe à part dans la vaste mosaïque qu'est la scène black metal française. Après Contes et Nouvelles Macabres (2005) et Ex Oblivion (2011), dont le succès fut en demi-teinte bien que la qualité fut au rendez-vous, le quintette a mis le bleu de travail durant cinq ans pour produire quelque chose de grand. Dans un style toujours aussi majestueux qui a fait sa notoriété dans l'hexagone, Malevolentia a pour vocation de poser durablement son empreinte à l'aide de procédés musicaux surprenants, mais qui se marient admirablement bien avec le metal extrême qui est leur.

Le travail d'orchestration, qui est le domaine de compétence de Dies, est grandiose et apporte une dimension très théâtrale à l'ouvrage. Quant à lui, le chant si particulier de Spleen met en exergue l'ambiance délicieusement macabre qui gravite autour de l'album. Les superlatifs viennent à manquer au moment de qualifier la musique de Malevolentia. Elle est superbe, froide et saisissante. Voici, à peu de choses près, ce qui nous vient à l'esprit au terme de la première écoute de République.

Il serait réducteur de cantonner Malevolentia à un seul genre musical, si précis soit-il. En effet, le vaste champ musical utilisé par le groupe lui offre des sonorités exceptionnelles. Comment rester de marbre face aux instrumentations et aux choeurs, qui subliment l'album d'une manière merveilleusement authentique ? À certains égards, l'aspect symphonique de certains titres nous rappellent les derniers albums, certes décriés, de Dimmu Borgir. Mais le travail de Malevolentia ne se limite pas à une "simple" production musicale, et il serait vraiment dévalorisant de l'affirmer.

Arrêtons-nous un moment sur quelque chose que l'on omet trop souvent, à tord, de parler, à savoir, les thématiques abordées. Votre oeil avisé aura sans doute remarqué la très grande qualité littéraire, voire poétique, des textes de Malevolentia. Dans un sous genre où les langues anglo-saxones et scandinaves dominent, l'usage du français apparaît comme une bouffée d'air frais bienvenue et apporte une dimension à la fois épique et tragique aux différents titres étoffés de paroles. Ainsi, dans la majeure partie de République, le groupe aborde l'histoire de la France post-révolutionnaire et des troubles qui ont suivis. Dans des proportions moindres, on constate aussi la citation d'une certaine critique de la société contemporaine et l'évocation de la mythologie nordique, avec "Völuspá".

En entamant l'écoute de République, préparez-vous à embarquer pour un voyage auditif sublime d'une heure au coeur d'une atmosphère très bien travaillée, et amplifiée par des procédés musicaux qui se prêtent très bien à la construction d'un concept album, qui en ravira plus d'un. Comment dégager quelques titres de cet album alors que ce dernier est bâti comme un tout ? Finalement, l'album République est à l'image de la République elle-même, une et indivisible. Soulignons simplement que vous vous laisserez sans doute davantage porter par l'enchaînement "Para Doxa" - "Nocte & Nebula", qui se clôt avec une subtile Marseillaise, et par "Alma Mater". Mais ne vous fiez pas à ces observations, les titres s'enchaînent avec une fluidité rare et, malgré la longueur de l'album, vous en arriverez au terme bien plus vite que prévu, tant son écoute est jouissive.

Désormais, une seule chose demeure dans notre esprit ébloui par la splendeur de Malevolentia. Ce nouvel album, par sa capacité à nous émerveiller, est une pièce de théâtre, un spectacle à part entière qui nous déconnecte de la réalité. Avec République, Malevolentia a signé un coup de maître et tend à s'installer durablement sur la scène black metal si le groupe demeure fidèle aux spécificités qui font sa force. J'ose espérer, qu'aussitôt ces lignes lues, vous vous dirigerez naturellement vers une écoute active de cette fabuleuse oeuvre d'art.