Melechesh - Enki

Le roi du feu hébreu mieux connu chez nous sous le nom Melechesh, nous présent sont nouvel album Enki. Celui-ci marqueras le retour en ses rang de 'Moloch' à la guitare et seras en quelque sorte l'album de la renaissance. Fort de ce nouveau line-up, d'une motivation toujours intacte, le roi avait matière à entrer en guerre. La recette reste inchangée depuis le départ c'est ce qui à  fait et ce qui fait toute la personalité du combo, du black bien gras teinté de thrash, relevé à la sauce orintale. La thématique occulte, summérienne et mésopotamienne n'étant jamais bien loin, ce disque ne déroge pas à la regle et s'inscrit dans la droite lignée de ces prédecésseurs.

Line up:

Ashmedi: Chant, guitarre, instruments traditionels

Moloch: guitare

scorpios: basse

Lord Curse: batterie

 Ashmedi étant un homme de gout va s'offrir et offrir à ses fans deux featuring de haute voltige: Max Cavalera sur le single Lost tribes et Sakis Tolis (Rotting Christ) sur Enki-Divine nature awoken. Passer outre ces deux perles si bonnes soit-elles cet album seras égalemment celui de la division: d'un côté il y'auras les purs et dures, fidèles qui vont ingurgiter l'offrande et y trouver leurs compte à ravire et en face il y'auras ceux qui vont me dire que Melechesh n'est plus ce qu'il était et se rabache sans cesse à la limite de tourner en rond. Pour ma part cette galette tiens bien la route et ne mérite que d'être interpretée en live, mais ne représente absolument aucune prise de risque, et c'est bien bien dommage. Aucune évolution majeure cette fois-ci Melechesh se contente simplement de faire ce qu'il sait faire de mieu, c'est à dire creuser encore et encore cette voie qui lui est propre. Le contenant ne mettant absolument pas en valeur le contenu je ne m'attarderais nullement sur la pochette et resterais concentré sur la musique.

Ce disque est avant tout destiné aux die-hard fans du groupe qui à coup sûr répondront présent mais je ne suis pas sûr que Enki seras en mesure de rameuter beaucoup de sang neuf devant les barrières des concert. Le constat est pour moi très mitigé, le disque me laisse un bon gout en bouche mais sans 'plus'. Un peu à la manière d'un Soulfly qui use sont fond de commerce jusqu'à la moelle. Je vous invite donc à présent à jeter une oreille dessus pour vous faire votre propre opinion bien que je doute sincerement du fait que vous découvriez quelque chose  de très moderne et novateur. C'était bien éssayé mais pour moi c'est pas assez.