Mastodon - Emperor Of Sand

Le retour de Mastodon avec un nouvel album est toujours un moment à part. Même si les deux derniers albums avaient un peu déconcerté certains, Mastodon ne s'était pas non plus fourvoyé, restant fidèle à ses préceptes, c'est à dire une musique extrêmement travaillée et hautement mélodique. Le groupe revient également au format du concept album, laissé de côté depuis le sublime et astral Crack The Skye. C’est d’ailleurs Brendan O’Brian qui assume neuf années plus tard à nouveau la production de ce nouvel album. Cet opus du quatuor raconte donc l’histoire d’un homme condamné à errer dans un monde désertique, confronté par  même à maintes souffrances physiques et autant de trauma psychologique, l’empereur des sables a pris vie.

Line Up :

Brann Dailor - Drums and Vocals
Brent Hinds - Guitar and Vocals 
Bill Kelliher - Guitar
Troy Sanders - Bass and Vocals
 
D'évidence, Mastodon est un groupe à part dans le paysage musical actuel, Emperor Of Sand va nous confirmer ce postulat et enfonce le clou quant à leur place d’incontournable dans le monde de la musique Rock au sens large.
Mastodon n’est pas qu’un groupe c'est un état d’esprit, une philosophie dans l’approche de la musique qui incite à situer cet album aux confins du chef-d'oeuvre, enivrant et addictif. Emperor Of Sand recèle de bout en bout ce que Mastodon propose et maitrise depuis tant d’années mais avec une énergie nouvelle, voire retrouvée. Là où cet album est bluffant c’est que les gars d'Atlanta poussent la qualité et l’exigence de la fusion stylistique à un niveau peut être encore jamais atteinte dans leur discographie.

Plongez-vous dans « Jaguar Dog » ou « Roots Remains » pour vous en convaincre à jamais.
Le travail de Brann Dailor est ciselé à la perfection, ses plans de batteries, les breaks sont les fondements indissociables à la quintessence de Mastodon. Sans lui, la musique de mastodon, à l'instar par exemple de Danny Carey pour Tool, leur apport rend la musique des combos identifiable et toute personnelle. Au-delà du rythme, Bran amène avec son jeu la justesse émotionnelle sur laquelle les guitares de Brent et Bill composent leurs parties en symbiose parfaite.

Outre les riffs alambiqués plus attractifs les uns que les autres, les ambiances, les contrastes, c’est le formidable sens de la mélodie et des harmonisations qui rend cet album en tout point réussi. Chaque solo est en parfaite corrélation avec l'intention première, pas un instant le groupe ne tombe pas dans le démonstratif et la mise en avant des ego. « Steambreather », « Show Yourself », « Ancient kingdom » sont autant de passerelles aux entrelacs émotionnels n'ayant d’un seul but, rassasier nos âmes, nous narrer une histoire et se mettre au service du groupe pour mieux nous immerger dans le concept et faire des sensations, des émotions le but ultime de chaque titre. 
Mastodon s’est aussi trois voix, différentes et tellement complémentaire. Le groupe fourni avec Emperor Of Sand peut être le travail le plus abouti du groupe sur ce point, une approche parfois à la frontière d’arrangement pop mais qui dans l’univers musical du combo ne prend jamais une dimension surannée.
  
 
Emperor Of Sand va surement rassurer bon nombre d’aficionados du combo Géorgien, d’autres trouveront celui encore un poil trop convenu, mais quoi qu’il en soit Mastodon au mérite en réactualisant la formule du concept album de retrouver un chemin aux balisages moins prévisibles et surtout de proposer sur cet album à mon sens au moins six titres qui deviendront très vite des standards de la discographie du quatuor.